Magic The Gathering-Jdr

Jeu de rôles inspiré du jeu de cartes
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Rahinov Eliav
Pontife
Pontife
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Localisation : Sous un pont, décuvant de la veille.
Date d'inscription : 19/03/2007

Feuille de personnage
Niveau: 5
Points d'Expérience.:
557/800  (557/800)
Zinos (argent):
1400/10000  (1400/10000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Mar 28 Déc 2010 - 18:10

Hrp: Un coutelas, c'est pas un poignard ou un couteau de lancer, hein ... C'est plutôt une épée courte, sort de dague dont la lame est longue comme un avant-bras ... Après, si on peut lancer ça si facilement tel un couteau papillon, eh bien soit. Et si des armes de cette taille sont des poignard, alors les couteux qui servent de couvert sont des hachoirs =D

* Kinay ... Je vois que toi aussi, tu tentes des choses dont la logique n'est plus ... Alors on en est au même stade de démence, donc ... Incapables de comprendre ce qui nous entourent ... *

" Je crois comprendre quelquechose vis à vis de ces réactions. Ne pensez-vous pas que cette réaction est typique d'une marionnette ? Et de temps à autre, une personne différente, tantôt un beau gosse, tantôt une femme déménageuse, en sort. Je pense que nous sommes manipulés par un esprit malicieux qui contrôle ses marionnettes assez bien. Je pense que nous combattons des pantins, des chimères. Le vrai responsable de tout cela n'est pas ici. Il nous surveille, nous nargue, s'amuse de nous voir chercher des solutions, et encore ... Je dis ça, mais je ne suis sur de rien. Je suis aussi perdu, voire plus, que vous ... "

Rahinov se sentait ailleurs ... une incompréhension envahissait son esprit. Incompréhension toujours plus grande, d'ailleurs, puisque la réaction de cette marionnette tout de noir vêtue était surprenante au possible. Elle s'effondra, peu après que le coutelas lui soit passé au travers de la gorge, sans y rester figé. Alors que sur une personne normale, le coutelas aurait créer un petit bain de sang, dans ce cas présent, cela n'eut pas lieu. Mais le pantin noir tomba sur le sol, comme si on lui avait coupé les fils qui tenaient ses membres. Un marionnettiste illusionniste serait donc derrière tout ça ? Probablement, ou pas, mais c'était une hypothèse à garder sous le coude, en tout cas.

D'autre part, Rahinov était un peu surpris que Aarthen s'en aille sans demander son reste de cette manière. Etrange ... Il fallait insister sur ce qui lui ferait plaisir. De manière à ce qu'il revienne sur sa décision de nous quitter.


* Ecoute moi ... Tu n'as pas à t'en aller de là. Quelque chose me dit que si tu restes, tu y trouvera ton compte, plus que tu ne l'aurais espéré. LA dernière fois que tu m'as fait confiance, ça t'a été bénéfique, avec Nodjun, alors, pour une fois encore, écoute moi ... Tu sais très bien que nous sommes de la même trempe toi et moi, mais tu te résigneras toujours à l'admettre. Pourtant, au fond de toi, tu le sais ... Maintenant, tu peux aussi partir, mais ce serait idiot, et contraire à tes principes. En restant, tu ne serviras que toi, car la rétribution, au final, sera grande pour toi. Daigne m'écouter, pour une fois encore ... *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Darkmore
Prince des Esprits
Prince des Esprits
avatar

Nombre de messages : 877
Age : 32
Localisation : Quartier fantôme
Date d'inscription : 06/04/2007

Feuille de personnage
Niveau: 4
Points d'Expérience.:
358/500  (358/500)
Zinos (argent):
263/1000  (263/1000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Dim 9 Jan 2011 - 1:01

L’Orzhov masqué eut un bref rire qui ressembla à un aboiement en réponse aux paroles de Kinay.

« Vous croyez vraiment que nos chances sont meilleures en restant ici jusqu’à ce que nous perdions tous la raison parce qu’un fou nous a attaché des fils comme à des marionnettes ? Moi non. Je préfère m’en aller, même si c’est vers la mort. Ce fut un plaisir de vous rencontrer, messieurs dames. »

Il fit un bref signe de tête à ceux qui lui avaient adressé la parole tout en ignorant les autres d’un air hautain, puis laissant le coutelas reposant sur le sol là où il l’avait jeté, il s’avança d’un bon pas droit vers le cercle des formes noires. Il n’avait pas dégainé d’arme ni accumulé de mana. Quitte à passer, autant montrer du culot. Et quitte à mourir, autant montrer qu’il ne craignait pas la mort. Il était temps de voir si le Golgari avait raison et qu’il était impossible de quitter les lieux. Après tout, le lion l’avait fait, lui.

[Edit MJ :]

L'orzhov s'avança d'un pas décidé vers les créatures. Ces dernières se poussèrent mollement sans opposer de résistance. L'homme passa au travers du cercle, qui se reforma quelques instants après. Puis, l'homme disparut du champ de vision des participants.

_________________
Ceux qui m'ont affronté ne me craignent plus : les morts ne connaissent pas la peur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr/
Douleur, Le Quatrième
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 306
Localisation : Là où on ne peut me trouver, en train de décider de votre destin.
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Lun 10 Jan 2011 - 23:02

Silviel

Lorsqu'elle réussit à entrer en communion avec les créatures, elle n'entendit qu'une douce symphonie résonner dans leur esprit. D'ailleurs, était-elle dans un esprit en aprticulier, ou cela ressemblait-il à une conscience de ruche ? Elle n'aurait su le dire. Chaque note de la mélodie, chaque air semblant diriger un membre précis, et ce de manière particulière. A l'oreille, elle aurait pu distinguer pratiquement tout un orchestre. Peut-être était-cela le secret ? Des musiciens derrière tout cela après tout... En tout cas, elle comprit rapidement qu'il n'y aurait rien à tirer de tout cela. Elle ne pourrait jamais contrer cela.

Rahinov

"Mais de qui parles-tu, et qui est ce Nodjun, humain ? Je ne vois aucune raison de m'attarder avec vous, êtres inférieurs par nature. Alors soyez honorés que je vous ais écoutés. Adieu."

Ainsi se finit la conversation avec le lion. Mais, était-ce bien Aarthen ? Plus tout cela avançait, et plus les valeurs considérés comme sûres de Rahinov s'effondrait. Qu'allait être la prochaine épreuve ?

Pour les autres, rien à dire, continuez. J'aimerais pouvoir attraper Szerak sur MSN. S'il pouvait se signaler par MP.

_________________
Un jour, toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr/
Aëlys Elëria
Bureaucrate
Bureaucrate
avatar

Nombre de messages : 346
Age : 24
Localisation : Avez-vous besoin de le savoir ?
Date d'inscription : 12/12/2007

Feuille de personnage
Niveau: 2
Points d'Expérience.:
196/200  (196/200)
Zinos (argent):
109/1000  (109/1000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Lun 10 Jan 2011 - 23:08

En voyant l'homme s'avancer parmi les créatures, la sénatrice ne réfléchit pas outre mesure. Elle ne le connaissait que trop bien. Après avoir été à ses côtés durant une période de sa vie. D'ailleurs, elle lui devait toujours la vie, et refusait de la lui prendre. Elle devait le suivre. Elle fit se poser sa première aile, et suivit à sa suite. Sans même jeter un regard aux autres, elle s'engouffra parmi les formes sombres, qui ne bougèrent pas. Malgré tout, en jouant des coudes, elle se fraya difficilement un chemin, et disparut derrière le mur que formait maintenant les créatures - d'ailleurs, depuis quand était-elles aussi nombreuses ? Elles formaient un véritable mur maintenant !

_________________
Après la nuit
Avant le jour
Et à travers les roselières

Après la nuit
Avant le jour
J'irai chercher les hautes lumières
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anya Alnyriev
Apprenti nécromancien
Apprenti nécromancien
avatar

Nombre de messages : 214
Localisation : Prisonnière du Quartier Fantôme
Date d'inscription : 21/01/2008

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'Expérience.:
259/300  (259/300)
Zinos (argent):
96/1000  (96/1000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Mar 11 Jan 2011 - 0:12

Anya était restée transfixée par la réaction du mystérieux Orzhov. Ainsi donc, malgré tous les avertissements, malgré la crainte terrible qu’elle avait de ces choses depuis que l’une d’entre elles avait pris son apparence, l’homme n’avait pas hésité à traverser le cercle. Perdu pour perdu, semblait dire son attitude. Et pourtant, il semblait que celui-ci lui rappelait quelqu’un qu’elle avait rencontré, qui avait tout aussi peu foi en la vie – deux personnes, en fait. L’une d’entre elles était Aëlys, cette mystérieuse sénatrice qu’elle avait rencontrée par trois fois déjà auparavant, la première fois dans la mine où elle avait failli perdre la vie, la seconde dans ce cimetière qui paraissait pourtant si calme, la dernière dans le Quartier Fantôme où, à dire vrai, la jeune demi-elfe avait frôlé la mort d’encore plus près, si elle n’avait pas été sauvée par ceux-là mêmes qu’elle avait sauvés dans la mine.
Curieuse coïncidence, au passage. Décidément, les destins de toutes ces personnes présentes étaient complètement imbriqués entre eux, et elle comprenait pourquoi tous ces gens étaient réunis ici. Très certainement, les quelques personnes qu’elle ne connaissaient pas avaient des liens forts avec certains de ses amis ou compagnons d’autrefois.
Quoi qu’il en soit, elle connaissait une seconde personne qui avait perdu tout ce qui la rattachait à ce monde, à part elle-même, lorsqu’elle avait été balayée par le vent spectral, mais ça ne comptait pas vraiment, à vrai dire. Cette fois-là, elle s’était alors trop affaiblie, par ses études nécromantiques et surtout volontairement parce qu’une partie d’elle-même avait voulu rejoindre les spectres qu’elle avait vus ou savait se trouver dans Agyrem : celui de ses amis de la mine, de Nelyssa et de ses parents, de la famille de Silviel, de la sœur du Prince… Ensemble, ils auraient fait une si grande famille, ils auraient pu tant trouver le bonheur, avait-elle cru alors. Peut-être aurait-ce été possible, même, bien qu’elle en doutât à présent, car en tant que futur membre de l’Obzedat, Palerchov aurait pu venir les tourmenter pour l’éternité.
Enfin, là n’était pas la question. La seconde personne, qu’elle venait de voir traverser le rideau des formes ténébreuses, était certainement le Prince des Esprits lui-même, ce Lord Markus Darkmore, même s’il avait refusé ce titre lorsqu’ils avaient quitté le Quartier Fantôme pour disparaître en compagnie de la sénatrice. Et cet homme venait de se jeter droit dans les bras de la Mort et de l’Oubli, comme il apparaissait de plus en plus clairement à la jeune fille.


« Non ! » fit-elle, mais sa voix n’avait été qu’un souffle tant il était trop tard. Il était la dernière pièce du puzzle, qui venait enfin de trouver sa place.

Pétrifiée par sa découverte, elle s’aperçut trop tard que la sénatrice l’avait suivi à son tour, et en elle ce fut comme une déchirure. La douleur qu’elle avait ressentie à l’annonce de la mort de Nelyssa, au départ de Kinay, au sacrifice de la sœur de Markus, à la vue de Jade gisant nue sur la pierre, elle la revivait, encore et encore. Ses yeux restaient secs, mais en son cœur, c’était une souffrance infinie qui le brisait en mille fragments. Elle avait enfin compris. Pour avoir une chance de se sauver elle-même, elle se devait de rassembler et de protéger les pièces de son propre puzzle, avant que les dernières ne se perdent.
L’instant suivant, elle enlaçait à la fois Silviel et Kinay dans une étreinte à la fois douce et ferme.


« Quoi qu’il se passe, par pitié, ne partez pas ! Je me briserais à l’idée de perdre encore l’un d’entre vous. Je vous en prie, ne partez pas ! »

Elle entonna un chant funèbre qui mêla sa douce voix à celle cristalline de la chantresse, fusionnant dans une harmonie déchirante. Alors les larmes vinrent enfin.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Szerak
Apprenti lobotomiste
Apprenti lobotomiste
avatar

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Niveau: 4
Points d'Expérience.:
356/500  (356/500)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Mer 12 Jan 2011 - 12:20

Un gémissement résonna dans l'obscurité. Un son lourd, plaintif, comme celui que l'on émet lorsqu'on est contraint à se lever après une rude nuit. Szerak ouvrit lentement son œil encore intact. C'était le vide total dans son esprit. Que faisait-il là, que c'était-il passé avant, il ne s'en souvenait pas. Il clignait fréquemment l'œil, tel un homme qui doit supporter un réveil dur et forcé, alors qu'il regardait autour de lui. Il était couché au sol, dans une sorte de cellule. Il n'y trouva qu'un lit entre ces quatre murs. Sa tête devint encore plus douloureuse lorsqu'il essaya de refaire son chemin qui le mena jusque-là. Il se leva lentement, pas entièrement. Son dos était à semi courbé, tel un mort-vivant se réveillant du sommeil éternel.
Il se souvenait qu'il marchait... vers un point de rendez-vous. Plusieurs personnes étaient présentes. Il se souvint d'un papier. Un billet où on lui promettait gloire et richesse. Il se souvint ensuite d'un... d'un.... être étrange... une sorte de démon déformé, déchiqueté. Et des hommes tout de noir vêtus. Tout songeant à tout cela, son regard se baladait dans la cellule. Le Dimir sursauta et se plaqua contre le mur qui se tenait juste derrière lui, lorsqu'il s'aperçut qu'il n'était pas seul. En face de lui se tenait un homme, grand et fin, vêtu d'une cape noir des pieds à la tête. Il était assis sur un tabouret, que le lobotomiste ne remarqua pas non plus, et avait le visage dans ses mains.
Son habit lui fit penser aux hommes qu'il avait rencontré avant de finir là. Son voyage à travers sa mémoire continua. Il se souvint du femme, Jade, qui se sacrifia pour le groupe. Elle fut emmenée par le démon, qui devint soudainement d'une physionomie humaine, frôlant la perfection, puis ramenée par un petit homme trapu, qui avait une véritable envie de plaisirs sexuelles. Szerak remarqua soudainement que la cellule n'avait pas la moindre ouverture. Pas une porte, pas une fenêtre, pas le moindre trou. Il se sentit suffoqué, manquant d'air pour assurer sa survie, lorsqu'il se rendit compte qu'il ne respirait point. Son colocataire non plus, d'ailleurs. C'est là, qu'il se rappela enfin de la suite des évènements. Il essaya d'ouvrir son esprit à la réalité, convaincu qu'il était emprisonné dans une illusion. C'est là qu'il vit les cadavres qui flottaient dans un lac de sang qui l'entourait. Et où il fut englouti, entraîné par des bras. Il se souvint enfin du visage d'une sirène, puis plus rien.
Le Dimir avala sa salive, pris par l'angoisse. S'il ne respirait pas, cela signifiait qu'il devait être mort ou dans un état similaire. Même si cette prison n'était qu'une énième illusion, il ne voulut pas tenter de voir la réalité, comme il le fit avant de venir en ce lieu, par crainte de se voir atterrir dans un nouvel endroit, encore plus inquiétant. Il s'adressa enfin à l'homme en face de lui, la voix tremblante. Il pensait que si cet homme était là, l'air si abattu, le visage dans ses mains, cela signifiait probablement qu'il devait être dans la même situation que le Dimir.


« C'est peut-être une question bêtement posée, mais... où sommes-nous ? Et que faisons-nous dans un tel endroit ? »

Il n'attendait pas de réelle réponse de la part de l'homme. S'il était effectivement dans sa même situation, sans doute qu'il n'aurait point de réponses. En attendant, Szerak porta les mains à sa ceinture, essayant de tâter ses dagues, qui lui étaient si précieuses. Et peut-être... trouver une trace de ce coutelas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rahinov Eliav
Pontife
Pontife
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Localisation : Sous un pont, décuvant de la veille.
Date d'inscription : 19/03/2007

Feuille de personnage
Niveau: 5
Points d'Expérience.:
557/800  (557/800)
Zinos (argent):
1400/10000  (1400/10000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Dim 16 Jan 2011 - 18:00

Rahinov ne comprit nullement la réaction du Lion ... Etait-ce vraiment Aarthen ? Pas sur, et cela se confirmait avec son ignorance de l'existence de Nodjun. Quel était le soucis. Le pontife resta coït, tandis que le lion s'en allait nonchalamment, suivi de près par un le deuxième orzhov, puis l'azorius.
D'ailleurs, ces deux personnes étaient plus qu'étrange, puisqu'elles étaient vraiment familières au pontife, sans que ce dernier puisse mettre un nom sur eux. Et pourtant. Rahinov commençait à y voir un peu plus clair dans ses pensées.


* Oublions la théorie des marionnettes, ce n'est pas le point central de l'histoire. Quelque chose de plus subtil encore. La face cachée ... *

Rahinov voulait faire partager ses opinions, mais il n'était pas sur de ce qu'il allait avancer dans son esprit. Il fallait être convaincu, et développer une théorie qui tienne debout pour être crédible, autrement, on vous prendrait pour un fou.
Il y songea longuement, et finit par dévoiler son avis, non sans broder autour.


" Je vais vous raconter un pan de ma vie " annonca t'il sereinement " Elle n'est peut être pas des plus passionnantes, mais elle m'a permis d'y voir un peu plus clair dans l'imbroglio dans lequel nous sommes. "

Il se posa et repris tranquillement. " J'ai été en exil pendant un certain temps, et j'ai passé le plus clair de mon temps à étudier avec un sage, Nodjun, pour ceux qui le connaisse de nom. Il a changé beaucoup de choses en moi, et je lui en suis reconnaissant. Durant cette période de mon histoire, j'ai fait libéré à moi seul un Lion légendaire que des humains avait capturé. Je l'ai emmené avec moi, et à l'instar d'un orzhov arrogant, il fut remis à sa place par Nodjun, qui lui fit réapprendre tout ce qu'il savait. Et le Lion que vous venez de voir ressemblait fortement à celui que j'ai rencontré, Aarthen, pour être précis. Et pourtant, il ne connaissait pas Nodjun, et n'avait pas l'air de me connaître non plus. Gardons ce fait de côté si vous le voulez bien.

Et passons au suivant. Kinay me comprendra, il manque certains habitués de quêtes, non ? Markus est absent, et un orzhov qui, physiquement, est assez ressemblant. Maigre, grand, et le caractère est là aussi : un peu froid, et sérieux. C'était cet orzhov, et non Markus qui se tenait là, il n'y a pas si longtemps.

De plus, nous avons, pour nous tous, un personnage tout de noir qui est une grossière caricature de nous-même ... J'en deduis ceci : Nous sommes dans une autre réalité. Une fache cachée, The Dark side of the moon si vous voulez, et nous sommes là, dans un monde ou tout ce qu'on a connu est présent, mais sous un jour différent. Le Lion qui est passé n'était pas Aarthen, même s'il lui ressemblait beaucoup. Il ne connait pas Nodjun. Et qui a fait que Nodjun puisse rencontrer Aarthen ? Moi.
Et pour Markus et ce fameux orzhov ? Le parallèle ne saute t'il pas au yeux ? Et pourtant. Qui est-ce qui a permis l'ascension de Markus ? Moi, sans hésiter. Et la réciproque est vraie. Sans lui, je serai resté minable. Et c'est tout. Nous avons été et sommes toujours complémentaires. C'est l'amitié. Pas besoin de grands câlins, ni de franches accolades, mais juste ce sentiment, si interne, mais tout autant intense.

Ces hommes en noir nous représentent. Il n'ont rien à voir avec les autres êtres de ce lieu. Il sont justes nous. Ils sont nous et sont externes au autres. Ce qui m'amène à penser ceci : Et si la "réalité" dans laquelle nous nous trouvons représentait la réalité sans notre existence à tous ? Sans moi, Markus serait plutôt ressemblant à l'orzhov qu'on vient de voir, et Aarthen n'aurait jamais connu Nodjun.

Cela se vérifie pour moi, mais il faut voir si tel est le cas pour vous ... Cela nous permettrait d'y voir plus clair dans cette tromperie ... "


Rahinov fit silence. Il ne dit mot, attendant la réaction des autres ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anya Alnyriev
Apprenti nécromancien
Apprenti nécromancien
avatar

Nombre de messages : 214
Localisation : Prisonnière du Quartier Fantôme
Date d'inscription : 21/01/2008

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'Expérience.:
259/300  (259/300)
Zinos (argent):
96/1000  (96/1000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Dim 16 Jan 2011 - 22:34

La jeune demi-elfe releva la tête aux paroles du pontife et le fixa droit dans les yeux, sans pour autant relâcher de son étreinte Silviel et Kinay.

« Je crois quant à moi que vous avez tout à la fois raison et tort, Seigneur Pontife, » fit-elle d’une voix hésitante. Malgré le fait qu’elle sache que Rahinov ne lui était pas aliéné et au contraire avait de forts liens d’amitié avec Kinay et Markus qui l’avaient toujours protégée, elle ne se sentait toujours pas à l’aise en sa présence.

« En vérité, » poursuivit-elle, et sa voix se raffermit peu à peu alors qu’elle parlait et prenait de l’assurance, « je pense que c’était bel et bien Lord Darkmore que nous venons de voir partir. Beaucoup l’ont cru mort après qu’il eût disparu dans Agyrem, car tel avait été le souhait de celui-ci après son retour d’entre les morts. »

Rahinov fixa Anya. Il était curieux d’en savoir plus sur cette affaire, car bien des questions étaient restées en suspens après la mort tragique des deux pontifes Darkmore et la disparition de leur fils.

« Aussi, à l’instar du Pontife Rahinov, laissez-moi vous conter une histoire. Une histoire de trahison, cette fois. Seules cinq personnes la connaissaient. Ces cinq personnes étaient présentes parmi nous il y a encore quelques instants, mais trois d’entre elles viennent de nous quitter. Ne restent plus que Silviel et moi-même. »

À présent quasiment tous dans l’assemblée fixaient Anya, dans l’attente de la suite.

« Le début de l’histoire est le fruit de longues recherches que j’ai effectuées suite aux événements qui ont amené la disparition des Darkmore, ainsi que de mes propres déductions. Il y a de cela quelque temps – ne me demandez pas combien exactement, je ne saurais pas vous dire, mais je dirais que ça s’est passé il y a quatre-vingts ans environ – un homme du nom d’Aleksandr Palerchov » – Rahinov eut un sursaut à l’évocation de ce nom« eut sans qu’il le sache un fils avec une jeune noble d’une famille Orzhov peu importante nommée Nadezhda. Celle-ci l’éduqua en secret en le faisant passer pour le fils qu’elle aurait eu avec son mari décédé, lui apprenant ses origines réelles et de nombreux secrets de sa famille, les Dharaxej, dont elle était la dernière héritière. Cependant, celle-ci était endettée suite à une maladie dégénérescente, et à la mort de Nadezhda, le jeune garçon fut vendu comme esclave tout comme la plupart des biens de la famille. Le hasard voulut qu’il fût racheté par un Maître des Esprits Orzhov nommé Vassily, qui découvrit dans le garçon un formidable potentiel magique, aussi l’affranchit-il et le prit-il pour élève. L’apprenti surpassa bientôt le maître, et gravit rapidement les échelons de l’Ecole de Nécromancie, jusqu'à accéder lui aussi au rang de Maître des Esprits. Vassily avait été bon ami des Darkmore, aussi ce fut assez naturel que lorsque Lord Largan Darkmore découvrit l’intérêt de son fils pour la nécromancie, il prenne pour mentor une personne formée par celui-ci – Vassily étant devenu trop âgé pour enseigner. »

Anya s’interrompit pour reprendre son souffle, et vit les yeux de Rahinov s’écarquiller alors qu’il commençait à comprendre les implications des paroles de la jeune fille. Celle-ci reprit :

« Toujours est-il que Vuliev, car tel était le nom du jeune homme, devint le formateur de Markus Darkmore. Tout aurait pu se passer pour le mieux si Vuliev n’avait pas été consumé par un désir de pouvoir, d’argent et de vengeance, comme nombre d’entre vous. » Sa voix avait pris des accents métalliques à ces mots, mais elle reprit sur un ton plus calme.

« Durant toutes ces années, il avait conçu un plan machiavélique qui s’il fonctionnait lui donnerait ces trois choses à la fois, tout en lui laissant les mains à peu près vierges de sang et en restant insoupçonné jusqu’à la fin. Pour la richesse, il n’eut pas trop de difficultés. Vieux et malade, mon père sa laissa facilement convaincre par Vuliev de signer un testament faisant céder la fortune de sa famille aux Pontifes après la disparition de la dernière goutte du sang Alnyriev. Mon père crut qu’il s’agirait de Lord Largan et de Lady Tania Darkmore, en qui il avait toute confiance. Seulement, comme vous le savez certainement, Messire Rahinov, cela impliquait également les autres pontifes de droit de naissance, donc Palerchov, Lojiev, Vassiliav et Tcharekski, plus leurs enfants. J’ai également constaté qu’il est parvenu à convaincre deux autres familles relativement riches à en faire autant, avec la complicité d’un autre Orzhov dont je n’ai pas découvert l’identité, malheureusement. »

Anya eut une moue de dépit.

« En même temps qu’il devait éliminer ces trois familles, ce qui fut rapidement et efficacement accompli sauf pour la mienne, il lui fallait donc à présent œuvrer pour provoquer la mort des pontifes de droit de naissance ainsi que de leurs enfants. Pour cela, ce n’était guère difficile non plus. Vassiliav n’avait pas d’héritier bien défini, Lojiev n’avait eu qu’un enfant, et Tcharekski était stérile, tout comme Palerchov à la fin de sa vie – je me demande si cette stérilité n’avait pas été provoquée artificiellement, d’ailleurs. Leurs héritiers n’étaient donc que des cousins ou des éléments rapportés, mais à part pour Konstantin, le fils de Lojiev, aucun d’entre eux n’étaient directement du sang des Pontifes. Aussi après la mort de Konstantin dans une insurrection Rakdos, Vuliev sut que son heure était venue. »

Rahinov ouvrait des yeux horrifiés, comprenant le rôle qu’il avait joué dans le complot du Maître des Esprits, sans pour autant en bénéficier, car il n’était pas pontife de droit de naissance ni fils de l’un d’entre eux…

« Vuliev n’eut pas grand-chose à faire non plus pour provoquer la mort de Lojiev, Palerchov, Vassiliav et Tcharekski. Vous avez tué Vassiliav, quant aux trois autres, ils périrent de cette intoxication alimentaire dont tout le monde a parlé voici quelques années à présent, dont je suppose qu’elle n’était pas aussi naturelle qu’on a voulu nous le laisser croire. »

Anya fixa intensément Rahinov du regard avant de reprendre.

« Bref, ne vous en déplaise, vous n’étiez pas un problème, ayant été nommé par Teysa. Vuliev héritait en secret de la fortune des Palerchov plus de celles des familles éliminées. Ne restait plus qu’à tuer Jade, puisque Palerchov avait eu l’idée géniale de mêler à son sang celui de ma défunte sœur Nelyssa, en faisant de ce fait un nouveau membre de ma famille, et moi-même. Seulement, Vuliev voulait plus, malgré sa nomination au poste de Garde des Sceaux par Teysa. L’héritage avait en effet également partagé avec les Darkmore, ce qui lui laissait une part moindre. Il passa alors à la seconde phase de son plan, et celle-ci faillit bien réussir. Il savait que Markus souhaitait réanimer sa sœur, et il l’aida au départ en ce sens. Il prévoyait ensuite de faire échouer son rituel, ce qui aurait pour effet de rendre celui-ci à moitié fou de douleur et lui permettrait de le perdre dans le Quartier Fantôme. S’occuper de Lord et Lady Darkmore serait ensuite relativement aisé. De plus, le destin lui avait offert une friandise, à savoir le fait que j’avais fait connaissance avec Markus. Il devina que tôt ou tard, j’irais lui demander de pouvoir parler avec ma famille. »

Elle réprima un sanglot à ce souvenir.

« Bien évidemment, c’est ce que j’ai fait. Quand il a su, probablement par ses espions, que je venais voir Markus il a invité celui-ci à réaliser le rituel permettant de réanimer sa sœur, puis l’a fait échouer sans que celui-ci ne s’en rende compte. Puis alors que Markus, désespéré et rendu fou de douleur, s’était retiré dans Agyrem, il nous a conduites dans Agyrem avant de nous y abandonner, Silviel, Jade et moi – cerise sur le gâteau, il pouvait se débarrasser des deux dernières Alnyriev à la fois. Il n’y avait aucun moyen de nous ramener, croyait-il, à moins que les deux autres Princes des Esprits ne le fassent. Or par chance pour lui, Andreiev était en voyage et Wladimir était loin de porter Markus dans son cœur, à ce que j’ai compris. »

Anya reprit son souffle.

« Seulement, c’était sans compter sur les Azorius, et plus particulièrement l’une d’entre eux, une certaine Aëlys Elëria, que je suis sûre que certains d’entre vous connaissent. Je ne sais ce qu’elle faisait dans Agyrem et je ne tiens pas à le savoir – j’ai déjà eu assez d’ennuis comme ça sans en plus me plonger dans les intrigues des Azorius – toujours est-il qu’elle nous a ramenés sur Ravnica. Je passe sur les détails, sinon on y serait encore l’année prochaine. Markus a décidé de cacher son identité après cela, après quoi je ne l’ai plus revu depuis – jusqu’à aujourd’hui. Je pensais qu’il aurait reparu et repris ses fonctions à la mort du traître, mais il ne l’a pas fait. Quoi qu’il en soit, c’est le désespoir de Lord Darkmore dont j’ai vu le reflet dans les yeux de l’homme qui vient de nous quitter. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rahinov Eliav
Pontife
Pontife
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Localisation : Sous un pont, décuvant de la veille.
Date d'inscription : 19/03/2007

Feuille de personnage
Niveau: 5
Points d'Expérience.:
557/800  (557/800)
Zinos (argent):
1400/10000  (1400/10000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Mar 18 Jan 2011 - 13:47

Rahinov hésita. Il ne connaissait Vuliev que très peu, mais visiblement, il devait avoir rudement bien caché son jeu.

" J'ai néanmoins quelques question; la première est la suivante : Pourquoi un homme tel que Vuliev a voulu vous abandonner dans Agyrem, alors qu'il était beaucoup plus aisé pour lui de vous tuer de ses mains. Personne n'en aurait rien su, et Vuliev n'aurait plus eu de problèmes imminents. "

Rahinov repris une pause, en réfléchissant à la formulation de sa seconde question. Anya, respectueuse comme elle était, laissa le pontife dans ses pensées, attendant que celui-ci n'ai définitivement plus rien à dire.

" Ma seconde question porte sur un autre point. Cet accord mentionnait-il de léguer cette dite fortune au pontifes actuels ou uniquement au pontife qui occupait ce poste depuis la mort de leur parents, anciennement eux aussi à ce poste ? Quoiqu'il en soit, si je sors vivant de ce traquenard, j'irais mettre en place quelques réformes qui, je l'espère, auront pour effet de limiter ce genre de messes basses. Un conflit interne d'une guilde, ça n'était pas vraiment mon idéal Orzhov, si je puis dire ... "

Rahinov fit quelques pas et se rapprocha du trio formé par les deux femmes et Kinay. Il tourna autour quelques courts instants et tout en continuant sa ronde, continua son monologue, se parlant tout autant à lui même qu'aux autres.

" Je ne vais pas vous mentir, je suis relativement dans l'impasse ... Oui, j'ai tué Vassiliav, et indirectement, Makus et moi, les autres. Pensez-vous que nous ayons anticipé les actions de Vuliev ? Le timide Vuliev, sympathique avec tout le monde ? Notre but premier était de restaurer un semblant de divinité Orzhov. De rendre un peu d'espoir au gens du peuple. Annoncer un changement ... Allez vous mal me juger parce que j'ai tué un sac à viande, un porc comptant des pièces en s'empiffrant de choux à la crème à longueur de journée ? Allez vous mal me juger parce que j'ai tenté de réaliser un idéal commun à tout les Orzhovs ? Allez vous mal me juger parce que j'ai tenté de donner un sens à ma vie ? Je vous raconterai volontiers un nombre de choses toute plus étranges les unes que les autres ... Et si je n'ai pas de sang de pontifes, c'est normal ... Mon sang est bien supérieur, mais ne semble rien valoir. En d'autres lieux, d'autres temps, je tâcherai de vous conter un passage de ma vie, qui rehaussera l'estime que vous avez de moi ... J'ai beaucoup de choses à cacher, beaucoup trop ... "

Rahinov sorti sa lame droite et taillada légèrement sa paume gauche. Du sang en coula, et l'Orzhov lécha sa plaie, et goûta son sang. Il semblait l'apprécier tel un grand vin, comme un Ilievitch cuvée 9976. Il ferma les yeux, pencha la tête en arrière et déclama

" Ce sang, voyez-vous, a un goût aigre. Il picote, sale la langue, mais racle légèrement la gorge. A première vue, il pouvait paraître bon, car esthétiquement parlant, le sang, c'est beau, mais lorsqu'on le tâte de la bouche, il apparaît comme une matière aigre et agressive, pleine de rancoeur et de vengeance. Mon sang à un goût de vengeance, et Vuliev ne sera qu'une étape de plus dans mon odyssée ... "

Une larme perla sur l'oeil gauche du pontife et glissa lentement le long de sa cicatrice. Personne, ni même Kinay, Anya ou encore Silviel, malgré le fait que Rahinov était proche d'eux, ne put distinguer vraiment ce que le pontife marmonna. Il était question de vengeance, puisque ce mot revenait assez souvent dans ces susurrements, mais aussi de père et mère, pour ceux qui avait une bonne ouïe, de divinité, d'honneur, et de vérité ... Le lien à faire dans ce désordre de mots n'était pas évident, et tout le monde avait d'autres chats à fouetter, les même que Rahinov d'ailleurs, puisque le problème était commun à tous. Partir. Il fallait partir.

" Pensez-vous alors, suite à votre discours, que Vuliev est derrière tout cela ? Si oui, vous êtes la prochaine sur la liste, car les autres n'ont que faire des problèmes orzhovs. Vous avez eu le malheurs d'avoir des origines orzhovs, et cela vous rattrapera toujours, dame Alnyriev.

Par pur sadisme, je pense qu'il laisserai Silviel en vie. Pour la rendre responsable, et coupable, au fond d'elle même. Le Vuliev que vous m'avez présenté n'aura aucun scrupule à faire cela.

Et même si ce n'est pas Vuliev qui est derrière tout ceci, il vous rattrapera tôt ou tard, puisque sa tentative de vous tuer à échouée. Cela dit, je me vois obligé de vous apporter mon soutien moral et ... physique aussi. J'ai cru comprendre que Markus vous protégeait, et Kinay en fait autant. Ce serait me montrer égoïste si je ne vous proposait pas mon bras. Il n'y a aucune raison qu'il y ait ce malaise à chaque fois que je suis en votre présence, sinon, les choses n'avanceront pas ... "
Termina Rahinov avec un reste de trace de larme sur sa joue, un sourire faible, mais naturel illustrait son visage, tandis qu'il parlait d'une voix douce et calme comme il avait maintenant pris l'habitude d'avoir. Car, mine de rien, le fait est que Anya et Silviel le considérait comme un personnage plutôt malsain. Elle n'avait pas tout à fait tort. Rahinov a plus de choses à se reprocher que n'importe qui d'autre. Mais plus que jamais, ils devaient former un groupe soudé, et en faisant le premier pas vers un semblant de sociabilité, le pontife prouvait ainsi qu'il n'avait rien à voir avec ses prédécesseurs.

" Mais j'ai longtemps parlé, et j'en ai oublié de vous laisser la parole, pour répondre à mes interrogations ... Ce seront à priori les seules ... " clôtura finalement l'homme au cheveux d'argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Darkmore
Prince des Esprits
Prince des Esprits
avatar

Nombre de messages : 877
Age : 32
Localisation : Quartier fantôme
Date d'inscription : 06/04/2007

Feuille de personnage
Niveau: 4
Points d'Expérience.:
358/500  (358/500)
Zinos (argent):
263/1000  (263/1000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Jeu 20 Jan 2011 - 23:34

L’Orzhov masqué traversa le rideau de créatures sans rencontrer de résistance. En réalité, elles s’écartèrent même pour lui céder le passage, avant de refermer le cercle derrière lui. Et il se retrouva… Quelque part, à vrai dire. Où ? Là était la question. Nulle part, peut-être. Autour de lui, tout paraissait blanc, à perte de vue. Rien ni personne en vue. Cela lui remémora un trajet qu’il avait effectué un jour, en zeppelide. Alors qu’il survolait le pôle nord-ouest de la cité-monde, lui et son pilote s’étaient retrouvés à traverser une masse nuageuse très calme mais dans laquelle tout était totalement blanc, et où on ne distinguait absolument rien en-dehors du cockpit du zeppelide, quelle que soit la direction. Le ciel était invisible, tout comme le sol. Flotter là-dedans avait été une sensation très étrange. Et bien c’était exactement la même qu’il revivait à présent. Il flottait dans un néant cotonneux, sans aucun support visible ni aucun repère visuel.

***Soit,*** pensa-t-il alors. ***Le jeu n’est pas terminé.***

Il toussota pour tester la sonorité de l’endroit, mais nul écho ne lui répondit, et le bruit qu’il fit s’éteignit anormalement vite dans son environnement. Il releva son masque et tenta de prendre une grande inspiration, et put constater que l’air n’avait nulle saveur, nulle odeur et n’apportait aucune sensation. Il ne faisait en outre ni froid ni chaud, en réalité c’était comme s’il avait perdu toutes ses sensations. Pourtant, il était certain que ses sens étaient en état de fonctionnement. Il voyait nettement son propre corps et le masque qu’il tenait à la main, il sentait la vie battre correctement dans son corps, même si celui-ci semblait cependant étrangement engourdi.

« Bon, d’accord, » fit-il à haute voix, cette fois non métamorphosée par le masque, et ce son résonna creux comme son toussotement dans le néant qui l’entourait. « De deux choses l’une. D’une part, il y a quelqu’un qui s’amuse à mes dépens. D’autre part, je ne suis toujours pas mort. Celui-ci n’a vraiment pas le sens du travail bien fait… »

Il attendit un instant, mais apparemment, il n’y avait personne pour l’entendre, ou du moins personne pour réagir à ses paroles.

***Bah, j’aurais dû m’en douter. Essayons autre chose.***

Markus Darkmore – car c’était bien lui, une personne qui aurait alors pu l’entendre aurait facilement reconnu sa voix – tenta alors de faire appel à ses pouvoirs pour accéder au Quartier Fantôme. Mourir, pourquoi pas, mais en choisir la manière, c’était mieux. Mais il ne parvint pas malgré ses tentatives à accéder aux failles dans la réalité de Ravnica menant à Agyrem. À vrai dire, il n’y avait aucun lien avec le mana dans le lieu ou la poche d’existence dans laquelle il se trouvait.

***Cela aurait été trop facile, aussi,*** ricana-t-il en son for intérieur tout en replaçant le masque sur son visage. Bien sûr. Il y avait peu de moyens de maîtriser un Prince des Esprits, même s’il ne portait plus ce titre depuis la trahison de son mentor. Mais l’une d’elles était de le priver de tout accès à la magie. Peu lui importait, à vrai dire. Il commençait juste à s’amuser lui aussi. Après tout, il était venu en ce lieu pour mourir, aussi il convenait de ne pas décevoir son hôte.

Certains disaient qu’il était difficile de se tuer, du moins sans outil ou sans magie. Ils n’avaient pas tort, le contrôle des fonctions vitales était un art que peu connaissaient et encore moins maîtrisaient. Mais pour un puissant Orzhov ou Golgari, c’était loin d’être compliqué, et Markus avait appris des deux. Même sans magie, il pouvait condamner son corps et libérer son esprit. Il suffisait juste de se laisser glisser dans l’oubli. De plus, le lieu s’y prêtait tellement bien. Glisser dans l’inconscience dans ce vide, ce serait d’une facilité évidente. Mais le Prince des Esprits était certain que l’inconnu qui tirait les ficelles ne se laisserait pas faire à ce jeu, sinon il n’aurait jamais invité Markus à son jeu.

Et cela ne manqua pas. À peine avait-il commencé à se laisser glisser dans ce néant cotonneux qu’en son esprit résonna une sonnerie stridente et que ses muscles se mirent à s’agiter frénétiquement, brisant sa concentration. Une pensée amusante le traversa, un souvenir assez ancien, lorsque après une soirée bien arrosée avec des amis sorciers qui venaient d’avoir leur diplôme comme lui il s’était couché au lever du soleil, et que lorsque les cloches avaient sonné la neuvième heure, il avait ouvert les volets de sa chambre et, l’esprit encore embrumé par l’alcool, avait hurlé une bordée d’imprécations. C’était d’ailleurs l’un des rares souvenirs qu’il avait encore de cette soirée, comme il le réalisa alors. Oui, ils avaient bien arrosé leur diplôme… C’est donc avec un large sourire qu’il se fit l’écho de ses paroles passées dans ce vide cotonneux.


« Silence ! On ne s’entend pas ronfler là-dedans, b***** ! » S’ensuivit un chapelet d’injures qui aurait fait rougir un charretier, et que Markus n’avait pas prononcées depuis des lustres, mais qu’il restitua avec une précision surprenante.

***Amusant comment la mémoire humaine retient certaines choses et en oublie d’autres,*** s’esclaffa-t-il en son for intérieur. ***Mais tout ça ne va pas beaucoup m’avancer, je crois. Bon, puisqu’il ne veut pas me laisser tranquille, je vais être patient.***

« Après tout, » fit-il à voix haute, « je n’ai rien à faire d’urgent, j’ai éteint le feu en sortant, fermé les robinets et donné à manger aux srânes… »

***Hum, je ne suis pas dans mon état normal, voilà que je me remets à faire de l’humour, des années que ça ne m’était plus arrivé…***

Ses mouvements désordonnés s’étaient atténués comme le son inhumain, aussi s’assit-il – enfin, si l’on pouvait dire cela sur un sol inexistant – bras et jambes croisés, et attendit. Il avait tout son temps, surtout si en ce lieu le temps s’écoulait différemment – cela arrivait parfois à Agyrem, pourquoi pas ici ? Au bout de quelques instant, le silence ouaté était revenu.

***Autant en profiter pour remettre un peu d’ordre là-dedans, ça fait pas mal de temps que j’aurais dû le faire,*** pensa-t-il.

Alors il revint sur les nombreux événements de sa vie et commença à les trier. Et surtout à les juger, pour déterminer si tout n’aurait pas pu se dérouler autrement, et surtout s’il y avait moyen de rectifier le tir si jamais il devait revenir dans l’univers réel, que ce soit sous sa forme vivante ou une forme spectrale.

¤ ¤ ¤

Bien évidemment, les premiers souvenirs qui lui revinrent étaient également ceux qui avaient le plus marqué sa vie. Le premier visage qui se marqua dans son esprit était celui de sa sœur Lara. Il revit la petite fille perchée sur son épaule alors qu’il ânonnait ses premiers mots dans son livre de lecture. Ils avaient toujours aimé ça, à vrai dire, ces lectures à deux, la cadette regardant le livre et ses images tandis qu’il lui lisait à haute voix les récits de Bolgri et les cent mille dindins, Valozak et la Cheminée à la fumée bleue, les Fantastiques aventures de Grigori le Navigateur des vents et bien d’autres encore. Puis, plus tard encore, quand ils lisaient tous les deux silencieusement, mais toujours dans la même position, la petite sœur appuyée sur l’épaule de son grand frère, la copie du Livre des Transactions de la famille, lourdement enluminée et contenant un certain nombre de détails qui n’apparaissaient pas dans la plupart des autres versions, bien que Père dise toujours que leur copie n’était elle-même pas complète, loin de là. Seul le Conseil Fantôme en avait le texte intégral. Quoi qu’il en soit, il avait beaucoup appris de ces lectures avec Lara sur leur monde et son fonctionnement.

D’autres souvenirs avec la jeune fille lui revinrent ensuite, plus marginaux cette fois. Des jeux dans les rues de la ville avec de jeunes nobles de leur âge, dont une certaine Nelyssa, qui lui était promise bien qu’il ne le sache pas encore. Des réceptions au Manoir Darkmore, et lui qui dansait avec Lara, toujours avec elle et jamais avec une autre malgré les tentatives de leurs parents pour les séparer parfois afin que Nelyssa ait une chance de danser aussi avec Markus. Ce n’était pas qu’il n’aimait pas la demi-elfe Alnyriev, au contraire même, mais à l’époque il jugeait que danser avec une autre que Lara eût été la trahir.

Puis son esprit glissa sur la valse qui avait également été donnée au Manoir lors de la réception qui avait renoué les liens avec les autres guildes après la mort des Pontifes, et le Prince revit la dernière fois où il avait dansé avec sa petite sœur. Elle était alors resplendissante dans sa robe qu’elle avait reçue à l’occasion de son onzième anniversaire, et il s’avoua en son for intérieur qu’il était déjà éperdument amoureux d’elle à l’époque, tout comme elle aussi l’aimait.

Et c’est ainsi que de fil en aiguille, son esprit glissa sur l’événement qui avait à jamais fait basculer son existence. Le lendemain de cette soirée de fête.

Les flammes s’élevaient, et une jeune fille criait alors que son frère âgé d’à peine un an de plus tentait sans succès d’échapper à la poigne d’un humain au sourire agrandi par une cicatrice rituelle qui lui montait jusqu’aux oreilles afin de la libérer. Et Lara se débattait en pleurant alors que trois autres cultistes de Rakdos installaient sur une branche de ce qui devait plus tard s’appeler l’Arbre aux Pleurs la corde par laquelle la vie de la sœur de Markus fut ravie. Et Markus hurlait, encore et encore, et la corde se resserrait autour du frêle cou de la jeune fille, et les Rakdos riaient jusqu’aux pleurs, et l’autre ne relâchait pas son étreinte de fer sur le bras du futur Sorcier, en lui disant de rester tranquille s’il ne voulait pas que ce soit son tour après.

La scène se répéta maintes et maintes fois dans son esprit, et comme alors il cria dans le silence ouaté du lieu blanc.

Il l’aurait voulu, à ce moment-là, que les Rakdos le tuent lui aussi pour la rejoindre, mais voyant cela, les Rakdos trouvèrent plus amusant de l’abandonner là, et partirent continuer leurs exactions un peu plus loin. Plus précisément vers le Manoir Alnyriev, à vrai dire… Un hasard qui n’en était probablement pas un… Sa famille n’avait pas été la seule a avoir été déchirée ce jour-là…
Quoi qu’il en soit, c’était l’événement qui avait précipité sa chute à lui, Markus Darkmore. De ce moment, il n’avait plus guère eu de vie, broyé qu’il avait été par son désir d’acquérir la faculté de ramener Lara à la vie. Là avait commencé son terrible désir de pouvoir, qui l’avait finalement ruiné en cette funeste journée où Vuliev l’avait définitivement trahi. Là il avait failli perdre la raison après avoir perdu une seconde fois sa sœur. Si les efforts d’Anya n’avaient pas été couronnés de succès, jamais il n’aurait revu le jour de Ravnica. Ce n’était pas le désir de vengeance qui l’avait maintenu en vie après cela, réalisa-t-il. Sinon, lorsqu’il avait enfin plongé son épée maudite dans le cœur du traître, son existence aurait pris fin. Non, il avait continué. Pourquoi, alors que plus rien ne le retenait à la vie ?

Il réfléchit quelques instants, et trouva une réponse à laquelle il ne s’attendait guère. Parce qu’il tenait aux personnes qui l’avaient tiré d’Agyrem. Aëlys, Anya, Saphya et Silviel. Ces quatre jeunes femmes, il s’en apercevait à présent, il tenait à elles. Cette notion était presque nouvelle pour lui, et il la remua longtemps en son for intérieur. Il avait aimé sa sœur d’un amour véritable, ses parents d’un amour filial. Il avait apprécié la compagnie d’autres personnes comme Kinay et Rahinov. Il avait parfois désiré des filles mais d’un amour sans lendemain. Seulement, chez ces quatre-là, et surtout chez Aëlys et Anya, il se rendait compte à présent qu’il y avait quelque chose d’autre qu’il n’avait jamais trouvé ailleurs. Il savait maintenant ce qui lui avait manqué après avoir quitté Agyrem, et pourquoi il s’était senti déchiré en retraversant le cercle des formes noires juste à l’instant. Il tenait à toutes ces personnes, tous ces gens qui lui avaient offert amitié et soutien à un moment ou à un autre, alors que lui restait froid et distant.
Pourtant, les autres l’avaient apprécié, certains l’aimant pour ce qu’il était, d’autres pour ce qu’il pouvait devenir ou redevenir.

Ses parents, bien sûr, mais lui n’avait jamais osé aller les voir dans le Conseil après leur mort, alors qu’il savait que cela aurait pu lui apporter réconfort.
Rahinov avait été son premier ami véritable. Leurs caractères étaient pourtant fort différents, mais ils se complétaient bien, et finissaient toujours par se réconcilier. Ils s’étaient entraidés de nombreuses fois sans rien attendre en retour, comportement anti-Orzhovien s’il en était, mais typique d’amis.
Puis il avait eu Kinay. Le nécromancien s’était lié d’amitié avec lui un peu par hasard, mais la rencontre de hasard avait fini par se révéler fructueuse, tant sur le plan professionnel – Markus avait beaucoup appris du mage Golgari concernant les pouvoirs des morts – qu’affectif, le Golgari lui ayant offert son amitié et son soutien pour réanimer Lara. Sans Vuliev, peut-être qu’à eux deux ils auraient réussi à la ramener parmi les vivants… Si seulement il avait pu écouter son cœur et non son esprit lorsque son mentor lui avait dit que le temps était venu… Mais Kinay était parti de chez les Eliev, et n’avait pas reparu.
Puis Saphya. Curieuse jeune femme, à vrai dire. Fille adoptive de Palerchov et victime comme Anya des manipulations du pontife, elle avait fui sa famille, préférant la liberté. Markus l’estimait pour cela, car elle avait su faire montre d’une grande force d’âme pour cela. En outre, la part de Nelyssa en elle l’attirait involontairement. Il aimait toujours celle avec qui il aurait dû être lié, même après toutes ces années.
Ensuite, il y avait Silviel. La timide chantresse lui avait parue si fragile, et pourtant elle était si solide en elle-même ! C’était elle qui avait convaincu ses amies de se rendre dans Agyrem, elle qui avait sauvé Anya dans le Quartier Fantôme, elle qui avait gardé la volonté jusqu’au bout. Une personne de contrastes, qui savait obtenir ce qu’elle désirait sans pour autant forcer les autres. La discrète jeune femme avait également su trouver une place dans le cœur du Prince des Esprits. Tellement plus courageuse que lui elle avait été !
Anya. La jeune sœur de Nelyssa avait aussi une grande ténacité et faisait montre d’un certain don pour influencer les autres. Elle représentait à vrai dire beaucoup de valeurs que Markus appréciait chez les autres, depuis l’idéal de paix jusqu’à la noblesse de sa famille.
Enfin, Aëlys. Peut-être la plus complexe de toutes les personnes avec lesquelles il s’était lié d’amitié. La sénatrice dépressive était une personne qui pouvait à la fois être douce et sévère, et dont le caractère reflétait parfaitement la personnalité même du Prince des Esprits : douleur, désespoir, désillusion…

C’était donc pour tous ces gens que tendait le cœur de Markus, et c’était pour cela qu’il n’avait pas eu la volonté de quitter ce monde, même après ses crimes odieux, et les dieux seuls savaient comme ils avaient été nombreux. L’esprit du Prince des Esprits vagabonda également sur tous ces événements, depuis la décision d’en finir avec les Pontifes même s’ils étaient corrompus jusqu’à l’horrible fin de Vuliev, l’épée maudite que Markus avait créée spécialement pour cette occasion lui drainant sa vie mais aussi son âme plantée dans le cœur, en passant par le moment où il avait trahi le Nécromancien, en usant des pouvoirs des Sorciers pour lui drainer son essence vitale et magique. Plus bien d’autres, moins importants dans la hiérarchie ravnicane, mais des personnes à part entière comme lui, qui auraient pu vivre des décennies ou des siècles encore. Sans compter toutes les âmes perdues qu’il avait détruites ou drainées de leur énergie pour accroître la sienne propre. Et dans son esprit, toutes ces personnes, tous ces spectres portaient à présent un regard accusateur sur Markus. Le temps était venu du jugement, et le Prince des Esprits plaidait coupable.

Et alors que sur cette pensée s’achève son retour en arrière, une voix résonne dans son esprit :


¤ Chercher, c’est aussi savoir se perdre. ¤

Alors, dans ce blanc toujours aussi immense, il ressentit comme une illusion étrange. Comme si on lui arrachait quelque chose. Plus profond encore que son esprit. Plus fort que son corps. Comme s’il perdait son âme en elle-même. Comme si on lui arrachait la seule chose qui le rattachait encore à ce monde. Et plus le temps passe, plus la sensation se faisait forte. À terme, sans même qu’il ne s’en rendît compte, ses yeux se fermèrent et il perdit conscience. La dernière pensée qui traversa son esprit avant qu’il ne bascule dans les ténèbres fut :

***Je suis libre.***

¤ ¤ ¤

Loin, très loin de là, une forme éthérée commençait à s’élever au cœur d’un sombre donjon. Mais alors qu’elle tentait de se redresser, elle se figea. Quelque chose la bloquait encore, la retenant et l’empêchant de rejoindre ses sœurs. Elle poussa un soupir, puis disparut.

¤ ¤ ¤

Il s’éveilla. Il faisait face à quelqu’un. Quelque chose en lui semblait lui rappeler quelque chose, mais il ne parvenait pas à déterminer quoi. L’autre avait les yeux fermés, comme s’il était en méditation, et tout comme lui il avait les jambes croisées en tailleur. Ses mains étaient ouvertes, posées sur ses genoux, et entre celles-ci s’écoulait un mana qui semblait encore plus fluide que l’eau et l’air.
Soudain il réalisa pourquoi il connaissait cette personne.


***Mais c’est moi !***

Sur cette pensée les yeux de l’autre s’ouvrirent. Des yeux étranges. L’un était rouge, l’autre vert. Ils semblèrent se graver dans son esprit, plus puissamment que si cela gravait dans le marbre. Il vit des images passer dans son esprit, plus rapidement que tout ce qu’il ne pourrait jamais faire. Il eut l'impression que tout commençait à se désagréger. Il eut une dernière vision qui s'imprima dans son esprit.
Une fille qui lui ressemblait fortement, un air de famille.
Mais il était incapable de dire de qui il s'agissait. Tout comme il était incapable de te souvenir ce qu'il venait de se passer. Ni même comment il s’appelait.


***J’existe…***

Puis tout sembla reprendre son apparence normale. Il se tenait dans un champ de Ravnica, ouvert à tout vent.

***Oui, la Cité des Guildes…***

Il sentit un masque sur son visage. Autour de lui, des créatures, peut-être des hommes noir vêtus. D’autres personnes, aussi. Certaines dont le visage l’inspire, mais dont il était incapable de reconnaître les identités. En revanche, les guildes auxquelles ces personnes appartenaient étaient faciles à identifier. Il y avait une selesnyane, plusieurs golgaris et encore d’autres.

***Que fais-je ici ?***

Une autre image lui revint. Celle de deux personnes.
Le mot « Parents » s’imposa à son esprit.
Ils l’appelaient doucement.


« Vladimir Darkmore. »

***Ainsi donc, tel est mon nom ?***

La voix inconnue s’imposa alors une dernière fois à son esprit :

¤ Perdre, n'est-ce pas une autre façon de se trouver... ? ¤

¤ ¤ ¤

Alors qu’Anya et Rahinov parlaient, personne n’avait remarqué le retour du personnage masqué…

_________________
Ceux qui m'ont affronté ne me craignent plus : les morts ne connaissent pas la peur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr/
Anya Alnyriev
Apprenti nécromancien
Apprenti nécromancien
avatar

Nombre de messages : 214
Localisation : Prisonnière du Quartier Fantôme
Date d'inscription : 21/01/2008

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'Expérience.:
259/300  (259/300)
Zinos (argent):
96/1000  (96/1000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Dim 23 Jan 2011 - 1:52

Anya hocha la tête. Les questions du pontife étaient légitimes, et elle avait les réponses à beaucoup d’entre elles.

« Pour répondre à votre première question, je pense que Vuliev ne m’a pas éliminée en personne tout simplement car il y a des moyens de déterminer l’identité d’un meurtrier, et un assassin fint toujours par être bavard. Nous enfermer à jamais dans Agyrem présentait l’avantage de ne laisser aucune trace, et si Markus n’avait pas retrouvé le désir de vivre, nous y serions restées nous aussi, car Aëlys n’était guère encline à revenir dans le monde des vivants. Moi-même ai failli y rester. Je pense que c’est sur cela que Vuliev comptait. Si Markus n’était pas revenu, toute l’affaire aurait simplement pu passer pour un lamentable accident. »

Anya attendit un instant que Rahinov marque son approbation avant de poursuivre.

« Concernant la teneur du texte signé par mon père, je ne le connais pas, et je crois que seuls Vuliev et Alexandr Palerchov le connaissaient réellement. Peut-être que Markus l’a retrouvé après avoir tué le traître, mais je ne crois pas, sinon je pense qu’il l’aurait détruit afin d’invalider le testament, et m’en aurait avertie. Je ne le vois pas garder cela par-devers lui, surtout après qu’il ait vu les horreurs que cette simple signature a pu faire commettre. Mais au vu des actions de Vuliev, l’héritage devait réellement et uniquement être destiné aux pontifes de droit de naissance au moment de sa validation, à savoir la disparition des dernières gouttes de sang Alnyriev. En conséquence, si je mourais maintenant, à moins que Markus n’ait survécu, ce que j’espère de tout mon cœur, personne n’hériterait de la fortune de ma famille, sauf si le nouveau testament que j’ai fait faire voici un an à présent chez un notaire Orzhov a invalidé le précédent. Mais cela m’étonnerait. Vuliev comme Aleksandr ne se seraient pas laissés piéger par un moyen aussi simple, sinon, il y aurait belle lurette que ma sœur et moi aurions été en sécurité. »

La jeune demi-elfe devina la question implicite qui venait de se former dans les yeux du pontife suite à ses dernières paroles, et décida d’y répondre sans attendre avant de passer aux autres points soulevés par Rahinov.

« Si vous tenez vraiment à savoir en quoi consiste le nouveau testament, que ce ne soit pas un secret. La fortune de ma famille ira pour moitié aux institutions recueillant les enfants orphelins à Ravnica, la moitié du reste étant répartie entre différentes autres œuvres caritatives. Une partie sera ensuite donnée aux institutions servant la loi dans cette cité, une petite partie sera pour ma guilde, et le reste sera partagé entre toutes les personnes qui ont apporté aide et soutien à moi ou à ma famille, ou à leurs héritiers. Entre autres, vous trois, mais aussi Markus, Aëlys, le comte Enlik, Ivan et quelques autres que vous connaissez aussi parmi ceux qui étaient avec nous dans le cimetière, la mine ou ailleurs. »

Sur ces mots, elle eut un petit clin d’œil à Silviel en se remémorant les circonstances de leur première rencontre. Elle sourit à ses amis, puis reprit :

« Je vais maintenant répondre à votre troisième question Messire. Je ne vous jugerai pas mal pour vos actions, ni vous, ni Markus. Croyez-vous que je sois moi-même une sainte ? Silviel elle-même pourra témoigner que non, si elle se rappelle les circonstances de notre première rencontre. Vous avez fait ce qui vous a paru bon pour la santé de votre guilde, et je ne vous en blâme pas, bien au contraire. Vous avez sauvé la guilde Orzhov d’une catastrophe, et je dois même vous en remercier. Le fait que vous n’ayez pas su ce que manigançait Vuliev est tout à votre honneur, car vous avez agi selon ce que vous ordonnait votre cœur et non pas sous l’influence de l’avidité. Vous êtes quelqu’un de noble, malgré vos origines que vous croyez peut-être quelconques. »

Sur ces mots, la jeune fille adressa un sourire franc au pontife.

« En revanche, je sais que je ne pourrai jamais me défaire de mon héritage Orzhov, et je ne cherche plus à le faire de toute manière. Je tâche à présent que Vuliev est mort et que par conséquent la menace qui plane sur ma vie est moins précise – quoique, il faudrait voir, avec ce dans quoi nous sommes plongés » – elle eut un regard éloquent vers ce qui l’entourait, depuis les formes noires jusqu’à la lueur fuligineuse dans le ciel, en passant par le corps raidi de la malheureuse Jade – « de vivre ma vie comme je l’entends. Je suis heureuse chez les Golgari, et je me moque de mon héritage si ce n’est pour m’en servir afin d’aider ceux qui en ont besoin. En réalité, peu de choses encore me rattachent moralement à la guilde de ma famille. Peut-être uniquement ceci, même… »

Sur ces mots, Anya eut un regard vers ses vêtements, sa longue robe bleue dont l’ourlet était un peu froissé après sa marche jusqu’au lieu de rendez-vous, et qui détonait avec l’ambiance lugubre de la scène. Puis elle eut un petit rire en voyant la mine déconfite de ses compagnons.

« Oui, je sais, je suis bizarre, un Golgari normalement constitué ne se préoccupe pas de sa toilette comme une dame de la noblesse Orzhov. Et bien, peu m’importe. Je suis comme je suis. Et cela ne va pas nous avancer quant à ce que nous vivons en ce moment. »

Son rire s’évanouit comme ses paroles s’évanouissaient dans l’atmosphère glauque des lieux, et son visage reprit son aspect plus sérieux qu’il arborait habituellement. Mais en ses yeux brillait encore une parcelle de son humeur joyeuse.

« Peut-être cela vous aidera-t-il de savoir pourquoi je suis ici, en fait, » reprit-elle plus tranquillement. « Je suis venue par curiosité, et parce que j’étais certaine de retrouver des personnes qui m’étaient chères. Si vous y tenez, je vais vous révéler ce qui était inscrit sur mon "invitation". Bon, le début n’était pas très clair, ça parlait d’argent, de puissance, de secrets que j’avais toujours voulu savoir ainsi que le lieu où aller si je le souhaitais, bref le tas de fadaises qu’on voit toujours dans les histoires à un zib. J’allais jeter le message quand j’ai vu ce qui était noté au dos : les mots "Sœur", "Amant", "Orzhov", "Sentiments"… et "Kinay". »

Elle rougit à cet aveu. Mais si elle voulait savoir ce que recelait le message des autres, afin de trouver un moyen peut-être de les sauver tous, il lui fallait consentir à ce sacrifice, et aller même plus loin.

« C’est cela qui m’a fait décider finalement d’y aller. Le fait qu’on en sache autant sur moi. Et la probabilité que je retrouve réunis les éléments du message en ce lieu. C’est le cas. J’ai retrouvé ici Kinay, que j’aime, ma sœur et des Orzhov que j’apprécie. Voilà, vous savez tout à présent. Libre à vous de me juger ou non. Mais je crois qu’il faudrait que nous nous ouvrions tous, afin de mieux nous connaître. Afin de pouvoir tous nous soutenir dans cette épreuve, et de nous en sortir. Nous ne saurons peut-être jamais quels étaient les secrets de Markus, d’Aëlys et de Jade, mais je parierais que pour lui il y avait le nom d’une personne qu’il aimait… »

Elle s’interrompit à ces paroles, ne sachant si elle devait révéler à d’autres que ceux qui avaient été présents avec elle lors de ce terrible voyage dans le Quartier Fantôme le lourd secret du Prince, et chercha le soutien dans les yeux de son amie, qu’elle n’avait toujours pas lâchée, pas plus que le Golgari qu’elle aimait.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinay, paria Golgari
Mage rebelle Golgari
Mage rebelle Golgari
avatar

Nombre de messages : 1177
Age : 26
Localisation : Parmit les mendiants
Date d'inscription : 05/04/2007

Feuille de personnage
Niveau: 4
Points d'Expérience.:
432/500  (432/500)
Zinos (argent):
451/1000  (451/1000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Dim 23 Jan 2011 - 20:08

Kinay tressaillit quand il entendit l'identité de l'homme masqué qui venait de partir, il ne l'avait pas reconnu. Lui un de ses seuls amis étaient devenu complètement différent. Le golgari s'en voulait tout en écoutant ce qui aurait put être un conte nostalgique. Il n'avait pas été là pour lui, il avait disparu pour ses intérêts mais n'avait même pas penser que sa disparition risquait de peser à d'autres. Il s'en voulait, Markus avait souffert, avait été manipulé, comme lui en somme, et il était resté seul. Le débat stérile entre Anya et Rahinov laissa Kinay morose, il se rendait compte qu'il n'était au final qu'un égoïste, se servant de ses amis quand il en avait besoin mais ignorant quand ces derniers avaient besoin de soutient.

*Je me suis égaré, si je dois devenir plus fort, ce n'est pas que pour ne plus être une marionnette dans se monde, mais aussi pour protéger ceux qui me sont chère. Mon esprit ne s'égarera plus.*

...J’ai retrouvé ici Kinay, que j’aime...

A ces mots Kinay revint à la réalité, il avait donc été si absorbé par ses objectifs qu'il n'avait pas vu cela. Il regardait Anya pendant un moment, alors que cette dernière rougissait. Il avait été si distrait.

"Je suis désolé, vraiment désolé. Plus jamais je ne laisserais tomber ceux à qui je tiens. On va avancer, puis on sortira Markus de ses tourments. J'en fais la promesse..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Lyvaenya
Orzhov déchue
Orzhov déchue
avatar

Nombre de messages : 442
Localisation : Où veux-tu que je sois, telle est la question...
Date d'inscription : 18/04/2009

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'Expérience.:
283/300  (283/300)
Zinos (argent):
104/1000  (104/1000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Mer 29 Juin 2011 - 21:32

Alors que les discussions continuaient du côté des protagonistes, le ciel se couvra très rapidement. Trop rapidement. Un petit être fit son apparition, intrigant, mais personne ne put prendre le temps de l'étudier qu'il disparaissait déjà. Et les premières gouttes d'eau commencèrent à tomber. "Il faut que l'on se..." L'azorius ne put finir sa phrase qu'une pluie torrentielle se mit à tomber en torrent, réduisant à néant visibilité et audition à tout un chacun. Un véritable mur d'eau s'abattait maintenant sur le terrain vague devenu tour à tour champ de négociations, de retrouvailles ou de batailles. On ne distinguait plus que des formes à travers cette eau suintante.

Un cri perça le silence qui s'était installé depuis que la pluie avait commencé à tomber. Un cri de femme. Aigüe, sombre, strident. Un cri à vriller la cervelle du plus preux des hommes.

Puis un rire. Un rire retentissant, continue. Sadique, fou et déraisonné.


"Mais que... Lionne ?! Qu'est-ce que..." La voix n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'un nouveau cri interrompait son questionnement. Un cri d'horreur cette fois. De souffrance et de tristesse.
La pluie battait avec force la tête de chaque personne, et Tar'k commençait à sentir une vive douleur irradier le haut de son crane. Mais il n'était pas le seul. Au loin, un nouveau cri retentit.


"Ce carnage doit cesser ! IL DOIT CESSER ! retentit la voix de l'Azorius pleine de colère. ECUMEUR DES VENTS, ICI TU ES MANDE !" Le ciel sembla se concentrer en un point précis. Puis, il sembla tourner sur lui-même, découvrant enfin une orée de lumière, laissant rapidement la place à un élémental imposant, qui, d'un léger rapide sort, dégagea l'horizon et fit taire la pluie. La vision était un carnage. La moitié des participants étaient morts. Seul restait debout une Azorius épuisée, ne pouvant se retenir qu'à l'aide de son bâton, des traces de brulure partout autour d'elle, les mains encore noires, la peau assombrie par endroit. Kinay était encore debout, quasiment imperturbable. Rahinov restait encore. Le selesnyen aussi. Le gobelin également. Et au centre, se trouvait Lionne. Elle se tenait à quatre pattes, tel un fauve prête à sauter sur tout ce qui l'entourait. Ses manières étaient plus que bestiales. Elle était devenue bête. Entre ses crocs et ses griffes, du sang dégoutait encore. Tout autour d'elle se trouvait les cadavres de ses compagnons d'infortunes. Anya gisait encore entre ses dents, sans vie. Le sang du gobelin ne fit qu'un tour.

"Je préfère encore mourir carbonisé que par ta main, infâme créature." Entre ses mains pulsèrent près de quatre manas rouges. A peine le temps à Lionne de s'élancer vers le gobelin. Du feu commença ç s'échapper de son corps, et il le projeta avec force vers la Simic, qui le reçut de plein fouet, se faisant projeter par l'explosion plusieurs mètres en arrière.

"Adieu," murmura la voix de l'Orzhov sans qu'il ne comprenne ce qui lui arrivait. La figure noire autour des participants au jeu venait de s'avancer, dévoilant l'apparence de Messire Darkmore. Une longue lance de mana blanc vint se figer dans le corps de Lionne, lui perforant littéralement l'abdomen. Il ne restait là que quelques organes épars sanguinolents.

"Markus ? Markus, qu'est-ce que... ?" La réponse de Rahinov ne put pas aboutir que déjà Lord Darkmore levait les bras au ciel, appelant à lui les esprits alentour.
"Je ne suis pas Markus... Je suis Vladimir !" Autour de lui, les esprits commençaient à affluer en un nombre imposant. Trop imposant. A cette vue, Kinay commençait lui-même à rameuter ses troupes, bien que moins conséquentes.
"Je suis Vladimir Darkmore et je suis enfin LIBRE ! Libre de vous anéantir, et reprendre la p^lace qui me revient de droit. La guilde, les guildes, la cité... ELLE EST A MOI ! Et vous êtes morts !"
Ce soudain revirement prit de court les participants lorsque les spectres se lancèrent à leur assaut. A peine le temps de réagir qu'ils étaient déjà sur eux.

"Il faut se regrouper," s'écria le pontife à l'attention des derniers survivants. "Venez, l'écumeur nous protégera !" s'éleva la voix de la vedalken. "Inutile. Défense futile." Et alors qu'il prononçait ces mots, l'écumeur se mit à vaciller et disparut soudainement, laissant le groupe sans défense, les zombies de Kinay étant été rapidement éradiqués. Le combat qui s'ensuivit alors fut d'une violence rare, personne ne laissant de terrain à l'adversaire. Mais le combat finit inévitablement à tourner en faveur de Vladimir Darkmore. Bientôt, les survivants se regroupèrent acculés. Toutefois, un dernier soubresaut agita Rahinov, pris d'une idée folle.

"Je vais te montrer ce qu'il en coûte de me mettre en colère !" Entre ses mains, plusieurs manas commencèrent à tourbillonner, prêt à exploser, sur le point de tout raser sur son passage lorsqu'un sourire vint s'afficher sur le regard de Vladimir. "Et moi je vais te montrer ce qu'il en coûte de provoquer la colère d'un dieu. La colère de ton dieu. Soudainement, sous l'effet d'un quelconque mana blanc, le sort de Rahinov échoua sans raison particulière. T'es-tu acquitté de ta dîme ? Non. Alors prépares toi à subir ma damnation." Cette fois, ce fut entre les mains de Vladimir que le mana, noir cette fois, vint se condenser et exploser, ravageant sur son passage créatures et protagonistes divers. Lorsque le sort vint à s'évanouir, Vladimir était le dernier individu debout. Il vint se placer près de Rahinov, la tête enfouie dans le sol, et le retourna du bout de son pied. Celui-ci tourna sur le côté, et il l'observa longuement.

"Et ça se dit Orzhov... Même parun originel ? Foutaises ! Préviens ta guilde que Vladimir Darkmore va revenir. Et qu'il compte bien retrouver sa place d'antan. La prochaine fois que nous nous verrons, tu n'auras aucune chance."

Sur ces derniers mots, la lueur dans les yeux de l'homme s'éteignit, et son corps retomba, à la façon d'une marionette dont on aurait tranché les fils la reliant à son créateur. Alors apparurent une dizaine de personnes. Chacune d'entre elle étant une des formes que les participants avait déjà vu.

"Finalement, aucun n'avait l'étoffe... Que je suis déçu..." Commença l'un. "Tant de temps à sonder leur esprit, et rien. Rien d'autre que des êtres faibles... Tant pis..." Nous en trouveront d'autres... Quoi qu'il arrive... A terme, elle sera à nous... Rien qu'à nous..."

Ils repartirent tous d'un rire étrange et différent et disparurent aussi soudainement qu'ils étaient apparus...

Tous se réveillèrent en sursaut. Ils étaient tous au même endroit, dans cette plaine vide. Pourtant, ils étaient sûrs qu'ils venaient de combattre leur pire cauchemar dans cette plaine... Tout cela n'était... Qu'un rêve ? Impossible. Ils l'avaient vécu, ils en étaient tous persuadés. Il allait falloir expliquer tout cela. Surtout les marques de brulure de l'Azorius, ou les douleurs de Lionne au niveau du ventre. La plupart se regardèrent longuement, sans mot dire. Puis, certains, se reconnaissant, commencèrent à en parler entre eux, rentrant à pas doux vers leur foyer. Ils avaient tous eux le même rêve, et ils pouvaient tous l'assurer. Surtout lorsqu'ils comprirent que les uns et les autres pouvant rajouter une foule de détails oubliés. Il s'agissait de plus qu'un rêve, ils en étaient tous sûrs. Mais quoi donc ? Peut-être trouverait-il la réponse un jour.
Alors qu'ils s'éloignèrent lentement de cet endroit maudit, un personnage petit et un peu délirant sortit d'un rocher et les regarda s'éloigner. Un petit rire crispant secouant sa carcasse.


[Hrp :] Cliffhanger de malade hein ? Wink
Quête finie abrupte mais il le fallait, puisque personne ne pouvait plus continuer à ce rythme. L'xp sera distribué, pas d'or par contre, et les dialogues et vécu restent inchangés. Anya a donc déclaré sa flamme à Kinay, et tous les autres se rappellent parfaitement de cette quête comme s'ils l'avaient vécu. Si certains PJs veulent juste faire leur dialogues entre eux, qu'ils ne se gênent pas, autrement la quête est finie. Markus Darkmore se rappelle qu'il est Markus Darkmore et non Vladimir. [/Hrp]

_________________
Après la nuit
Avant le jour
Et à travers les roselières

Après la nuit
Avant le jour
J'irai chercher les hautes lumières


Dernière édition par Jade Lyvaenya le Mar 28 Aoû 2012 - 1:22, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douleur, Le Quatrième
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 306
Localisation : Là où on ne peut me trouver, en train de décider de votre destin.
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Ven 24 Aoû 2012 - 12:59

[Hrp :] Wouhou !
Je vais faire des heureux, l'expérience vient d'être décompté. Préparez-vous à passer de niveau pour certains !

Kinay : 50 xp
Szerak : 57 xp
Silviel : 55 xp
Rahinov : 78 xp
Jade : 55 xp
Sarkas : 57 xp
Nihil : 70 xp
C'thu : 27 xp
Tar'k :40 xp
Aëlys : 39 xp
Konokha : 47 xp
Calladus : 35 xp
Lionne : 34 xp
Lord Darkmore : 39 xp
Anya : 25 xp [/Hrp]

_________________
Un jour, toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr/
Jade Lyvaenya
Orzhov déchue
Orzhov déchue
avatar

Nombre de messages : 442
Localisation : Où veux-tu que je sois, telle est la question...
Date d'inscription : 18/04/2009

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'Expérience.:
283/300  (283/300)
Zinos (argent):
104/1000  (104/1000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Mar 28 Aoû 2012 - 1:25

[Hrp :] Une réécriture très importante de la fin pour cette quête qui méritait bien mieux qu'un deus ex machina au vu de l'investissement des PJ que je tiens à saluer ! Je n'ai d'ailleurs pas trop fait jouer les autres personnages pour ne pas trahir leur façon de faire. Si vous voulez corriger ceci ou cela, vous êtes les bienvenus par MP !
J'en profite pour remercier tous les participants qui me liront et qui m'ont permit d'avoir beaucoup de plaisir à jouer cette quête importante qui mets en place beaucoup de mes campagnes futures !

Merci à vous tous ! [/Hrp]

_________________
Après la nuit
Avant le jour
Et à travers les roselières

Après la nuit
Avant le jour
J'irai chercher les hautes lumières
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justice, le Deuxième
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 485
Age : 32
Localisation : Partout et nulle part
Date d'inscription : 14/01/2008

Feuille de personnage
Niveau: 100
Points d'Expérience.:
150000/100000  (150000/100000)
Zinos (argent):
1000000/1000000  (1000000/1000000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Mer 29 Aoû 2012 - 2:26

As-tu déjà distribué les points d'expérience, ou veux-tu que je m'en charge, ainsi que d'avertir les joueurs gagnant un niveau ?

_________________
Exclamation Attention, MJ méchant. Exclamation
Tableau de chasse : Rahinov, Hellebron, Rennac, Johann, Le Tueur Inconnu
Prends garde, Invité, tu pourrais être ma prochaine victime !

itchingsmile itchingsmile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Szerak
Apprenti lobotomiste
Apprenti lobotomiste
avatar

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Niveau: 4
Points d'Expérience.:
356/500  (356/500)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   Mer 29 Aoû 2012 - 21:20

[HJ : Je laisse une petite réponse, juste pour le fun. Wink]

L’homme ne répondit pas à la question qui lui fut posée. Szerak commença à se demander si cet individu n’était pas le fruit de son imagination. Car tout ce qui l’entourait n’était pas réel, il le savait. Comment pouvait-il rester debout, alors qu’il ne respirait pas ? À cette pensée, le Dimir se sentit soudainement étouffer. Le silence de la cellule fut rompu par des milliers d’esprits hurlant leur douleur. Dans ce chaos silencieux, il lui sembla de percevoir une voix. Elle l’appelait. Non, ce n’était pas à lui qu’elle murmurait… Mais à qui alors ? Elle sonnait dans sa tête, rebondissant de tous côtés. Il ne se sentait plus réfléchir. Le silence de la cellule contrastait avec les hurlements des esprits et les murmures de cette voix qui résonnaient dans son esprit. Le lobotomiste porta les mains à ses oreilles, mais les cris ne se firent que plus intenses. Il sentit ses muscles se crisper d’eux mêmes, toujours incapable de respirer.

« Tu me veux quoi ?! »

Szerak tomba à genou et commença à comprendre pour qui les appels de la voix étaient adressés : son esprit. Il sentit ce dernier le quitter, mais il imposa résistance. Tandis que les hurlements s’intensifièrent et la voix s’amplifia, il s’écroula au sol, les mains toujours bouchant ses oreilles, ordonnant à son esprit de ne pas abandonner son corps. Il ne retrouva pas la respiration, sentit son manteau humide et crut apercevoir des bulles d’air autour lui passer devant le nez. Après quelques instants d’agonie, il se sentait trempé, comme s’il venait de sortir de l’eau. Ou était-il carrément dans l’eau ? Les hurlements et la voix se turent soudain. Il sentait son esprit toujours là. Il ouvrit l‘oeil et aperçu un paysage trouble et d’une couleur turquoise. Lorsqu’il remarqua que sa respiration était toujours coupée, il comprit qu’il était submergé dans cette eau dans laquelle des bras l’engloutirent. Il tenta de remonter à la surface, crachant des bulles d’air de sa bouche. À ce point là, il avait de la peine à différentier le réel de l’imaginaire. Depuis combien de temps était-il là, le souffle bouché par toute cette eau ? Bien que la cellule et l’homme qui s’y abritait semblaient des illusions, les hurlements et les murmures semblaient bien réels. Alors pourquoi ces derniers s’estompèrent dès son réveil ? Il sentit ses forces l’abandonné, l’eau pénétrant des ses poumons.
Alors qu’il était au bout du gouffre, englouti dans les eaux, le Dimir crut entendre des bruits de pas. Et aussi des voix. Il ouvrit lentement son œil unique et aperçu de la lumière. Bien qu’il se croyait mort, il avait retrouvé sa respiration. Etant couché, il décida de lentement se relever et lancer un coup d’œil alentour. Il était dans la même plaine où il prit rendez-vous avec cette chose innommable. Il reconnut également ses compagnons de quêtes.

* Suis-je en vie ? Tout ceci n’était donc qu’un rêve ? *

Les autres semblaient se poser les mêmes questions. Contrairement à eux, Szerak ne partagea avec personne ce qu’il vécut. Bien que tout cela ne fut qu’une série d’illusions, parfois incrustées dans d’autres, ce qu’il ressentit était bien réel. Le souffle coupé, les hurlements des esprits, cette impression de noyer ne pouvaient être simplement une imagination. Il resta longtemps au sol, assis, songeant à nouveau à tout ce qu’il venait de voir, d’entendre et de ressentir. Il parcourut son rêve dans le détail. La rencontre avec le meneur de jeu, les réactions des autres joueurs, les homme-ombres qui se tenaient derrière chaque participant. À cette pensée, le Dimir comprit que ce n’étaient pas les uniques marionnettes que ce monstre contrôlait. Puis il revit la marre de sang. Jamais la vérité que l’hydromana lui révèle ne fut aussi angoissante. Il se sentit une nouvelle fois noyé, lorsqu’il pensa à la suite : des bras surgirent de cette eau rougeâtre pour l’engloutir dans ses profondeurs. Et cette sirène ? Que pouvait-elle bien signifier ? Il ne put que repenser à Naelyna. Elle était en quelque sorte sa muse des mers. Mystérieuse, énigmatique, pleine de surprises. Mais aussi pleine de dons. Elle pouvait beaucoup lui offrir.

Szerak reprit lentement ses esprits. Cette expérience, aussi angoissante et étrange qu’elle fût, lui rappela une importante leçon. La vie est un jeu et les personnes qui tirent les ficelles en font partie. Eux aussi peuvent perdre. Il suffit de jouer ses cartes de la meilleure des façons. Telle était l’intention du Dimir. De plus, il avait dans son jeu une carte importante. Il décida de se lever enfin, évitant tout contact visuel avec les autres joueurs, et se dirigea vers sa demeure, espérant de pouvoir revoir sa précieuse carte, un jour.

* Naelyna… Nous avons à discuter. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quel lieu agréable pour mourir... [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» [B] Vivre pour mourir
» Quel est le comble pour un masseur ? ? Jared
» Quel pays est fait pour moi ?
» Zéro faute pour un Saint-Louisien
» RETRAITE , QUITTER LC POUR INDÉTERMINÉ... TOUJOURS PEUT ETRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic The Gathering-Jdr :: Quêtes/Scénarios :: Quêtes-
Sauter vers: