Magic The Gathering-Jdr

Jeu de rôles inspiré du jeu de cartes
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Szerak, lobotomiste infiltrateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Szerak
Apprenti lobotomiste
Apprenti lobotomiste
avatar

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Niveau: 4
Points d'Expérience.:
356/500  (356/500)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Szerak, lobotomiste infiltrateur   Mer 13 Fév 2008 - 16:37

Histoire


Szerak Xerec. Combien de personnes auraient survécu après avoir vécu ce que lui a vécu ! Le nombre n'est sûrement pas gigantesque ! Un simple humain serait mort rapidement. Mais plutôt que de vous faire une longue introduction, allons droit au but.

Sirik Xeroc, véritable nom de Szerak, a vécu une vie paisible faite de bonheur, auprès de son père, sa mère étant morte. Son père était un grand lobotomiste de la maison Dimir, comme son propre père avant lui, et ainsi de suite. Qu'a-t-il à voir avec la souffrance mentionné dans l'introduction, me diriez-vous ! Beaucoup d'enfants naissent dans la rue et sans parents ! Eh bien, ces enfants-là ont vécu la souffrance depuis le début. Mais il est bien plus difficile d'accepter une souffrance après une vie de bohneur.
Tout commença quand le petit Sirik n'avait que huit ans. Un jour, son père l'emmena au sommet d'un immeuble. Il tenait avec lui deux sabres. Il en lança un devant Sirik.

" Fils ! Tu grandit vite. Tu commence à devenir toi aussi un homme ! Et un jour tu deviendra un grand lobotomiste ! Je suppose que tu sais quel est le point faible d'un lobotomiste ! Le corps à corps ! Et pour survivre dans ce monde, il faut être le plus puissant ! Et c'est la polyvalance qui prime ! Tu vas me combattre ici et maintenant ! Tu commenceras par t'entraîner au corps à corps ! Comme mon père à fait avec moi ! Et comme mon grand-père à fait avec mon père ! Brandi ce sabre, et combat moi ! "

Inutile de vous dire qui en sortit vainqueur ! Sirik se retrouva au sol. Il n'eut même pas le temps de réagir, que son oeil gauche à été tranché par son père.

" Arrête de pleurer ! Tu es indigne de faire parti de la guilde ! Disparaît de ma vue et n'ose plus te montrer ici ! "


Sirik se retrouva dans la rue, seul. Il vécu de vol et de délinquance dans le quartier. Il était méprisé par tout le monde. Chaque nuit, il fermait son unique oeil, espérant ne plus jamais se reveiller...

Au fil des années, il cultivait toujours une grande haine envers son père. Il se demandait si ce n'était pas lui qui avait tué sa mère. Il vivait avec une seule ambition : tuer son père dans la pire des souffrances ! Et quel souffrance mieux que la lobotomie !
À l'âge de quinze ans, il avait aquis une bonne agilité pour l'infiltration. Il utilisa cette qualité pour s'infiltrer dans la bibliothèque de son père et voler le Grimoire du Lobotomiste. Son père vivait seul, donc il échappa facilement à son attention. Il ne comprenait pas grand chose de ce qui était écrit dans le grimoire, mais il apprit les bases de la lobotomie.

Sirik a maintenant dix-huit ans, quand il entra dans la guilde des Dimir sous son faux nom de Szerak Xerec, pour éviter les problèmes. Il pouvait espionner son père de près et s'améliorer, jusqu'au jour de sa vengeance. Il n'avait qu'à attendre ce jour avec patience. La vengeance est un plat qui se mange froid !


Psychologie


Szerek est quelqu’un de très malin. Rien ne lui échappe. Aucun espion n’échappe à son attention. Il a également une grande capacité à prendre les meilleurs décisions dans n’importe quel situation. Il ne laisse rien au hasard, et réfléchit bien avant d’agir. Sûrement une caractéristique de sa famille.
Il est hypocrite. Il ne montre aucun sentiment. Pratique pour un infiltrateur, s’il se fait capturer. Il ne montre pas avoir l’air menteur, ni sincère, ce qui peut perturber le kidnappeur.
Ce qu’il définit comme un défaut est son orgueil. D’un côté, il ne se rend jamais, et continue de ce battre dans toutes les situations. D’un autre côté, il est incapable de tuer un homme qui ne peut pas se défendre. Pas pratique pour un lobotomiste.
Il est très prudent. Il porte souvent des poignard dans son manteau. Il doit pouvoir ce défendre dans toutes circonstances.
Comme cité ci-dessus, sa grande ambition est de tuer son père, dans lequel il avait une grande confiance et beaucoup de respect, qui a osé l’abandonner sans aucun remords.


Physique


Il est assez grand (1m80). On voit rarement son visage, étant donné qu’il est toujours sous un capuchon. Il ne peut s’empêcher de le montrer. Sa cicatrice sur l’œil gauche est trop caractéristique. Ses yeux sont aussi rouge que le sang. Étant petit, se cheveux étaient plutôt noirs, mais en grandissant ils ont pris une étrange couleur violette.
On le voit souvent vêtu d’un manteau bleuté, encapuchonné. Il porte aussi des gants, la plupart du temps, et des grosses chaussures. Ses coups de pieds, déjà bien puissants, feront plus mal !


Caractéristiques


Force : 1
Constitution : 1
Esprit : 2
Energie : 2
Intelligence : 3
Agilité : 2


GRIMOIRE


Drain psychique
Déférence
Emprise de la Citerraine

Infiltrateur dimir
Perplexité
Recherche compulsive
Invitation à la paranoïa
Imbroglio de mixture
Consultation des nécrosages
Cellule de stase
Enjôleur vedalken
Terraformeur
Dérive de phantasmes


Dernière édition par le Jeu 14 Fév 2008 - 12:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Szerak
Apprenti lobotomiste
Apprenti lobotomiste
avatar

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Niveau: 4
Points d'Expérience.:
356/500  (356/500)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Szerak, lobotomiste infiltrateur   Mer 8 Aoû 2012 - 12:48

Les Pensées
par Sirik Xeroc


☽ ------------ ♗ ------------

Prologue

Pour ne pas oublier

On dit que la solitude est une cause de l’instabilité mentale. Suis-je devenu fou ?

Je viens de rentrer dans ma putride baraque. Dix ans se sont écoulés. Dix ans que je vis dans la misère, tandis que ce chacal est noyé dans les voluptés de la luxure ! Dix ans que je ne cesse d’entraîner mon corps et mon esprit pour devenir plus fort… Mais dans quel dessein ? Admettons que je parvienne un jour à accomplir ma vengeance ; que vais-je faire ensuite ? Me battre pour la guilde, comme lui ? Devenir comme lui ? Irradier de ce monde un vil vieillard, pour finir comme lui ?
J’ai passé ma soirée sur un toit. D’abord debout, puis assis, puis couché, puis à nouveau assis, en songeant à tout cela, au destin, à l’avenir. Que deviendra-t-il de ce petit chapardeur des rues ? J’ai rejoins la Guilde des Secrets, mais dans quel but, véritablement ? Si la raison principale est celle de tuer le chacal, je devrais commencer à songer aux conséquences… Je travaille pour un… vampire. Un démon, qui ne vise que la gloire personnelle. Je ne suis qu’un pion. Nous ne sommes tous que des pions. Qui sait, peut-être qu’une entité supérieure joue aux dés avec les pauvres mortels que nous sommes. Qui sait, peut-être ne sommes-nous que des jouets, pour un être suprême, au-delà des étoiles, qui rit et ne cesse de rire, tandis qu’un pauvre, là, dans sa baraque en ruine, se doute de son existence. Et moi dans tout cela… J’ai une conscience, un esprit, des ambitions ! Quel vil destin emprisonnerait des êtres pensants dans une cage de verre, rien que pour le plaisir de voir ces misérables vivre pour conquérir un monde, qui n’est qu’une maquette, dans une boule de cristal !
Suis-je devenu fou ? À vrai dire, je n’en sais rien. Je sens la paranoïa m’envahir. Le désir de vengeance me ronge. Que restera-t-il de moi, lorsque tout cela sera terminé ? Une carcasse d’homme, une coquille vidée de l’âme qui l’habitait, rongée par une simple pensée. Qu’y a-t-il de plus simple et volatil qu’une pensée ? Plus légère que l’air, plus petite qu’un atome, et pourtant plus forte qu’une rafale de vent ! Elle me retient prisonnier, jour pour jour. Jusqu’à ce qu’elle ne soit enfin satisfaite. Puis elle partira, martyriser un autre petit homme, comme moi. Je ne peux pas la laisser partir… Certes, elle me torture, mais elle me tient debout, tout en me détruisant. Lorsqu’elle partira, il ne restera de moi qu’un tas de chair sans os, un palais sans ses colonnes portantes, condamné à s’écrouler sous la force du premier souffle de vent. Mais… un nouveau désir pourrait venir en mon secours. Une nouvelle pensée qui tiendra mes os solides, tandis qu’elle se nourrira de mon esprit, déjà bien rongé par la précédente.
Suis-je devenu fou ? Sans doute. Mais cette folie me fera avancer. Si tel est le prix de la gloire et de la toute-puissance, je me plierai à la maladie. Sirik Xeroc le Suprême ; que cela sonne bien !

J’écris ces lignes, aujourd’hui, alors que je ne suis qu’un petit homme, face à la grandeur du monde. Ici seront inscrites toutes mes pensées, toutes mes sensations, afin qu’elles ne soient pas perdu dans le temps, ni dans ma mémoire si fragile et influençable. Ainsi, chaque soir, je relirai ces pages, racontant mes expériences passées, mes rencontres importantes, les instants de ma courte existence, afin que je puisse apprendre de mes erreurs passées, mémoriser noms et visages, mais surtout, afin que je n’oublie pas. J’ai été créé dans ce monde selon un but précis, bien que j’ignore encore de quoi il s’agit. Lorsque j’aurai compris, quel sera mon destin, lorsque j’aurai choisi quelle sera ma destination, je ne devrai sous aucun prétexte l’oublier.
Voici l’histoire d’un homme, sans doute mentalement instable. Voici ton histoire, Sirik Xeroc, tâche de ne pas l’oublier…





☽ ------------ ♘ ------------



Chapitre 1
Rencontre avec le destin



Méditation sous la pluie ou La rencontre décisive

Il y a quelques jours de cela, j’ai songé à ce qui deviendrait du petit Dimir, une fois sa douce vengeance accomplie. Que ce soit un coup du destin ou le fruit de quelque coïncidence, je fus, ce soir, confronté à ce fatidique choix. Dix ans, que j’attendais ce moment… dix secondes pour que je tombasse dans un gouffre sans fond…
Il pleuvait. Je ne me souviens pas exactement quelle heure il était, mais il pleuvait. Je rencontrai un homme, sur le toit d’une maison. Un rebelle. Son nom ? Je ne crois pas qu’il me l’ait divulgué. Qu’importe au fond. Il voulait que je devienne comme lui, un rebelle, ou alors il aurait coupé cette fine ficelle qui me tient à la vie. Je n’ai pas eu le temps de lui répondre, qu’il se fit attraper par un membre de la Guilde. Je le suivis, tandis qu’il emmenait le jeune rebelle, je ne sais où. Quant à moi, je fus conduit dans un bureau où… mon père m’attendait. C’était un lupul, en réalité. La ressemblance était frappante. Un dénommé Alexeï m’expliqua pourquoi je fus emmené jusqu’à lui. Ce dernier et le lupul Arliov désiraient la mort du chacal. Ils avaient un plan bien précis en tête, et j’en étais le protagoniste. Je me serais caché dans la chambre du chien durant son absence, tandis que le lupul attendrait l’exécution. Puis il entra… le chacal. Il était là, endormi, devant moi ! Quelle émotion inexplicable ! Enfin, après toutes ces années, le fruit de mon travail aurait pu être récompensé. Un simple coup de couteau aurait suffit. Mais non, j’ai senti le besoin de faire cela dans les règles de l’art. Je désirais ardemment que ce chien souffrît les peines de l’Enfer avant de s’éteindre enfin. Grossière erreur… Il prit rapidement le dessus, dès que je le réveillai. Il finit par m’achever, rapidement.
Je repris connaissance après quelques heures. Il était là, il m’attendait. Et il m’expliqua tout. Ces dix années faisaient parti de mon apprentissage, disait-il. Je fut confronté, pendant ces deux affrontements, aux deux défauts qu’un assassin ne peut se permettre d’avoir : l’amour et la haine. Le premier s’était éteint avec le temps, tandis que l’autre avait germé comme un parasite dans un organisme. Je pense qu’il ne me sera pas aisé de la faire partir. Elle est implantée dans mon esprit, à présent. Cette haine qui m’a rendu plus fort. Non, je ne la laisserai pas m’abandonner ! Elle m’est trop précieuse. C’est elle, qui me donne la force de me battre jusqu’à la fin ! C’est ma source de puissance, ma seule raison de vivre, à présent…



Note annexée l’année suivante :
Et qui l’aurait cru, que cette haine, si précieuse à mon organisme, se verra être ma principale source de problèmes ?





Cambriolage, d’une pierre deux coups ou Le rêve devenu cauchemar

L’Hôtel des Monnaies. Le lieu où les pièces d’or semblent aussi nombreuses que les molécules dans l’air. Le lieu où tout homme vicieux peut trouver son bonheur. Le lieu où quiconque veuille mettre fin à ses jours, trouve une mort honorable. Une femme désirait cambrioler la banque la plus protégée de toute la cité. Je l’ai rejointe, sans ombre d’hésitation, bien que les risques fussent gigantesques.
Après quelques recherches, il est sorti que cette femme n’était point une Dimir, mais une rebelle. L’occasion était fort alléchante : richesse et renom étaient là, devant moi, servis sur un plat. Je suis allé en parler au Vieux, dès que possible. Connaissant les risques que cela comportait, il a formellement refusé de me donner la moindre information, concernant l’Hôtel des Monnaies.
Puis, sonna l’alarme. Des rebelles venaient de s’évader des cachots. Nous nous sommes séparés, à l’intérieur du réseau de tunnel. Le hasard a voulu que ce fut le mien, que les prisonniers empruntèrent pour s’enfuir. J’ai contacté le Vieux, afin de ne pas leur laisser cette chance. Cependant, il se passa quelque chose… quelque chose d’étrange. Une des rebelles sembla devenir une sorte d’entité surpuissante, implacable et dévastatrice. J’ai cru sérieusement que ma fin était venue, lorsqu’elle explosa, littéralement. Malgré les blessures, je m’étais relativement bien sorti. Le Vieux n’a pas eu cette chance. Je l’ai pris et ramené chez lui.
J’avais tant attendu ce moment… Malgré ce qui était arrivé dans sa demeure, lorsqu’il me dévoila la vérité, je ne l’avais pas totalement pardonné. Je pensais qu’il n’était pour moi qu’un allier comme un autre, dont la disparition ne m’aurait pas affecté plus que la perte d’un outil. Je pensais qu’il m’aurait suffit de le remplacer. Mais alors, qu’est-ce que ce vide, que je ressens ? Eprouvais-je quelque chose pour cet homme ? Je ne comprends pas…
Aujourd’hui, ont eu lieu ses funérailles. Un enterrement digne d’un Dimir. Adieu, Père.



Note annexée l’année suivante :
Après plusieurs mois de recul, je peux à présent comprendre. Cela peut paraître hors sujet, mais j’ai fait plusieurs rencontres, qui m’on fait comprendre plusieurs choses. Après ces évènements, le présumé cambriolage qui n’eut jamais lieu, la rencontre avec tous ces rebelles, je me contentais de faire mon travail en tant que membre de la Dixième. J’ai enchaîné plusieurs échecs, notamment liés à mon orgueil démesuré, tout du moins pour un Dimir. J’en suis même arrivé à refuser de l’aide, qui m’aurait été précieux ! La raison pour laquelle j’ai été si stupide est pourtant simple. Je n’avais pas de raison d’être ! Je vivais comme un véritable pion, dans les mains de ce vampire. La mort ne m’effrayait pas, ce qui pouvait être une bonne chose, mais j’en suis arrivé à la sous-estimer, ce qui est terrible. C’est si triste, que j’aie eu besoin d’endurer autant, pour comprendre qu’il me fallait une raison pour guider mes gestes.
Ce qui explique mon vide, lorsque père disparut. Je combattais pour survivre, espérant qu’un jour je sois assez puissant pour l’exécuter moi-même. Telle était ma raison d’être. Je la perdis, ce jour tragique. J’avais perdu bien plus qu’un père, ou un allier, j’avais perdu une partie de moi-même, celle qui se battait sans relâche pour assurer ma survie.
Finalement, je suis parvenu à la retrouver, cette partie de mon âme qui se chargera de me protéger instinctivement des dangers. Et ce, jusqu’à ce que je sois moi, à guider des pions qui ne vivront que pour m’obéir ! Cette fois-ci, cette partie de moi, celle qui se bat pour réaliser mon rêve, ne mourra jamais. Elle me protégera jusqu’à la fin de mes jours. Paradoxal ?





☽ ------------ ♙ ------------



Chapitre 2
Rencontre avec le salut

J’ai frôlé la mort… à plusieurs reprises. Je viens de revenir d’une aventure des plus inquiétantes et des plus honteuses que j’aie jamais vécu. J’ai agi comme le dernier des imbéciles… À plusieurs reprises, on m’a offert une chance de changer, de devenir plus fort, plus astucieux… Bref, en tous les points, meilleur. Et je lui ai toujours craché à la figure, à cette chance. Quel idiot je fais. Mériterais-je vraiment de vivre dans ce monde ?
Voilà comment ces dernières dizaines d’heures se sont passées. Lis ces quelques lignes, Sirik. Lis et tâche de ne pas oublier. Tâche de ne pas faire les mêmes erreurs. Tâche de ne pas retomber dans ce gouffre, d’où un ange gardien t’a sorti…




Un visiteur inattendu ou Le messager de la vérité

Je feuilletais un grimoire de lobotomie dans la Bibliothèque des Brumes, lorsque je reçu une visite, pour le moins, inattendue. Un homme vêtu d’un manteau rouge, bien plus doué que moi dans tous les domaines. Il me pris par surprise, mais ne me tua pas. Il me parlait. Sur le coup, ces mots n’étaient que calomnies pour mes oreilles. Je n’écoutais pas la vérité qui sortait de cette bouche inconnue. Cet homme avait raison sur toute la ligne. Je ne suis rien et si je ne réagis pas, je ne serai jamais rien. Une folie suicidaire me pris et je tentai de contrattaquer. En vain. Je me retrouvai rapidement au sol, inconscient.
Je me réveillai dans le cabinet d’un médecin. Ma cheville était inguérissable. Le docteur me conseilla une prothèse. Je lui empruntai un bâton, que j’ai perdu par la suite. Je partis dans le quartier Simic, à la recherche d’une nouvelle cheville.




Remis en forme particulière ou Le début des problèmes

Ce qui arriva ensuite était encore plus étrange. Je n’ai pas vraiment les mots pour expliquer une chose pareille. Tâchons de commencer par le début, tout de même.
J’étais dans le quartier Simic, sans doute perdu, à la recherche d’un médecin capable de m’implanter une prothèse végétale pour ma cheville. Je ne savais ni où aller ni où j’allais. Je demandais aux passants, mais les indications m’étaient insatisfaisantes. Puis, je l’ai rencontrée. Naelyna. Une prostituée, qu’elle prétendait être. Mais elle me cachait quelque chose, j’aurais dû m’en douter ! Elle prétendait avoir combattu de manière acharnée pour survivre dans Ravnica. Et elle se promenait dans les rues du quartier Simic pour aider les autres. Ridicule ! J’y ai cru comme un imbécile. Je dirais même, étant donné la suite des évènements, me traiter de stupide devient un pléonasme. Disons que j’y ai simplement cru… Quoi qu’il en soit, elle m’aida à me déplacer et m’emmena vers un médecin qu’elle connaissait.
C’est à ce moment là, que les choses devinrent étranges. Nous passâmes dans une ruelle que je n’oublierai jamais. Ni où la trouver, ni ce qu’elle y cache. De la magie était présente. Je la ressentais tout comme Naelyna. Elle semblait devoir supporter une sorte de peine, en marchant dans ce lieu sans nom. J’ai discrètement essayé une télépathie sur elle. J’ai lu des mots incomplets dans son esprit, mais un nom sonna dans ma tête, résonnant d’un ton horrifique : Szadek… Je l’entends encore ! Szadek, Szadek ! Je ne comprenais rien, comment connaissait-elle son nom ? Etait-ce une Dimir, une rebelle, ou autre chose ?
Nous arrivâmes finalement chez ce médecin. Je n’avais pas l’esprit très lucide, à ce moment-là. Le passage dans cette ruelle et ce que j’ai pu lire dans l’esprit de Naelyna me rendirent perplexe et inquiet. Szadek… me lâchera-t-il un jour ?




Chez Zurgof, médecin Simic

Dans le cabinet de ce médecin particulier, je pus en apprendre plus sur ma secoureuse. Je n’étais visiblement pas le premier que Naelyna apporta à Zurgof. J’ai été traité de rat crevé ! Quelle honte ! Mais ce ne fut pas la pire des choses qui blessa mon orgueil ce jour-là, donc passons. L’opération était risquée, j’aurais pu perdre ma jambe, cependant, je ne pouvais certainement pas continuer à travailler pour la guilde avec une cheville en si mauvais état. Et j’étais étrangement prêt à affronter la mort… Je décidai donc de prendre ce risque.
Naelyna quitta la salle dès le début de l’opération. Je ne me souviens de rien d’autre, à l’exception d’une anesthésie et un réveil terrifiant. Ma jambe toute entière n’était devenu qu’un amas de chair, de cytoplasme et de matière végétale. Elle était ignoble, mais semblait fonctionner, donc… Zurgof m’expliqua que mon corps avait rejeté la première greffe et dut par conséquent remplacer toute la jambe. Je ne fais jamais confiance aux médecins. Quand il y a des complications comme celle-ci, j’ai toujours tendance à me méfier. Pas ce jour là. J’avais trop d’autres pensées dans la tête pour me soucier de ce médecin et ses escroqueries.
Je n’avais pas fini d’entendre parler de Naelyna. Elle avait remboursé Zurgof. Pourquoi ? J’ai senti mon orgueil blessé. Je me suis senti une merde piétinée par l’existence ! Puis elle vint. Comme ça, sans que je n’en demande. Elle débarque, elle me porte chez un médecin et elle le paie ! Pourquoi ? Pourquoi aider un homme qui ne vaut plus rien ? En sortant de ce cabinet je suis devenu une sous-merde. Mon orgueil m’appelait, il frappait violemment dans ma tête. Il voulait des explications. Il refusait d’être traité de la sorte, prétendant mériter bien mieux. Si je n’avais pas écouté ce sombre abruti, je n’aurai sans doute pas couru ce risque stupide. Cependant… je dois avouer que quelque chose d’autre arriva. Quelque chose de tout aussi étrange que la ruelle vers laquelle je me dirigeait.




Remise des comptes ou Rencontre avec le salut

Un orgueil capricieux me fit connaître la mort, pour la deuxième fois. Et pour rien. Dès que je mis les pieds dans cette foutue ruelle, je me fis attaquer par un Moroii. Et qui sinon Naelyna vint me secourir, une fois de plus ! Elle me sauva la vie (encore !) mais piétina mon orgueil (encore). Inutile de préciser que la colère prit le dessus. Je hurlai sur cette femme comme un hystérique. Je voulais des explications que je ne méritais probablement pas. Naelyna tenta de me faire retrouver la raison, mais elle finit par céder et reprit ce qui lui revenait de droit : ma jambe.
J’étais là, au sol, sans force, sans volonté et un membre en moins. J’attendais la mort. Je me souviens que je souriais. Pourquoi ? Comme si ma vie avait été un triomphe et qu’il ne me restait plus qu’à crever comme un rat ! Imbécile ! Je parvins finalement à me relever, espérant de trouver un soupçon de force pour sortir de cette fichue ruelle. Mais je n’étais pas seul. Rapidement, quatre hommes m’encerclèrent, visiblement mal intentionnés. Ils voulaient mon argent, donc je tentai la fuite. Où était donc toute cette conviction, cette volonté d’affronter la mort que je croyais encore plus forte qu’avant ? Je n’étais qu’un rat, voilà la réponse. Ces hommes m’ont massacré ! Jeté à terre puis tabassé, je sentis une fois de plus la mort approcher.
Mais soudain… Je ne sais pas exactement ce qui est arrivé. Le nécromana pulsait en ces lieux et prit le dessus sur ma conscience. J’agis, sans vraiment savoir comment, avec une force que je ne pensais pas pouvoir déployer. Je me suis jeté sur ces hommes, l’un après l’autre, puisant leur énergie vitale avec le nécromana. Je retrouvais mes forces ainsi que ma jambe. Tout ceci inconsciemment, comme si le mana me contrôlait ! En agissant, je savais que toute cette énergie m’aurait quitté rapidement, c’était inévitable. J’eus tout de même le temps de rentrer dans ma modeste demeure.


Et me voilà ici, écrivant ces lignes, avec un certain angoisse et avec un recul important. Je n’eus nul besoin de reprendre mes forces, j’en avais en suffisance. C’est étrange, j’ai l’impression que le destin m’a offert une seconde chance. Comme si j’étais mort, puis je suis à nouveau né de mes propres cendres. J’ignore comment ce nécromana ait pu contrôler ainsi ma conscience. Quelle ironie ! Pour une fois de toute mon existence je fais preuve de puissance et cela ne dépend même pas de moi. Depuis que Père m’eut abandonné, j’ai toujours rêvé de pouvoir déployer une telle force. Vais-je y parvenir un jour ? Qui sait…
Quoi qu’il en soit, je dois prendre ces évènements comme une importante leçon. Szerak est un homme faible, convaincu d’avoir une force qu’il n’aura peut-être jamais. Convaincu de ne pas craindre la mort. Convaincu que l’orgueil est la plus puissante des forces ! Szerak, tu n’es qu’un idiot. Je croyais que tu aurais été un renouveau, pour moi, mais c’est faux. Croire en l’orgueil, quelle terrible erreur ! Je suis un Dimir. Je suis une vipère, un vautour, un être vil et sans scrupule, qui vit sur l’existence des autres. Ton acte le plus mesquin fut de ne pas rendre son bâton au médecin ! Cette expérience m’a tout d’abord appris à ne pas écouter cette voix qui me dit quoi faire, comment agir de la plus noble des manières. Donner pour recevoir ? N’importe quoi ! Il ne doit exister pour moi que donner le minimum pour recevoir au maximum.
Je ne te tuerai pas pour autant, Szerak. J’ai encore besoin de toi. Malgré ta nature sotte et naïve, croire en un idéal comme l’orgueil peut-être un excellent atout. Les personnes finiront par te faire confiance, ce qui est important. Mais tu restes un faible. Et un faible ne parviendra jamais à accomplir mon dessein. Lorsque le moment sera venu, tu devras nous quitter. Quant à toi Sirik, depuis ton siège, ne cesse pas de suivre les pas de ton collègue. Tu ne devras pas commettre les mêmes erreurs. Jamais.







Puisse la folie guider corps et esprit jusqu'au repos éternel.


Dernière édition par Szerak le Lobotomiste le Jeu 30 Aoû 2012 - 12:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Szerak
Apprenti lobotomiste
Apprenti lobotomiste
avatar

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Niveau: 4
Points d'Expérience.:
356/500  (356/500)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Szerak, lobotomiste infiltrateur   Mer 8 Aoû 2012 - 12:49

Rencontres

Siyon Xeroc

Celui qui je surnomme depuis dix ans « le chacal ». Dimir, marié à une Dimir, il a donné vie à… un Dimir : moi. Dès ma naissance, j’ai été nommé membre de la Dixième. Je ne le suis pas resté bien longtemps, à vrai dire. Tout cela à cause de cette tête de crapaud ! Après avoir jugé mes compétences « non-idoines et indignes de porter son nom », j’ai été abandonné. Il était la dernière personne qui me restait, maman étant déjà partie depuis bien longtemps. Que son âme veille sur mon corps… J’étais son fils unique, lui était mon dernier parent. Et il m’a abandonné, comme on abandonne un vieux tonneau moisi dans les rues de la Citerraine ! J’ai cultivé, pendant près de dix ans, une haine que seule sa mort pourrait satisfaire… Ce jour viendra… Tôt ou tard.

~~~~~~

Ce jour est arrivé… Mais ma haine n’a pas été satisfaite. Pas entièrement, disons. J’ai pu faire la connaissance de deux hommes, Alexei et le lupul Arliov, qui visaient à tuer le chacal. Je leur ai proposé mon aide, pour que toutes ces années d’entraînement et de souffrance soient enfin remboursées. Mais les choses se sont mal passées. Il a pris le dessus, le chacal. Après m’avoir battu pour la deuxième fois, il m’a expliqué que cet exil faisait partie de mon apprentissage, pour devenir un vrai Dimir. Au fond, il a fait tout cela pour moi… Trouverai-je la force de le pardonner un jour ? Qui sait…

~~~~~~

Lors d’une mission, visant à intercepter des rebelles en fuite, il a rencontré la Grande Faucheuse. Repose en paix.



Le rebelle sans nom

Je l’ai rencontré le soir où le vieux justifia ses choix quant à mon… appelons-la « éducation ». Je ne sais rien de cet homme, excepté le fait qu’il fasse partie de la rébellion et que, sans nul doute, il veuille voir ma tête rouler au sol, tel un fruit qui tombe de son arbre.




Hellebron, la rebelle

Membre de la rébellion, elle a contacté plusieurs personnes et préparé un plan détaillé pour cambrioler l’Hôtel des Monnaies. Je ne l’ai vu qu’une seule fois, le cambriolage a été annulé, vraisemblablement. J’ignore ce qu’elle est devenue.



L’inconnu au manteau rouge

Que dire de cet homme ? Je ne me souviens de lui que ce manteau rouge sang. À chaque fois que je repense à lui, il me semble entendre à nouveau ses paroles. Ce qu’il me dit le jour de notre rencontre était vrai et je refusais de l’admettre. J’en ai payé le prix fort. Mais ce n’était pas un hasard. Notre rencontre était prévue, tout comme ma réaction et la sienne. Tout ce qui suivit ne pouvait être le fruit du hasard…



Naelyna

Prostituée du quartier Simic qui secoure les plus démunis. Elle prétend avoir vécu de bien fâcheuses expériences. Un peu comme moi,
peut-être… Qui l’aurait cru ! Je me fais massacrer par un étrange personnage, puis, comme par enchantement, elle arrive pour me sortir du gouffre qui m’engloutissait. Elle m’emmena chez un médecin qui me guérit ma cheville, paya l’honoraire, puis me retira la jambe, tout ceci parce que je n’ai pas eu le courage de lui dire merci. Elle cache quelque chose. Elle est en connaissance de la Dixième, ce qui n’est point normal. Elle dispose également d’une puissance qui m’est encore inconnue, bien que sans doute plus grande que la mienne. Qui es-tu, Naelyna ? Et que tente-tu de me cacher ?








Chronologie

Méditation sous la pluie
Cambriolage chez les OrzhovCambriolage, d’une pierre deux coups
Un visiteur inattenduRemise en forme particulièreChez Zurgof, médecin SimicRemises des comptes
Cimetière hanté
Quartier inattendu
Un rendez-vous, un déjà-vu
Quel lieu agréable pour mourir...
Une série inhabituelle - Un cambriolage à l'hôtel des impôts


Dernière édition par Szerak le Lobotomiste le Mar 14 Aoû 2012 - 21:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Lyvaenya
Orzhov déchue
Orzhov déchue
avatar

Nombre de messages : 442
Localisation : Où veux-tu que je sois, telle est la question...
Date d'inscription : 18/04/2009

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'Expérience.:
283/300  (283/300)
Zinos (argent):
104/1000  (104/1000)

MessageSujet: Re: Szerak, lobotomiste infiltrateur   Jeu 9 Aoû 2012 - 16:48

JE T'AIME !

Hum... Bon, euh, plus sérieusement, si tout le monde pouvait trouver ne serait-ce que dix minutes pour lister ses quêtes et ses rencontres, vous seriez des amours.
Ca vaudrait presque un bonus d'XP ça... Razz

_________________
Après la nuit
Avant le jour
Et à travers les roselières

Après la nuit
Avant le jour
J'irai chercher les hautes lumières
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Szerak
Apprenti lobotomiste
Apprenti lobotomiste
avatar

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Niveau: 4
Points d'Expérience.:
356/500  (356/500)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Szerak, lobotomiste infiltrateur   Jeu 9 Aoû 2012 - 21:49

Euh... merci ^^

Juste au passage, le texte est susceptible de changer, mais si je pense que ce sera assez improbable. À la limite, je changerai peut-être le titre d'un chapitre en cours de route, tout dépend de comment la quête continue.
Quand au deuxième post, avec les rencontres et la chronologie, sera édité au fur et à mesure que j'avance dans le jeu.

Mis à part ça, j'ai remarqué que les petits symboles entre chaque chapitre ne s'affiche pas sur le Google Chrome de mon PC fixe. J'espère que tout le monde n'a pas ce problème, j'ai quand même pris un certain temps pour les choisir soigneusement ^^

Sur ce, bonne soirée Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishmæl
Vrai Enfant de Ravnica
Vrai Enfant de Ravnica
avatar

Nombre de messages : 475
Age : 21
Localisation : Quelque part dans la cité-monde, à tenter de comprendre.
Date d'inscription : 17/05/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
18/100  (18/100)
Zinos (argent):
10/1000  (10/1000)

MessageSujet: Re: Szerak, lobotomiste infiltrateur   Mar 21 Aoû 2012 - 0:48

j'attends que ça, d'avoir des quêtes à lister !!
hein, si j'en avais, sois certain que j'aurais été le premier à les archiver dans ma fiche !!
...

......désolé...

_________________
Alors, je me plantai devant elle en souriant de toutes mes dents, et dis d'un air joyeux:
-"Bonjour madame ! Je m’appelle Ishmæl, vous auriez des biscuits pour moi ?!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Szerak, lobotomiste infiltrateur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Szerak, lobotomiste infiltrateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic The Gathering-Jdr :: Background ! :: Fiches des personnages-
Sauter vers: