Magic The Gathering-Jdr

Jeu de rôles inspiré du jeu de cartes
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Néhira, de la Très Ancienne Caravane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Néhira
Néhoucheta de la Très Ancienne Caravane
Néhoucheta de la Très Ancienne Caravane
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 23/06/2016

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
0/100  (0/100)
Zinos (argent):
50/1000  (50/1000)

MessageSujet: Néhira, de la Très Ancienne Caravane   Jeu 23 Juin 2016 - 12:20

Les cendres de la précédente néhoucheta avaient à peine refroidi lorsque Levanah fut envoyée, à la tombée de la nuit, tirer du lit sa fille endeuillée.

Elle traversa le camp, le front levé vers les contreforts du cartel Simic qui se découpaient dans le ciel. Hauts d'une centaine de mètres, leur pierre visqueuse était noyée sous la végétation. De lourdes colones d'eau, larges comme une demi-douzaine de tentes collées les unes aux autres, dévalaient la jungle verticale pour se jeter dans des bassins de mosaïque qui tenaient lieu de douves.

Le camp était établi sur les flancs épais des collines qui s'étendaient juste dessous, dominées par les hauteurs. Une ville avait été érigée là, il y a longtemps. Il n'en restait que les ruines. Des arcades dévorées par la mousse, des tours trapues dont dépassait, par leurs coupoles éventrées, la cime d'un arbre.
Le peuple nomade de Levanah s'était installé sur ce plateau verdoyant à la demande de l'ancienne néhoucheta. Sa fille, encore jeune, devait apprendre.

Les ruines qui jouxtaient la cité Simic étaient un lieu de pélerinage traditionnel. Quoi que puissent contenir ces vestiges, ils chuchotaient à l'oreille des néhoucheta d'utiles leçons. L'ancienne transmettait alors plus de secrets à sa disciple, qui était sa fille lorsqu'elle en avait. Il fallait encore quelques années pour que la future devineresse soit capable de reprendre le flambeau de son année.

Mais cette année, alors que la Très Ancienne Caravane avait à peine déployé famille, commerces et tentes sous les remparts du Cartel, la vénérable néhoucheta était morte. Il était impossible de dire si la vieille devineresse avait subi une attaque foudroyante, ou si un étranger s'était chargé d'elle.

C'était peut-être un signe du déclin de la Caravane. Autrefois, les nomades étaient roués, et craints. Leurs sorcières étaient plus nombreuses, et plus dangereuses – était-ce le sang du clan, dilué dans le métissage, qui avait affaibli les leurs ? Certains le murmuraient, ils disaient que la jeune sorcière n'avait pas l'ombre du pouvoir des terribles néhoucheta d'autrefois.
Depuis plusieurs générations, les devineresses se contentaient d'assurer la protection de la famille, et à l'occasion, de répandre leurs malédictions dans les rangs des clans rivaux. Les temps changaient, et la Caravane avec.

Levanah parvint devant la tente de la devineresse, et fit tinter le pendule de cuivre à l'entrée.

Seul le silence lui répondit. Et si elle découvrait que leur nouvelle sorcière avait, elle aussi, été assassinée ? L'imagination de la fillette s'emballa. Elle écarta le lourd pan de tissu qui fermait l'entrée, et se coula dans la pénombre. La tente de la sorcière était spacieuse, et sentait le cuir et l'encens. Des braises refroidissaient sur l'autel. Sous ses pieds, Levanah sentit la douceur d'une peau tannée. Elle résista à la tentation de fouiller parmi les coffres ouvragés, dont l'un, ouvert, contenait des sachets de tissu fermés. Elle s'orienta jusqu'à la couche, tremblante de peur et d'excitation, et manqua de se prendre les pieds dans une bassine plein d'eau.

- Néhira ?

Une main jaillit des draps dans un tintement de clochettes et lui aggripa le poignet. Une main poilue. Levanah allait hurler quand elle reconnut Né'edar.

- Levanah ? Qu'est-ce que tu fais ici ? Gronda l'homme, avant de la lâcher pour reposer son bras sur la silhouette féminine étendue à ses côtés.

- Je...Slih'a, Né'edar ! Galaad m'a dit de venir chercher la néhoucheta, il a dit que c'était urgent. Qu'il avait vu ce qui est arrivé avec l'ancienne.

Né'edar, qui signifiait le Magnifique, avait été nommé par la famille, comme tout le monde, le jour de ses treize ans. L'attribution était pertinente, comme souvent. Il écarta les cheveux qui tombaient devant ses yeux, et soupira. Levanah rougit et baissa le nez lorsque son regard, habitué à l'obscurité, se posa sur les épaules musculeuses du jeune homme.

- Elle a observé les rites toute la semaine. Elle a parlé à Ceux qui sont morts sans ciller une seule fois, en accomplissant le diatmirah. Elle se repose. Dis à Galaad d'aller se faire foutre.

Devant le regard suppliant de la fille, il finit par acquiescer et lui faire signe de déguerpir. Elle s'exécuta prestement, les laissant seuls.

Le jeune homme se pencha vers la femme endormie, immobile et tiède. Une masse profuse de cheveux châtains dépassait des draps. Il les souleva et caressa doucement la nuque ployée.

- Libi...Néhira. Le jeune gadjo dit qu'il a vu quelque chose.

Il savait qu'elle n'aimait pas qu'il appelle Garaad comme ça ; le garçon était métisse, mais sa mère faisait tout de même partie de la Caravane. Elle remua en poussant un gémissement.
Après le diatmirah, pendant lequel elle avait dévoré le corps de l'ancienne néhoucheta, Néhira était restée prostrée. Elle avait vu. Elle avait senti la mort – elle l'avait vécue. Tel était le pouvoir des devineresses. Elle se redressa sur les coudes et scruta le sol à la recherche de ses vêtements.

Né'edar lui saisit doucement les poignets et les ramena au-dessus de sa tête.

- Savlanout. Tu n'es pas obligée d'y aller. Le môme délire peut-être.

- Tais-toi. Je suis responsable, désormais,
répliqua-t-elle pour calmer son trouble.

Ignorant sa réponse, Né'edar se pencha sur elle et l'embrassa longuement jusqu'à ce qu'elle ait le souffle court. Au bout de quelques secondes où il crut réussir à la faire rester, elle le repoussa d'un coup de hanche et se leva.

- Tu es la néhoucheta, pas l'une de nos dagues, observa-t-il.

Elle ne répondit pas, et s'habilla. Né'edar prenait des airs d'époux parce qu'il avait passé la nuit avec elle. Etait-ce parce que la mort de sa mère l'avait bouleversée ? Elle s'était presque sentie obligée de céder à cette étrange émotion qui l'envahissait lorsque Né'edar la suivait des yeux. Elle lui fit signe de sortir de la tente, le visage impérieux.

Aucune néhoucheta ne s'était jamais laissée accaparer par la chair, et elle ne serait pas la première.

Une fois seule, parée des bijoux d'argent, de cuivre et de pierres semi-précieuses qui convenaient à sa nouvelle condition, ses longs cheveux brossés, elle contempla le sceau Simic qui marquait la reconnaissance de son statut par le Cartel. La Très Ancienne Caravane avait toujours eu ce pacte avec les Simic, et vivaient en bonne intelligence avec eux. Les devineresses y étaient d'ailleurs affiliées, et rendaient parfois quelques services en échange de l'usage du cytoplasme, indispensable pour certains rites.

La veille, après les cérémonies funéraires, elle s'était présentée au Cartel. Néhira, illumination, fille d'Iska, celle qui voit, fille de Houlda, prophéteresse. Elle en était repartie avec ce sceau.

Elle sortit de sa tente et goûta l'air tiède, qui sentait l'herbe et la sève brûlée. Levanah l'attendait quelques mètres plus loin, en compagnie de Nephtali et Djahina, ses sœurs.

- Ma Nishma ? Je cherche Garaad, les interpella Néhira.

- Tov, Toda néhoucheta. Il a dit qu'il allait dans cette direction, répondit la plus âgée en désignant les cascades au loin. Veux-tu que l'on t'accompagne ?

Néhira déclina en souriant. Elle aurait aimé avoir la prestance de sa mère, qui d'un geste, rassurait tout le campement. Mais sa mère était morte, et tout ce qu'elle avait pu découvrir durant la diatmirah, c'était que sa mort n'avait rien de naturel.

Elle fixait les collines. Minuit sur le camp. Sourire de Kinor, le si bien nommé, toujours avec son violon. Apprendre la puissance à Néhira. Les nomades ne sont plus en sécurité. Apprendre l'attaque à Néhira, lui apprendre à faire mal. Inquiétude. Puis quiétude, le camp est serein, le commerce avec les Simic marche bien. Au détour d'une tente, la lumière des étoiles. Des pas derrière elle. Esdras, le chef de la Caravane ? Quel fieffé renard celui-là, quel homme terrifiant, heureusement qu'il avait du respect pour les dev...Une main se plaque contre sa bouche, quelque chose frappe sa trachée avec une force inhumaine. Ne peut plus respirer. N'a pas senti la magie. Comme si la présence n'avait été présente qu'une fraction de seconde avant l'attaque. Qui ? Respirer. Chute dans l'herbe. Plus personne. Douleur. Douleur. Douleur.

Néhari refoula l'angoisse qui grondait dans sa poitrine, et suivit le chemin que lui indiquait Djahina. Bientôt, le camp fut derrière elle, et il ne resta plus que la frondaison minérale des contreforts Simic.
Autour du sentier, l'herbe ondulait paisiblement, toute blanche sous la lune. Néhira marchait les pieds nus, comme toutes les sorcières de la Caravane avant elle. Sa voûte plantaire s'était épaissie, et elle ne sentait plus rien.

Elle distingua finalement une silhouette près des bassins. Garaad se tenait là, les mains dans les poches, absorbé par la vision de l'eau se fracassant, sans discontinuer, sur la mosaïque pâle qui ornait les profondeurs des bassins. Néhira huma avec plaisir l'odeur dense et verte des remparts.

- Garaad ? Je suis là, appela-t-elle.

Elle réalisa son erreur à la seconde où ces mots sortirent de sa bouche. Elle ne s'était pas entendue. Le bruit des chutes couvrait tous les sons extérieurs aux fracas liquides. Aucune conversation ne pouvait avoir lieu ici.
Garaad se retourna, et marcha vers elle, les bras écartés comme pour lui souhaiter la bienvenue. Ses yeux étaient entièrement blancs.

Les nomades ne sont plus en sécurité. Apprendre à Néhira comment faire mal.

Les mains tremblantes, Néhira fouilla dans ses poches à la recherche de l'un de ses sachets. Des maléfices qui ne fonctionnaient qu'associés à un contact prolongé. Elle ne savait pas se défendre. Elle n'était qu'une divineresse, une néhoucheta   impuissante. Indigne du legs des anciennes. Elle n'arrivait même pas à entendre les morts !
Garaad fut sur elle en quelques instants, et lui tordit la main jusqu'à ce qu'elle lâche le sachet. D'une grande gifle, il l'envoya par terre, puis la redressa, sonnée, en tordant ses cheveux dans son poing fermé. Il plaqua sa joue contre la sienne.

- Le temps des sorcières est révolu, souffla-t-il, avant de la repousser à nouveau.

Ô mère ! Qui avait envoyé Garaad ? Qui en voulait à la Très Ancienne Caravane ?
Une lame étincela sous les étoiles. Néhira poussa un cri inaudible et se releva d'un bond, ses deux mains tendues devant elle. Et soudain, elle les entendit.

Néhira. Néhira. Néhira. Hadassah. La Caravane ne s'arrête jamais, Néhira.

La voix de sa mère, enfin, et toutes les autres, dans une grande cacophonie inintelligible où, seule, tonitruante, terrible, la voix d'Iska dominait. NEHIRA !
Elle n'avait pas le pouvoir de ces vieilles femmes terrifiantes, mais elle connaissait au moins quelque chose capable de la sauver. Elle attendit une fraction de seconde, dans le tintamarre des voix et de la cascade.

Garaad leva sa dague. Néhira ouvrit alors la bouche. Elle ouvrit la bouche comme une néhoucheta, comme la sorcière qu'elle allait devenir. Sa mâchoire se déboîta et l'ouverture de sa bouche devint une béance de plusieurs dizaines de centimètres de large, qui ne cessait de s'étirer.
Garaad se figea, pantelant, et une fumée noire s'échappa de lui en volutes repoussantes jusqu'au gouffre du visage de Néhira.

Elle déglutit, et sa boucle se referma en retrouvant un volume normal. Elle cracha à ses pieds un miasme sombre. Garaad poussa un hurlement strident, et recula comme sous l'effet d'un impact irrésistible. Il tituba en arrière, tomba dans les bassins, et coula.

La vision de Néhira s'obscurcit.

- La Caravane ne s'arrête jamais, gémit-elle, le sourire aux lèvres, avant de perdre connaissance.



* * * * * * * * *


Esdras se tenait à l'écart du tumulte, et fumait la pipe. Un bel objet, taillé d'un bloc dans un bois précieux, cerclé d'or. Il se tenait nonchalament juché sur une pile de caisses de marchandises, qui avaient été, pour la fête, recouvertes d'un long drap brodé. Il dominait ainsi les réjouissances sans y prendre part.

La veille avait été le dernier jour de deuil de Néhira, dont on célébrait aujourd'hui l'ascension mystique, l'alya. Notre nouvelle néhoucheta. La mort d'Iska avait atteint Esdras comme un coup de poing. Aucune divineresse n'avait jamais été tuée dans l'enceinte du campement, de mémoire d'homme. Il n'avait pas été capable d'assurer leur protection, et désormais, les langues se déliaient, plus vipérines les unes que les autres. Pas contre lui, non : il y avait veillé.

Mais la trahison de Garaad, hier, avait jeté de l'huile sur le feu. Les quelques métisses du camp subissaient des moqueries accentuées, et le discours fantasmatique sur la puissance perdue de la Caravane prenait de l'ampleur. Esdras ricana dans sa barbe.
Les choses allaient bien pour la Très Ancienne Caravane, qui continuait à asseoir sa puissance sur les autres clans, et leurs sorcières ne cessaient de gagner en légitimité auprès des Simic.
Ce que ces imbéciles ne voyaient pas, c'est que leurs parents avaient connu une embellie exceptionnelle, notamment grâce à l'explosion du dôme Izzet, qui avait permis à la famille d'écouler un stock substanciel de marchandises.

C'est alors qu'Esdras s'était aperçu que, par les temps qui couraient, les néhoucheta pouvaient être un atout décisif. Pour cette raison, et sur ses ordres, Iska avait appris à sa toute petite fille, qui n'avait alors pas de nom, une magie différente. Moins offensive, mais tournée vers l'extérieur. Des choses que les sorcières précédentes avaient délaissées au profit d'incantations destructrices, de maladies buboniques et d'escroqueries spectaculaires.

Esdras chercha la jeune femme des yeux, parmi la foule des danseurs qui se pressaient autour des braseros. Les musiciens étaient très bons, cette année, et Esdras espérait que la soirée, et les tonneaux qu'il avait ouvert suffiraient à balayer les tensions naissantes.
Il ne tarda pas à repérer la chevelure déployée de la néhoucheta. Elle dansait, comme les autres, les mains levées au-dessus de sa tête. La Caravane ne gardait pas ses devineresses cloîtrées pour les nimber de mystère ; elles pouvaient aller et venir, parler avec les autres, sortir du campement, faire l'amour.

En revanche, les néhoucheta de la Très Ancienne Caravane avaient la lourde responsabilité d'être des guides spirituels. Elles ne devaient en aucun cas se ridiculiser, manquer d'autorité, ou montrer leurs faiblesses. Sauf à lui, Esdras, chef de la grande famille, leur égal – leur supérieur parfois.
Sorcières et chefs s'épaulaient.
Il regarda Néhira, qui, les hanches mobiles, le visage rayonnant, ressemblait à sa mère. Il mit ses mains en porte-voix autour de sa bouche.

- Néhira !

Le mot passa rapidement parmi les danseurs, et elle s'approcha de lui, obligée de lever la tête pour le regarder. Elle le craignait, comme les autres. Lorsqu'ils le comprendraient, le respect qu'ils vouaient à Néhira s'effriterait, et Esdras n'avait pas l'intention de laisser cela arriver.
Au moment où elle allait ployer le genou devant lui, il sauta des caisses et posa une main sur son épaule.

- Da lifné mi ata Omet. Ton ami. Je suis ton chef, tu es ma néhoucheta, sourit-il.

- Tov, répondit-elle, en plongeant son regard mordoré dans le sien.

Il la détailla. Elle avait ce qu'il fallait de charisme, et d'assurance. Elle était gentille, sans complaisance, et ses pouvoirs, encore jeunes, feraient honneur aux vieilles divineresses. Elle n'avait qu'une vingtaine d'années, mais la Caravane avait déjà besoin d'elle.

- Tu dois trouver qui nous menace. Va voir nos cousins, nos alliés, et dis-leur que tous, nous sommes insultés. Apporte ceci (il désigna les marchandises derrière lui) en cadeau de ma part pour ceux que tu visiteras.

- Ta confiance me remplit de joie, Esdras, acquiesca Néhira.

Elle s'apprêtait à partir, mais son chef la retint une nouvelle fois, un sourire pétillant aux lèvres.

- Cette soirée est la tienne. Tu attendras demain. D'ici-là, pourquoi ne nous raconterais-tu pas une histoire ?

A ces mots, les yeux des quelques gamins qui se traînaient non loin se mirent à briller. Esdras leur fit signe, et ils se mirent à quatre pour apporter et dérouler un gigantesque tapis multicolore, sur lequel ils s'assirent frétillants. Esdras partit d'un rire grinçant et s'assit au milieu des petits, à la fois peureux et fiers de siéger près du chef. Progressivement, des danseurs vinrent s'asseoir à leur tour, et l'arc de cercle grossit autour de Néhira.


Alors que, dans sa poitrine, son cœur battait à tout rompre, et que le souvenir de sa mère l'intimidait, Néhira afficha un sourire calme, et s'agenouilla devant eux. Les braseros crépitèrent dans le silence, allumant des reflets acajou dans les cheveux de la néhoucheta.

- Il était une caravane. Une très, Très Ancienne Caravane...




Description physique

Petite silhouette en sablier, aux cheveux effleurant les reins, Néhira a un visage doux et grave. Ses yeux, tout comme sa chevelure, sont bruns. Son accoutrement n'est pas aussi complexe qu'il en a l'air. Ses vêtements se composent d'un jupon et d'une jupe, d'une chemise large qui encercle ses épaules, parsemées de quelques grains de beauté, d'un surcot court lacé sur les côtés qui sangle sa taille, et d'un châle enroulé autour du dos et des bras, maintenu par une broche. Ses parures complètent l'ensemble, et tintent à chacun de ses mouvements. Elle porte souvent une chaînette autour de sa cheville gauche, des bijoux ouvragés qui ceignent ses doigts et se prolongent jusqu'à ses poignets, qu'elle porte fins, et des piécettes d'argent autour du front.
Sa démarche est balancée, et elle se déplace pieds nus. Elle a une petite voix aiguë qu'elle s'efforce d'abaisser pour la rendre plus apaisante.

Description psychologique

D'un tempérament calme et égal, Néhira prend ses responsabilités très au sérieux. Ce n'est pas qu'elle n'est jamais tentée d'exprimer sa faiblesse, mais plutôt qu'elle sait l'étouffer pour le plus grand bien.
Sommée d'être sage, elle consacre toute son énergie à acquérir l'intégrité et la profondeur dont son âge la condamne à manquer, mais dont la Caravane a tant besoin. Extrêmement exigeante avec elle-même, elle tente de poser sur le monde un regard dépourvu de haine, ainsi que de présomption.
Son contact avec la magie est aisé, et agréable : de nature sensuelle et contemplative, elle aime apprendre, sentir et toucher.
Elle veut être, pour les autres, et plus particulièrement pour son peuple, un soutien fiable, à la sérénité inébranlable. Elle n'a pas vraiment d'amis, mais une énorme famille. Cela lui manque peut-être, mais elle ne s'est jamais demandé à quel point, même si elle se doute qu'être néhoucheta aussi jeune lui causera bien des déconvenues.

Quant à la partie plus noire de ses pouvoirs, elle ne les a jamais considérés comme une chose sinistre. S'il est vrai que la pratique de certains rituels lui inflige une souffrance violente, elle estime qu'il s'agit de son fardeau. Une partie d'elle, obscure à ses propres yeux, savoure ces moments où elle est menacée. Car au fond, ce qu'elle fait la passionne.




Spoiler:
 


Dernière édition par Néhira le Mer 29 Juin 2016 - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Décadence, le Dixième
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 6
Localisation : Dans un vignoble infini, en compagnie de Dyonisos.
Date d'inscription : 13/06/2016

MessageSujet: Re: Néhira, de la Très Ancienne Caravane   Jeu 23 Juin 2016 - 19:08

Néhira a écrit:
Néhira déclina en souriant
Néhira a écrit:
Néhari refoula l'angoisse qui grondait dans sa poitrine

Du coup ? :p (tkt j'ai compris ^^)

Sinon, le début m'a l'air sympathique, mais petit conseil toutefois : Il est grandement superflu de s'engager dans une looooooongue fiche qui dissuaderait certains joueurs de la lire dans sa totalité. C'est même plus sympathique de la commencer "courte" (tout est relatif) et de relater peu à peu les événements vécu par ton personnage dans les quêtes qui s'en suivront.

Après, ceci n'est qu'un conseil Wink

En tout cas, tu es la bienvenue sur le forum, si toutefois tu n'es pas un reroll de nos joueurs, auquel cas, bah, pas de bienvenue (cuz' i'm bad, i'm bad) ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinay, paria Golgari
Mage rebelle Golgari
Mage rebelle Golgari
avatar

Nombre de messages : 1177
Age : 26
Localisation : Parmit les mendiants
Date d'inscription : 05/04/2007

Feuille de personnage
Niveau: 4
Points d'Expérience.:
432/500  (432/500)
Zinos (argent):
451/1000  (451/1000)

MessageSujet: Re: Néhira, de la Très Ancienne Caravane   Jeu 23 Juin 2016 - 19:30

Bienvenu sur le forum !
Au contraire, je trouve que c'est l'occasion de "s'autoriser" un beau et long message pour la fiche de perso. Après je dis ça, mais je vais attendre que tu ai finis ta fiche pour la lire Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Équilibre, le Neuvième
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 27/05/2016

Feuille de personnage
Niveau: ☼☼☼☼☼☼☼☼☼☼☼☼☼☼
Points d'Expérience.:
1000/100  (1000/100)
Zinos (argent):
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Néhira, de la Très Ancienne Caravane   Jeu 23 Juin 2016 - 23:15

Je trouve l'histoire agréable à lire pour ma part. De même que pour LD, le système de magie / de sorts est en pleine refonte, donc pour ta magie qui semble singulière, cela devra attendre un peu. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neelahn
Marchessailie
Marchessailie


Nombre de messages : 235
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
41/100  (41/100)
Zinos (argent):
400/1000  (400/1000)

MessageSujet: Re: Néhira, de la Très Ancienne Caravane   Lun 27 Juin 2016 - 18:50

J'aime beaucoup la fiche, la magie de Néhira est... prometteuse ! Smile
C'est vraiment cool que tu sois de retour sur le forum ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Néhira, de la Très Ancienne Caravane   

Revenir en haut Aller en bas
 
Néhira, de la Très Ancienne Caravane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vend caravane hobby 450 4p
» Pour une occasion très spéciale !
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Des animaux très curieux .
» Une blague très raffinée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic The Gathering-Jdr :: Background ! :: Fiches des personnages-
Sauter vers: