Magic The Gathering-Jdr

Jeu de rôles inspiré du jeu de cartes
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un Devkarin doit périr.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lestat, le cure-dent
Wojek
Wojek
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 05/06/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
0/100  (0/100)
Zinos (argent):
50/1000  (50/1000)

MessageSujet: Un Devkarin doit périr.   Mar 14 Juin 2016 - 11:49

[HRP] Cette quête est un RP solo pour Lestat. Il fait suite à L'Épreuve du Soldat, qui se déroule à Solcastel - partie réservée de la section Boros. [/HRP]

Pour une fois, Lestat ne portait pas son uniforme. Et pour cause : traquer quelqu'un qui est recherché par les forces de l'ordre en portant un uniforme reviendra à chasser du gibier tout en sonnant des cloches. Une mission avec un énorme handicap.
Le jeune garçon avait donc troqué son plastron luisant pour une simple tunique, sans frivolité aucune, qu'il avait l'habitude de porter lorsqu'il était encore chapardeur dans les rues. Ainsi, et avec sa petite taille, il se fondait parfaitement dans la masse. Il avait gardé ses armes, mais cela n'avait rien d'inhabituel, à Ravnica. L'inverse aurait même été plus surprenant.

Mais le soldat se demandait surtout comment il allait commencer son enquête. L'idéal serait de se faire passer pour un voleur, car il en avait toujours été un, et qu'il n'était soldat que depuis quelques mois. Il savait à peu près où chercher pour trouver de potentiels complices, mais rien de lui indiquait qu'il trouverait une piste vers ce Devkarin aussi rapidement. Jeil. Ce nom ne lui disait absolument rien, difficile donc de faire semblant d'avoir entendu parler de lui. Cet elfe n'est sans doute pas un roublard si connu que ça, si ? Et puis, aucun meurtre dans les crimes dont on l'accusait : il ne devait donc pas être bien coriace. Tout juste un derviche tourneur, mais sinon ...

Il s'arrêta dans un de ces fameux endroits aux allure peu avenantes, là ou roublards et autres petits bandits venaient se rassasier. Avec un peu de chance, il trouverait bien quelqu'un qui l'aiguillerait, au pire, il pouvait jouer la carte de la provocation.
* Tiens oui, pourquoi pas ? C'est pas forcément con ça *

Arrivé au comptoir, il accosta le barman " Bjour chef ! Une pinte, siouplait ! " dit-il en posant quelques piécettes sur le comptoir. Au moment de se faire servir, Lestat rétorqua quelques mots au patron qui n'avait pour le moins rien demandé : " Y parait que y'a un mec qui se prend pour un vrai derviche tourneur ... Jeil, je crois qu'il s'appelle, mais ça, j'en suis même pas sur " Il prit une gorgée de sa bière. Décidément, c'était bien le seul alcool qu'il pouvait tolérer, parce qu'il le trouvait convivial, rafraîchissant, et ce petit goût amer donnait une envie de reviens-y. " J'cherche du travail, et si c'mec est à la hauteur de la réput' qu'il s'traine, ça pourrait être intéressant ... Mais ça m'étonnerait, à Rav, si un type n'est qu'à moitié à la hauteur de sa réput', c'est d'jà énorme ..." Il sortit enfin une cigarette, afin d'accompagner son breuvage, et l'alluma avant de l'allumer et d'en prendre une bonne bouffée, non sans avoir eu la courtoisie d'usage d'en proposer une au barman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Équilibre, le Neuvième
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 27/05/2016

Feuille de personnage
Niveau: ☼☼☼☼☼☼☼☼☼☼☼☼☼☼
Points d'Expérience.:
1000/100  (1000/100)
Zinos (argent):
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Un Devkarin doit périr.   Mer 27 Juil 2016 - 11:04

Le tenancier s'arrêta un moment d'essuyer son verre et regarda Lestat avant de secouer la tête en signe de dénégation :
− Non, ça ne me dit rien.
Lestat fit semblant d'accepter la réponse et s'accouda au comptoir pour balayer la salle du regard. Aucun Devkarin ne se trouvait là. Une partie de dés se jouait sur une grande table entre ce qui devait être un groupe de hazda, un homme qui avait commencé sa soirée un peu trop tôt chantait dans un coin… Pas un boros en vue, non plus.
M’enfin, pour c’que ça veut dire…* pensa le jeune aspirant. Après tout, il était lui-même en civil. Un homme bien charpenté à l’air dur s’accouda alors au bar et demanda une bière. Ignorant Lestat, il repartit vers une table au fond où un petit garçon l’attendait.
Avisant la taille de la chope, l’âge du gamin et tout ce qu’il y avait de rien d’autre à faire dans cette auberge, Lestat se décida à aller à la table en question. Le voyant arriver, l’homme le regarda en carrant la mâchoire.

Tu veux mon portrait, ou tu fais partie de ces gros pédophiles dégueulasses ?
Visiblement, l’homme ne s’attendait pas à ça. L’indignation et la colère se lurent d’abord sur son visage, puis il parut gêné, et s’efforça de parler calmement :

Mêlez-vous de ce qui vous regarde, un peu. C’est mon neveu, j’ai bien le droit de l’éduquer comme je veux !
Le garçon, d’une dizaine d’année, regarda son oncle un instant avant d’annoncer tout sourire
: « C’est ma première bière !
Ta première ? Alors on m’a expliqué que la première gorgée c’est toujours la meilleure !
C’est un peu amer quand même.
C’est pas non plus la meilleure, par ici, intervint l’homme comme s’il ne pouvait pas s’en empêcher.
Vous êtes du quartier ? reprit Lestat, qui ne pouvait que confirmer la piètre qualité de la boisson.
Je viens d’un peu plus loin, je suis venu lui rendre visite. Il commença à se renfrogner, sans doute trouvait-il cet inconnu trop inquisiteur. Et vous ? retourna-t-il un peu vivement.
Je cherche quelqu’un, sa réputation le précède, rien de plus.
C’est l’un de nous ?
Non.
Bien. Bon courage alors. »
Lestat tourna les talons sur un « Bonne journée à vous » et s’apprêta à sortir lorsque sur le seuil, il crut distinctivement entendre « Jeil » dans le brouhaha des conversations derrière lui. Peut-être se faisait-il des idées, après tout il commençait à piétiner et il n’avait rien d’autre que ce nom pour trouver son gars. Faisant volte-face, il balaya de nouveau la salle du regard, mais ne put déterminer qui avait mentionné celui qu’il recherchait. Lorsque son regard tomba sur l’homme à qui il avait parlé, il se rendit compte que celui-ci le fixait, comme s’il se demandait ce qu’il se demandait. Ils échangèrent un regard en chien de faïence, se demandant chacun ce que l’autre savait ou pensait. Puis il se leva, laissant une pièce sur la table devant son neveu et lui glissa un mot à l’oreille. Le garçon hocha la tête, content, de la mousse jusque sur le nez. L’homme se dirigea vers Lestat d’un pas vif, serrant les poings. Lestat prit ce temps pour tirer une cigarette d’une cartouche de sa veste, et l’alluma au moment où l’homme sortit de l’auberge avec un regard mauvais, l’espace sur le seuil à peine suffisant pour qu’il le croise sans le bousculer.
Lestat maudit une fois de plus ce dossier qui ne comprenait aucune description physique. Un devkarin répondant au nom de Jeil, c’était plus que léger. Même si le portrait ne pouvait avoir été fait, étant donné son absence à son procès, il aurait au moins dû y avoir une note, quelque chose.
 *Si y en avait une, elle a sans doute été raflée par un autre des gars sur le coup. Ou la fille, tiens.*

Pour l’heure, il n’avait guère d’autre choix que de suivre la seule piste qu’il avait. Il entreprit donc de suivre l’ « oncle ». Lestat se morigéna à plusieurs reprises, très mécontent des maladresses de débutant qu’il commettait dans sa filature. En tournant à un angle, il se retint de jurer ; il avait failli rentrer dans l’homme qu’il suivait, qui s’était arrêté trois mètres derrière pour demander son chemin. Mais malgré ces maladresses, il ne lui sembla pas avoir été repéré. Il suivit l’homme d’une place à l’autre, le long d’une grande avenue et dans de petites artères.
Lestat finit par perdre patience et se résolut à l’interpeller pour un interrogatoire musclé, dès qu’il y aurait moins de monde autour. Mais les rues qu’ils empruntèrent restèrent désespérément fréquentées. Le grand inconnu finit par s’arrêter sur une petite esplanade et s’assit sur un banc de pierre, à côté d’une fontaine. Il faisait face à un grand bâtiment qui avait des allures de chapelle. Les traits sévères, il fixait les deux grands battants de la porte, sur la façade. Il semblait attendre quelque chose. Lestat lui aussi attendait, sans trop savoir quoi. Il y avait beaucoup de monde sur la placette. Impossible de tous les surveiller et de les garder à l’œil, impossible aussi d’interpeller discrètement l’homme sur son banc. Il trépignait presque de frustration lorsque les portes de la bâtisse s’ouvrirent, laissant sortir un flot de jeunes enfants visiblement impatients de sortir.
*Une école ?* L’homme se releva alors et scruta la petite foule agitée.
Après quelques secondes, il se dirigea d’un pas déterminé dans une direction que Lestat eut du mal à déterminer. Celui-ci quitta la ruelle où il s’était posté et se fondit dans les flux de badauds qui allaient et venaient pour se rapprocher de l’homme qu'il filait. Il finit par comprendre que ce dernier se dirigeait avec une attitude que Lestat eut peur de reconnaître vers un enfant malingre aux cheveux longs (une fille ?) qui s’appuyait sur une seule jambe, avec une béquille. Le gosse parlait à une fille, tournant le dos à la fois à Lestat et à l'autre homme, qui venait de tirer quelque chose de long et de brillant de sa ceinture – un poignard !


[HRP] Désolé pour le retard de ce post, ça m'était sorti de la tête. Tu peux répondre comme tu veux quand tu veux. Si jamais tu as besoin de me consulter, pour une question, des précisions ou bien rallonger ton post avec la suite de l'action, je suis dispo aujourd'hui et après vendredi. [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un Devkarin doit périr.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» [Résolu] Pourquoi doit-on se présenter?
» HELP IL DOIT MOURIR DEMAIN YORK 14 ANS 1/2 FOURRIERE
» La Presse en Haïti doit prendre garde aux menaces de Michel Martelly
» Martelly doit tirer leçon de la réalité politique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic The Gathering-Jdr :: Ravnica, cité des Guildes :: Les Quartiers extérieurs :: Le Faubourg Ouest, un quartier neutre-
Sauter vers: