Magic The Gathering-Jdr

Jeu de rôles inspiré du jeu de cartes
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Drôles de circonstances.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Yarkol
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 447
Age : 23
Localisation : Là où le chaos se mèle aux doux tintements des lames.
Date d'inscription : 11/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'Expérience.:
209/300  (209/300)
Zinos (argent):
143/1000  (143/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Mer 29 Juin 2011 - 0:07

Preuve…Mais, comment ? Quel genre de preuve pouvait convenir à ce genre de chose ? Le scepticisme de l’humaine troubla Yarkol, il prit peur et sa voix se brisa : « Je ne comprenais pas, j’ai cru…j’ai pensé à un enchantement, un sort qu’on m’aurait lancé … j’étais tellement troublé par vos geste, et… » Il s’arrêta net. Les mots étaient vains, il n’était pas capable de s’en servir comme il fallait. Une sorte de révolte intérieure se fit. Allait-il encore attendre et remettre à demain ? Demain, il sera peut-être mort. Une certaine colère le prit, il s’apprêtait à être faible, et ce, avec la seule personne devant laquelle il ne devait jamais faillir. Son ton se fit dur, sans pour autant être froid, au contraire. « Et tout est réciproque. La peur que j’ai d’être manipulé l’est donc surement, elle aussi, et si c’est la seule raison pour laquelle vous demandez une preuve… » Il sourit, passa sa langue sur ses lèvres et embrassa Elryann, tout doucement. Sous les cheveux de la belle, eux seuls savaient ce qu’il se passait. Il reprit d’un ton plus doux : « Alors je n’ai que mon âme à donner, et le temps qu’il me reste à vivre à partager. »

Il recula vivement, en tenant Elryann par la main, se tourna dos au mur, contre lequel il s’appuya, plus il la plaqua fermement mais tendrement contre lui. « Ma dague est sous ta main, égorge-moi sur le champ, prend ma vie de cette façon si tu n’accepte pas que je te la donne autrement. Je ne sais pas si je suis devenu fou, ou faible, ou les deux, et je m’en contrefiche. Prend ma vie, je te la donne, prends la comme tu la désire, et je saurais si tout est réciproque. Et s’il existe autre chose que la haine, c’est de tes lèvres que je l’apprendrais, sinon, ta main confirmera qu’il ne faut jamais se montrer faible, quelque sois ce qui nous enlace la poitrine et la tête.»

_________________
« Et certains craignent le Temps, quand moi je crains les Hommes. S’ils craignent les âges, c’est qu’ils n’ont plus peur des autres, mais je sais que la poigne qui mettra fin à mes jours n’est pas celle du Temps.C’est celle de mon meurtrier, mon Glorieux sauveur, l’Être que je haïrais de toute mon âme pour avoir été meilleur que moi. »  


« Que craintes et cries crèvent les croix,
Le souffle siffle un soulèvement sanglant
Et pleurent les prêtres prônant les Lois

Brièvement, la brise les brise brillamment
Et chante enfin la liberté. »    A.C/ Yarkol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elryann
Nouveau-né Ravnican
Nouveau-né Ravnican
avatar

Nombre de messages : 160
Localisation : Non loin du sol.
Date d'inscription : 28/12/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
64/100  (64/100)
Zinos (argent):
100/1000  (100/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Mer 29 Juin 2011 - 0:35

Complètement et insupportablement tiraillée entre ce qu'elle croyait être l'instinct de survie et les transports que lui inspirait Yarkol, Elryann se mordit la lèvre inférieure, incapable de répliquer autrement que par le sarcasme, ce dont elle n'avait pas la moindre envie. La foule des questions qui s'acheminaient anarchiquement dans son esprit bourdonnait, de façon troublante, entre ses tempes. Il fallait prendre une décision, là, sur-le-champ, c'était urgent ! Et s'il lui faisait très mal, maintenant qu'il en avait trouvé l'unique moyen ? Et que diable déblatérait-il à propos de cette dague ? Si elle lui voulait du mal, elle lui aurait gentiment fait éclater les viscères à l'aide des manas, option infiniment plus gracieuse que celle d'une arme blanche, bien qu'elle eût un faible pour les stylets. Mais là n'était pas la question ! Il fallait prendre l'initiative, la décision, comme toujours, mener le jeu. Agir. Parler !

"Mais..."

C'était bien essayé de la part d'Elryann, qui avait tendance à perdre toute notion de syntaxe devant la proximité du semi-elfe; les mots s'étranglèrent dans sa gorge. Désespérée d'être incapable de se départir de sa méfiance, et de la froideur qu'elle engendrait, elle lança à Yarkol un regard presque effrayé.

"Mais, si quelqu'un est manipulé, ici, ce n'est pas..."

Devant l'avortement rapide de cette nouvelle tentative, Elryann laissa tomber la parole dans un mélange de frustration et de déchirement. Désorientée, atrocement sur ses gardes alors qu'elle ne désirait qu'une chose, lâcher prise, elle battit des cils à une allure accrue, leva à nouveau des yeux inquiets vers Yarkol. Elle fit un geste pour l'embrasser, mais s'interrompit, retenue par une vague d'hésitation, maudissant cette situation improbable : elle, ELLE, incapable de faire le premier pas, de s'investir ? Ciel, Ravnica ne reconnait plus ses enfants.

_________________
163 centimètres de morgue.







Dernière édition par Elryann le Mer 29 Juin 2011 - 1:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yarkol
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 447
Age : 23
Localisation : Là où le chaos se mèle aux doux tintements des lames.
Date d'inscription : 11/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'Expérience.:
209/300  (209/300)
Zinos (argent):
143/1000  (143/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Mer 29 Juin 2011 - 1:26

Voyant la belle hésité, le semi-elfe l’embrassa fougueusement, il la serra contre-lui, craignant de la perdre. Il ne put détacher ses lèvres de celles de l’humaine avant une bonne minute, et quand il le fit, ce ne fut que pour reculé d’à peine un centimètre, afin de pouvoir lui intimé : « Non. Je ne te manipulerais jamais. Je n’en ai ni l’envie ni les capacités. » Puis il prit la main gauche d’Elryann et la guida jusqu’à sa poitrine. « Ta preuve. Mon cœur bat, il bat fort. Or il n’y a ni feu ni sang aux alentour. » Il la fixa, et devant son air contrarier, poursuivit : « Je n’ai jamais eu droit à rien d’autre que la haine. J’entrevois autre chose dans vos yeux, Elryann, je ne peux plus me passer de cela. » Puis il lâcha sa main, lui caressa le visage, et l’embrassa de nouveaux, plus longtemps, plus fort encore, il continua de la serrer, puis, surpris par un éclair de lucidité, desserra son étreinte. « Ciel, je m’emporte, et vous allez étouffer...Je suis confus, j’ai… » Il l’embrassa de nouveaux, passionné et envouté par les yeux d’Elryann, reflétant tout ce qu’il était et tout ce qu’il ressentait. Il laissa ses mains découvrir cette silhouette étrangère, caressant son dos, ses épaules, sa nuque, puis il redescendait, remontait, tout en cherchant dans son regard ce qu’elle approuvait, ce qu’elle aimait, et jamais il n’eut été aussi bien dans son corps qu’à cet instant.

Tentant de respiré un peu, il se surprit à rougir encore, et sentant ses jambes tremblé, il s’approcha de son oreille et chuchota
« Ne me laisse plus jamais seul. Je préfère encore être torturé, c’est moins douloureux. » Et ces mots, dans la bouche d’un ancien Gruul aillant rasé la mort, sonnaient plus vrai que toute les vérités du monde. Il savait de quoi il parlait, et il croyait fermement ce qu’il disait. Il reprit la main de l’humaine. « Partons. Personne ne doit nous retrouver. Ni les Izzets, ni mon maitre. Allons où tu veux, mais ne restons pas là. » Il l’embrassa encore, comme s’il craignait d’être rattrapé au coin de la rue par tout les fléaux du monde et de ne plus pouvoir à nouveaux reposé ses lèvres sur les siennes.

_________________
« Et certains craignent le Temps, quand moi je crains les Hommes. S’ils craignent les âges, c’est qu’ils n’ont plus peur des autres, mais je sais que la poigne qui mettra fin à mes jours n’est pas celle du Temps.C’est celle de mon meurtrier, mon Glorieux sauveur, l’Être que je haïrais de toute mon âme pour avoir été meilleur que moi. »  


« Que craintes et cries crèvent les croix,
Le souffle siffle un soulèvement sanglant
Et pleurent les prêtres prônant les Lois

Brièvement, la brise les brise brillamment
Et chante enfin la liberté. »    A.C/ Yarkol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elryann
Nouveau-né Ravnican
Nouveau-né Ravnican
avatar

Nombre de messages : 160
Localisation : Non loin du sol.
Date d'inscription : 28/12/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
64/100  (64/100)
Zinos (argent):
100/1000  (100/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Mer 29 Juin 2011 - 21:16

Elryann, en fin de compte fidèle à elle-même, n'obéit à aucune cohérence en décidant de croire Yarkol sur parole. En réalité, elle n'avait pas choisi : ce revirement n'avait pas été l'objet d'une quelconque réflexion, mais plutôt d'une absence de celle-ci. En d'autres termes, au lieu de chercher à démêler l'inextricable enchevêtrement de complications, de doutes et de méfiance dans lequel elle se trouvait, elle s'était emparée de ciseaux pour se faufiler au travers.
D'ailleurs, lorsqu'elle contempla à nouveau le semi-elfe, elle avait tout l'air d'une personne qui vient de s'extirper d'une épaisse forêt, et ne parvient pas à réaliser qu'elle en est libérée.
Elle esquissa une petite moue concentrée, les sourcils froncés, les lèvres serrées, et, sans crier gare, agressa littéralement le pauvre Yarkol, dont les poignets et la bouche se retrouvèrent rapidement emprisonnés. Parfaitement consciente de sa sauvagerie, mettant dans son emportement l'ampleur de ce qu'elle lui offrait, elle l'embrassa dans un curieux mélange de douceur et de férocité. Puis elle se détacha de lui, aussitôt reprise par l'envie de lui sauter dessus, et murmura :


" La Taverne du Rat crevé. Tu sais où c'est ? Nous pouvons y rester quelques jours. Certains amis pourront peut-être nous aider... "

Elle relâcha les lacets de son corsage, qui lui enserrait la poitrine avec force, jeta un rapide coup d'oeil autour d'elle, et tendit la main à Yarkol, attendant qu'il la prenne pour s'engager, avec lui, à nouveau, dans l'artère bondée. Ravnica était un terrain de jeu, il n'en serait que plus passionnant avec Yarkol.

_________________
163 centimètres de morgue.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yarkol
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 447
Age : 23
Localisation : Là où le chaos se mèle aux doux tintements des lames.
Date d'inscription : 11/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'Expérience.:
209/300  (209/300)
Zinos (argent):
143/1000  (143/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Mer 29 Juin 2011 - 22:12

Amis ? Yarkol sourit. Son seul ami était aussi son maitre et celui qu’il considérait comme un frère. Et il venait de l’abandonner lâchement. Mais l’auberge, il connaissait, il connaissait même très bien. Les gobelins s’y rendaient souvent, histoire de « retrouver la force et le courage ». Il prit la main d’Elryann avec plus de tendresse que de fermeté, souriant comme un enfant auquel on ouvre la porte pour qu’il sorte jouer dehors. Et l’occurrence, l’humaine lui ouvrait la porte de la vie, la vraie. Et plus jamais à partir de maintenant, il ne se laisserait faire et dépasser.
« Je connais bien. Allons-y ! Mais d'abord, j'ai une personne à visiter... »

Puis ils partirent tout deux vers la tour de l'Anomage, se faufilant à travers la foule comme deux ombres, comme un rien, une brume au dessus d’une mer impassible. Comme un souffle, à deux.

_________________
« Et certains craignent le Temps, quand moi je crains les Hommes. S’ils craignent les âges, c’est qu’ils n’ont plus peur des autres, mais je sais que la poigne qui mettra fin à mes jours n’est pas celle du Temps.C’est celle de mon meurtrier, mon Glorieux sauveur, l’Être que je haïrais de toute mon âme pour avoir été meilleur que moi. »  


« Que craintes et cries crèvent les croix,
Le souffle siffle un soulèvement sanglant
Et pleurent les prêtres prônant les Lois

Brièvement, la brise les brise brillamment
Et chante enfin la liberté. »    A.C/ Yarkol.


Dernière édition par Yarkol le Sam 3 Sep 2011 - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foenix
Armurier Orzhov
Armurier Orzhov
avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 06/12/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
33/100  (33/100)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Ven 1 Juil 2011 - 17:37

Du haut du toit, Masque de Lune entendit des voix. Quelqu'un sembla partir, tandis qu'un autre était sans doute entrain de monter vers lui. Il regarda longtemps autour de lui, à la recherche d'une quelconque issue. Mais la seule sortie possible, semblait être en face de lui, où on l'attendait pour l'étriper. Ses menaçants manas voltigeait harmonieusement autour de lui, alors qu'il serrait fermement sa lame brillant au soleil. Les rayons lumineux réfléchis par son arme l'aveuglaient lorsqu'il changeait leur trajectoire en tournant son épée. Au bout de la troisième frappe aveuglante, il lui vint une idée.

* Ce n'est pas des plus originales, mais du moment que ça marche... *

La petite sphère noire voltigea toute seule jusqu'à s'injecter dans le cachet d'Orzhov, remplacé ensuite par deux mana, l'un noir, l'autre blanc. Ce dernier pénétra dans la lame de l'épée de l'assassin, tandis que son petit frère alla prendre la place de celui qui donna sa vie pour qu'ils naissent. L'Orzhov s'approcha lentement du rebord du toit, là où il était monté, et ou les autres monteront. Son plan était simple : profiter de sa position avantageuse face à l'adversaire, et lui porter un coup avec son arme dès que ce dernier serait monté, assez violent pour le faire retomber et distraire les autres. Aveugler ensuite ses poursuivants en faisant briller son épée, chargé du mana blanc, afin de prendre la fuite de là où il était passé. En cas de besoin, deux projectiles continuaient de voltiger autour de lui. Il ne lui restait plus qu'à attendre... et prier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ06
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 17/10/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10,5
Points d'Expérience.:
9843156413554/100  (9843156413554/100)
Zinos (argent):
9223372036854775807/1000  (9223372036854775807/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Jeu 21 Juil 2011 - 19:57

[hrp]Foenix[/hrp]

Le premier sans-guilde, un homme courtaud au visage défiguré par une large cicatrice, se hissa sur les derniers barreaux de l'échelle. L'épée de Foenix siffla juste au-dessus de lui, lui coupant quelques mèches. Il releva la tête, un rictus haineux apparut sur son visage ... puis il lâcha prise pour éviter la lame qui revenait, tombant lourdement à terre. Ses compagnons levèrent la tête et virent Foenix en haut, l'épée à la main. L'un d'eux tenta de lancer sa machette vers lui, mais l'Orzhov esquiva avec facilité la lame qui fendit l'air pour se perdre quelque part derrière lui. Et alors que les trois costauds brandissaient le poing vers lui en l'insultant, un éclat aveuglant surgit de la lame, faisant tituber les sans-guilde. L'un d'entre eux trébucha même, et tomba à terre. Masque de Lune sauta parmi ses assaillants tandis que ceux-ci recouvraient petit à petit la vue, et se mit à courir. Il avait déjà mis une grande distance entre ses poursuivants, qui n'avaient pas encore commencé à courir, et lui-même, aussi fit-il un virage sec afin de sortir de leur champ de vision. Il était dans à présent dans une petite ruelle du quartier neutre, de nouveau non loin de la place du marché. Et il semblait que ses poursuivants ne l'aient pas vu s'enfuir, ou alors ils couraient dans la mauvaise direction.

[hrp]Yarkol : 34.2 Points d'xp, 0 Po
Elryann : 38.5 Points d'xp, 0 Po
[/hrp]


Dernière édition par MJ06 le Dim 10 Juin 2012 - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foenix
Armurier Orzhov
Armurier Orzhov
avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 06/12/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
33/100  (33/100)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Mar 2 Aoû 2011 - 11:12

L'Orzhov laissa tomber son dos contre le mur, leva les yeux au ciel et poussa un profond soupir.

* Nom d'un chien, c'était moins une ! *

Après avoir longtemps observé autour de lui et remarqué que personne ne pouvait le voir, Foenix rangea son masque et sa dague dans sa sacoche, dissipa le cachet dans une essence magique, qui se mêla à ses derniers mana restants. Il sentit sa magie se mêler au vent et disparaître vers le ciel. Il ôta finalement son manteau, qu'il laissa dans la ruelle, loin des regards indiscrets, se rajusta la coiffure en fouetta ses mèches de cheveux et repartit avec son allure fière et orgueilleuse en se mêlant à la foule. Tout en se dirigeant lentement dans une direction sans destination, il s'entretint avec son alter-ego pour une réunion dans la salle de l'esprit.

~~~~~~~~~~~~~~~~

Les deux hommes se fixaient droit dans les yeux, chacun dans sa moitié de salle, lorsque Foenix prit rapidement la parole.


« Je ne voudrait pas jouer les rabats joie, mais on a perdu la trace de la fille. »

« Tu aurais préféré te faire ratatiner par ces malabars ? », rétorqua l'assassin.

« Oh, je suis certain que tu aurais pu les battre sans problème ! »


Le silence qui suivit affirma le manque d'objectivité d'un tel propos. Ce fut Foenix qui le rompit, rattrapant l'erreur.

« Qu'est-ce qu'on fait ? »

« C'est toi qui voulait que nous rattrapions la fille. À toi d'assumer. »


« Certes, mais nous avons perdu sa trace. Et c'est toi qui est un assassin de renom ! »

Cette fois-ci au silence l'assassin ajouta un regard mêlé de colère et de mépris, devant le commentaire lécheur de son alter-ego. Il ne manqua cependant pas de lui répondre.

« Nous ne connaissons que son nom, ainsi que le fait qu'elle soit sans-guilde. Comment veux-tu que nous retrouvions une aiguille dans une botte de foin ? »

« Etant sans-guilde, elle réside certainement dans le Quartier Neutre. De plus, elle est sans doute avec ce pyromane, il sera aisé de la retrouver, si... »


« Si ta réelle intention, le coupa l'assassin, est d'engager un assistant pour tes armureries, tu n'as qu'à remettre une affiche et annoncer que tu réalisera un nouvel entretien. Si les gens ne seront pas trop indignés par ton comportement, tu auras sans doute le même succès que la dernière fois. Mais si tu désire retrouver cette femme dans un autre but, crois-moi, Ravnica est très très grand... »

Sa dernière étaient emplie d'une ironie moqueuse qui parvint tout de même à convaincre le marchand. Il quitta la salle avec un large sourire.

~~~~~~~~

Foenix marchait souriant dans cette foule de passants, se dirigeant vers son armurerie bien aimée. En attendant de retrouver un assistant, il devra s'occuper de sa deuxième antre à sabre personnellement.


[HJ : Pour ma part, on peut s'arrêter là. Mais si MJ désire continuer, cela ne pose pas de problèmes Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ06
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 17/10/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10,5
Points d'Expérience.:
9843156413554/100  (9843156413554/100)
Zinos (argent):
9223372036854775807/1000  (9223372036854775807/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Jeu 11 Aoû 2011 - 3:23

Une petite main grassouillette, portant deux lourdes chevalières d'or massif lui tapota le bras alors qu'il fendait fièrement la foule. En remontant le long du court bras recouvert de soie grise, l'armurier découvrit son propriétaire : une des trois personnes qu'il avait suivie, le petit obèse qui avait semblé guider le groupuscule hétéroclite l'espace de quelques moments. Sa voix était gazouillante, difficilement supportable.
"Messire Ket'osarc ? Je ne veux pas faire un esclandre. Ni vous ni moi ne souhaitons nous battre ici, n'est-ce pas ? Je vous invite à une bière dans l'auberge de votre choix et à discuter. Ainsi, vous serez assuré qu'il n'y a aucun piège de ma part."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foenix
Armurier Orzhov
Armurier Orzhov
avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 06/12/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
33/100  (33/100)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Jeu 11 Aoû 2011 - 13:30

* Tiens, ce doit être une demoiselle qui veut mon autographe ! *

D'une allure fière et prétentieuse, Foenix se tourna vers la personne qui lui tapota le bras. Son sourire perpétuellement collé sur son visage ne s'effaça pas, lorsqu'il remarqua que, non seulement ce n'était pas une belle demoiselle, qui l'appelait, mais en plus cet homme n'était pas des plus charismatique que l'armurier put rencontrer. La réaction de l'assassin fut toute autre. Il s'était fait filer, et cela n'aurait jamais dû se produire. L'erreur était impardonnable. Il était coupable d'un meurtre et était joignable à tout moment, puisque son identité était à présent scellée. Contrairement à son alter-ego, qui ne put s'empêcher de lui transmettre sa frustration, Foenix paraissait incroyablement calme. Il prit rapidement les choses en mains, écartant tout soupçon des oreilles indésirables.

« Mais oui, je vous reconnais ! Vous étiez dans l'auberge de la tranche, à mon entretien d'embauche, je me trompe ? Veuillez m'excuser, mes les choses ont plutôt mal tourné, après l'arrivée de ce petit terroriste. Mais étant donné que vous êtes là, nous pouvons discuter affaire, qu'en dites vous ! Pourquoi pas cette taverne, juste là ? »

Il pointa du doigt une petite taverne, non loin d'eux et fit signe au petit homme de le suivre. De sa marche héroïque, Foenix se dirigeait vers sa destination, en surveillant son "assistant", tandis que l'assassin semblait rassuré, sans doute pour la première fois de sa vie, par l'initiative de son alter-ego. Dès qu'il eut franchi la porte de l'armurerie de la boisson alcoolisée, il fit à haute voix au tavernier.

« Une chope de bière pour moi et une pour mon ami ici présent ! »

Il tapa l'épaule du petit homme, tout en prononçant le dernier mot. Lorsque les deux hommes étaient assis à une table, assez en retrait des autres clients, et que leur verre était servis, son expression fière, prétentieuse et même un peu heureuse ne changea pas, alors que le ton de sa voix bascula au négatif. Un air tellement sérieux dans ses cordes vocales, que même l'assassin en était surpris.

« Très bien, je vous écoute. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ06
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 17/10/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10,5
Points d'Expérience.:
9843156413554/100  (9843156413554/100)
Zinos (argent):
9223372036854775807/1000  (9223372036854775807/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Jeu 11 Aoû 2011 - 20:11

Jouant le jeu que lui imposait l'armurier, le petit humain fit discrètement disparaître les lourdes bagues, ainsi que quelques autres colifichets dont il avait pourvu son apparence - histoire d'avoir la tête de l'emploi, pour ainsi dire.
Une fois installés, il but une gorgée de bière par simple politesse.

***Très bien, par où commencer ? Inutile de chercher à le rendre soûl, il a l'air trop rusé sous sa couche de bêtise. Il a tout de même suivi l'elfe, ce qui n'était pas donné. Quoique, avec son manque de retenue plus la présence de cette humaine ...***
A la seule pensée d'Elryann, les poings de l'humain se serrèrent, laissant une empreinte à l'endroit de la poigne sur l'anse métallique du verre. Il garda sa main autour du verre, histoire de ne pas se faire remarquer. Tant pis pour ce qu'il voulait faire, autant jouer cartes sur table. Il jeta un rapide coup d’œil alentours : quelques piliers de bars, un homme timide au regard vague. Il y avait bien quelques conversations louches, mais personne n'était assez près pour les entendre.
"Ce terroriste. Je veux que vous oubliiez jusqu'à son existence, ainsi que tout ce que vous avez pu voir et entendre aujourd'hui."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foenix
Armurier Orzhov
Armurier Orzhov
avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 06/12/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
33/100  (33/100)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Ven 12 Aoû 2011 - 11:00

Foenix but une gorgée de bière, tandis que le petit homme parlait. Décidément, il n'en fallut pas long pour que la discussion devienne intéressante. Son ton passa du sérieux à l'ironique. Son sourire n'était plus là pour dissimuler leur conversation, mais pour illustrer ses propres émotions à son interlocuteur.

« Je vais être sincère, jamais je n'aurais pensé une seule seconde que ce terroriste ait le moindre intérêt, à mes yeux. Si tu n'étais pas venu me voir, je l'aurais sans doute oublié dès demain matin. Mais visiblement il a une certaine importance, pour toi, ce petit elfe. Les choses deviennent intéressante ! Alors puisque tu me demande... non, tu m'ordonne d'oublier ce terroriste, je ne le ferai pas, vois-tu. Si tu y avais mis un minimum de politesse, j'y aurais sans doute pensé à deux fois, mais là ! »

Il marqua une pause pour lécher la bière sur sa lèvre supérieure. Ainsi, le petit gros avait le temps de prendre connaissance des intentions de l'armurier. L'assassin, de son côté, attendait de voir, mais était prêt à prendre les choses en main, si elles venaient à mal tourner. Lorsqu'il reprit, son ton perdit de l'ironie.

« Soit... Vous êtes en connaissance de certains faits, et cela m'agace. Alors mettons les choses ainsi : j'oublierai tout ce que j'ai vu concernant vous et ce petit elfe, à condition que vous oubliiez la présence de... mon associé dans ce quartier, entendu ? »

Il marqua une nouvelle pause, cette fois-ci pour boire une autre gorgée de bière. Puis, il changea radicalement de sujet. Il avait oublié un détail, que cet homme pourrait peut-être éclairer.

« Ah oui, d'ailleurs, si je peux me permettre une question, savez-vous où la Sans-Guilde a pu s'enfuir, lorsqu'il y a eu... ce petit accident, avec le mendiant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ06
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 17/10/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10,5
Points d'Expérience.:
9843156413554/100  (9843156413554/100)
Zinos (argent):
9223372036854775807/1000  (9223372036854775807/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Ven 12 Aoû 2011 - 14:35

Le petit obèse eut un sourire particulièrement disgracieux.
"Vous qui me parlez de politesse, je ne me souviens pas vous avoir autorisé à me tutoyer. Mais puisque nous sommes apparemment familiers ...
Mettons les choses au point : cette sans-guilde ne m'importe que dans la mesure où elle importe à ce terroriste. Et non, je ne sais pas où elle a pu fuir avec lui. Je t'ai vu attaquer ouvertement d'abord l'invocation d'une Izzet, puis cette même Izzet, et te rendre ainsi complice de la fuite de nos deux amis communs. Tu vois, je pense que tu ferais mieux d'être un peu plus qu'agacé.
Il se peut, si tu as effectivement engagé la jeune femme, que nous soyons amenés à nous revoir."

Le sourire disparut lentement, comme une traînée sang coulant le long d'un mur. Les yeux gris du petit obèse se plissèrent pendant que Foenix assimilait les conséquences de cette possibilité.
"Alors soyons clairs, espèce de raclure prétentieuse d'Orzhov. Si il y a une chose que je n'aime pas chez les guildés, c'est leur orgueil. Et il y a plus d'une chose que je n'aime pas chez toi. Si nous nous revoyons, humain, n'oublie pas que j'ai ta réputation au creux de la main. Et que si les évènements d'aujourd'hui venaient à se savoir, tes affaires d'armureries en souffriraient bien plus que les miennes. N'agis pas contre mon intérêt et tu agiras en faveur du tien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foenix
Armurier Orzhov
Armurier Orzhov
avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 06/12/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
33/100  (33/100)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Ven 12 Aoû 2011 - 16:18

Lorsque le petit homme (qui visiblement, pour traiter l'Orzhov d'humain, n'en était pas un) parla de politesse, Foenix remarqua qu'il avait tutoyé son interlocuteur, sans s'en rendre compte. Il ne le regretta pas pour autant, étant donné que cela avait donné un certain effet plaisant à son discours, qui agaça visiblement le gros. Bien que ce fut involontaire, personne ne l'aurait jamais su, donc tout allait bien. Il but une nouvelle gorgée de bière, avant de rétorqué aux dires de ce... de son interlocuteur, quoi qu'il puisse être. Il souriait, mais son ton était dur. Les traits de son visages avaient à nouveau pris le rôle de masque.

« Je ne sais pas ce que tu es, comme créature, mais je trouve que tu te défends bien violemment, pour détester ainsi l'orgueil des guildés. Alors sache qu'une raclure prétentieuse, surtout Orzhov, n'apprécie pas non plus qu'on lui marche sur les pieds. Mais n'y a-t-il pas de la prétention, dans tes menaces ? Tout le monde est prétentieux, simplement certains ont plus de courage que d'autres, pour le montrer. »

Il but une gorgée, tout en fixant son interlocuteur droit dans les yeux.

« Tu sais, sur le front d'un marchand Orzhov est écrit "créature mesquine sans scrupule". Derrière lui, il y a toujours un assassin. Va hurler sur les toits que toi, petit obèse, à découvert que derrière les armureries Ket'Ossarc se cache un assassin, et que ce dernier est l'armurier lui-même (chose que, d'ailleurs, tu n'es pas seul à connaître), tu ne changeras pas les choses, pour autant, crois-moi. Le peuple est si idiot qu'il l'aura oublié d'ici quelques mois et les hauts placés Orzhov comprendront que mon activité d'armurier, contrairement aux autres marchands, est entièrement due à mes propres efforts, et non à ceux d'un sicaire. Quelle différence ? Je tue pour mes propres intérêts, au lieu de payer quelqu'un pour le faire à ma place. Voilà tout. Peut-être m'engagera-t-on plus pour assassiner que pour vendre des armes.
Venons-en à ce petit elfe. D'après ce que tu viens de me dire, si je trouvais Elryann (chose qui ne me demanderait pas beaucoup d'effort), j'aurais aussi ce terroriste. Un message aux autorités Izzet et ils retireront ma complicité quant à sa fuite, et toi tu auras toute une guilde à affronter, si ce n'est plus. »


Il but fièrement une gorgée de bière, puis reprit.


« Voyons la vérité en face. Chacun d'entre nous pense avoir l'autre en main, mais réfléchissons. Si tu m'as vu, tu voulais aussi intervenir contre cette Izzet et sa créature. Si je ne l'aurais pas fait avant, c'est toi qui aurais rendu un service à moi. Tant que Elryann et l'elfe seront proches, nous visons le même objectif, à savoir leur protection. Je suis sûr que si nous réfléchissions un peu plus, nous trouverions un arrangement bien plus fructueux, qu'un simple "si tu dis rien, je ne dirai rien", tu ne trouve pas ? »

Il marqua une rapide pause, avant de continuer.

« Je sais que tu ne m'aime pas, tant mieux, je ne t'aime pas non plus. Mais les faits sont simples : tu as visiblement besoin de l'elfe, moi j'ai besoin de la Sans-Guilde, et les deux sont ensemble. En portant secours à l'un, on porte également secours à l'autre. Je suis un commerçant, je tâche donc de retirer le maximum de profit dans une négociation, et celle-ci, que tu me croies ou non, me paraît très fructueuse. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ06
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 17/10/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10,5
Points d'Expérience.:
9843156413554/100  (9843156413554/100)
Zinos (argent):
9223372036854775807/1000  (9223372036854775807/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Mar 23 Aoû 2011 - 3:11

La chose plissa les yeux, et fixa la table quelques instants avant de répondre.
"Parce que tu crois vraiment que la famille Ket'Ossarc est aussi prestigieuse que tu l'affirmes ? Mais peut-être qu'un vieux mercenaire comme moi ne connaît pas assez le marché Orzhov pour pouvoir juger de l'influence d'un parvenu comme toi, c'est vrai. Cependant, peu m'importe que tu croies ou non à ce que je suis capable de te causer comme ennui. Peu m'importe également que tu puisses t'imaginer me menacer pour avoir seulement songé à m'être conduit de façon aussi téméraire que tu as pu le faire, dans le quartier neutre. Peu m'importe que tu penses avoir plus de relations que moi, et peu m'importe ce que tu penses comprendre de moi.
Ta proposition est compréhensible. Je tiens à l'elfe, tu tiens à l'humaine, et nous n'avons donc pas de raison de nous mettre de bâtons dans les roues. Tant qu'ils restent proches, nous nous tenons à distance l'un de l'autre et veillons sur eux.
Mais voilà, il y a quelques failles dans ton raisonnement, humain."

La voix de l'obèse se fit plus grave, et si il oublia de faire trembler les chopes sur la table, les intonations et l'impression de démultiplication - comme si il prononçait les mêmes paroles à plusieurs reprises - acheva de convaincre Foenix de l'inhumanité de son interlocuteur. Les gens alentours semblaient absorbés par leur conversation, mais le tavernier sembla soudain obsédé par la propreté du comptoir, qu'il se mit à fixer tout en l'astiquant.
"Nous avons beaucoup de différences. Premièrement ..."
La créature eut un petit rire qui descendit carrément dans les tons les plus gutturaux, à l'opposé de la voix fluette qui l'avait interpellé dans la rue.
"Tu n'es pour moi qu'un insecte, et je me donne rarement la peine de parler aux insectes. Cela fait des siècles que je parcours Ravnica, et si il est question de respect, c'est bien toi qui m'en devrait. Après tout, j'ai peut-être déjà croisé quelques-uns de tes ancêtres ... Je ne vois pas en quoi tu pourrais protéger l'un ou l'autre de nos amis communs, alors que tu ne sais ni où ils sont, ni où ils vont être. Je ne vois pas d'intérêt à te le dire, ni à me fier à toi.
Justement, je ne suis pas certain de toi. Tu viens de me prouver que mon moyen de pression sur toi ne t'importe pas, et je sais mieux que toi à quel point un humain peut se désintéresser soudainement d'une personne qu'il a cherchée pendant des années. Qu'est-ce qui me prouve que je peux me fier à toi ?
Je veux bien passer un marché avec toi, humain. Surtout si tu y vois un avantage commun, et que je peux m'assurer que tu trouves un intérêt dans ce marché. Mais je dois t'avouer que je suis un peu perplexe devant ta proposition."

Ayant dit cela, l'image de l'humain saisit sa chope et la vide d'un coup. En une seule gorgée. La chose n'avait plus envie de se faire passer pour un humain, et elle se demandait si le tavernier coupait sa bière à l'eau, ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foenix
Armurier Orzhov
Armurier Orzhov
avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 06/12/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
33/100  (33/100)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Jeu 25 Aoû 2011 - 12:44

Foenix cessa progressivement de sourire, tandis que la créature lui parlait. Le fait que devant lui ne se tenait pas un homme, mais un quelconque être, vraisemblablement immortel, semblait le déranger. Cependant, ce n'était pas là, le seul problème. Les paroles que prononçait son interlocuteur, en affirmant ainsi des prétendues vérités, ne lui plaisaient guère. Sans plus attendre, l'Orzhov répliqua.

« La famille Ket'ossarc se tient toute là, devant tes yeux. C'est avec ma naissance qu'elle a vu le jour, et ce sera à avec mort qu'elle périra. De ce côté là, je ne suis pas comme les autres Orzhov. La noblesse, le pouvoir, l'honneur, toutes ces choses que ces riches familles pensent avoir, ne s'obtiennent pas grâce à un nom. L'élévation du petit chapardeur au titre de riche marchand respecté et influent, voilà ce qui mérite respect et noblesse. Naître dans une riche famille politique ne vaut aucun mérite. Le respect, plus que tout, est une chose que l'on gagne, on ne peut la recevoir. Si un jour la famille Ket'ossarc aura tant de prestige, ce ne sera le prix de la sueur qui a coulé sur mon front. »

Il marqua une pause avant de continuer. Il venait de répondre à la première remarque fastidieuse de son interlocuteur, place à la deuxième phase de son discours.

« Crois-tu sérieusement que le simple fait d'être une entité sans âge qui a vécu je ne sais combien de siècles te confère le respect total de la part d'un misérable et mortel humain ? Non, mieux, de la part d'un insecte, comme tu le dis. Dois-je te rappeler que cet insecte t'as suivi pendant un bon chemin, sans que tu ne t'en rende compte ? Méfie-toi des petites bestioles. Elles sont assez petites pour que tu ne les voies pas, mais assez dangereuse pour faire beaucoup plus de mal que tu le croies... »

Il gardait un ton très dur, comme si ses mots étaient des couteaux qu'il lançait contre son interlocuteur. Il avait encore une remarque à faire, avant de reprendre la diplomatie.

« Ce n'est pas non plus grâce à ton expérience pluricentenaire que tu peux prétendre connaître les hommes. Ta remarque est même paradoxale. Comment peux-tu comparer la vie éphémère d'un humain avec l'éternité qui s'offre à toi ? Ce n'est pas en nous étudiant à travers les siècles que tu parviendra à nous comprendre.
Premièrement, car la mentalité change d'une génération à l'autre. Plus personne ne se comporte plus comme à l'époque de mon grand-père, ou très peu.
Ensuite, nous les humains avons des comportement qui différent beaucoup d'une personne à l'autre. Sauve la vie d'un lion, il te respectera pour le restant de son existence. Fait de même avec son semblable, le résultat est le même. Sauve la vie d'un homme, il peut t'être redevable et te rendra la pareille un jour. Fait de même avec son frère, il te poignardera dans le dos à la première occasion.
Pour finir, notre vie est si brève, comparée à la tienne, que jamais tu ne parviendra à comprendre nos choix. Choix que nous pouvons regretter au bout d'une dizaine d'année, lorsque nous remarquons qu'il est déjà trop tard. Notre avenir est fixé, forgé dans la roche. Rares sont ceux qui arrivent à reconstruire toute une vie, après l'avoir vécue d'une mauvaise façon. Toi, tu as toute une éternité pour reconstruire ta vie. Nous pas. »


Il marqua une nouvelle pause. L'Orzhov fixa durant un instant les petites bulles de sa bière prendre la fuite vers la liberté. Il releva enfin le regard vers le bonhomme, et reprit les négociations. Malgré la partie de leur discussion qui commençait à dévier vers la dispute, la chose semblait d'accord de passer un marcher avec l'armurier.

« Reste donc perplexe quant à ma position concernant cette affaire, cela m'importe peu que tu me fasses confiance ou non. Il n'empêche que, pour l'instant, nous avons besoin l'un de l'autre.
Je suis presque certain que la Sans-Guilde reviendra me voir pour son emploi. L'elfe ne sera donc pas loin de ma deuxième armurerie. Nous pourrons donc garder un œil sur eux. Le problème est que les marchands Orzhov, moi y compris, sont de vrais vautours. Elryann et ses collègues dans la forge seront la cible de la concurrence à tout moment. À moins que... »


Un petit sourire se dessina sur son visage. Il était difficile de croire que ces dures paroles de tout à l'heure venaient de cette même personne.

« À moins que la concurrence ne devienne la proie et moi le vautour. Voilà ce que je te propose. Cela risque de prendre un moment, mais je peux t'assurer que la suite sera d'une facilité déconcertante. Aide-moi à m'emparer des autres armurerie du marché Orzhov. Dès que j'en aurai le monopole Elryann ne sera plus qu'une de mes nombreux employés, mais l'elfe aura toujours une planque où se cacher, au cas où il venait à être poursuivi. Et ce n'est pas tout ! Avec tous les sousous que je me serai fait, toi et ton elfe aurait toujours un allier dans les hautes sphères de la société. »

Il laissa les paroles planer dans l'air, avant de continuer, sans effacer son sourire.

« Je sais que tu doutes de ma loyauté. Tu penses qu'une fois que tu m'auras rendu ce service, je te poignarderai dans le dos. Alors je vais mettre en jeu la chose à laquelle je tiens le plus. Ma vie ! Si je venais à manquer ma promesse, tu n'auras qu'à me tuer. Je ne sais pas ce qui se cache derrière la peau de ce petit obèse, mais je suis sûr que tu es en mesure de me le faire payer, je me trompe ? Après tout, je ne suis qu'un insecte... »

Il prononça cette dernière phrase avec une profonde moquerie. Mais si cette chose pensait réellement être si au-dessus des hommes, la remarque n'en serait que plus vrai, augmentant ainsi l'envie de cette créature de faire payer à son interlocuteur sa perfidie, si jamais il se ferait surprendre en position de traître.
Le discours de l'armurier avait quelque chose de paradoxal. Il passa de l'attaque verbal à la négociation avec un minimum de tact, cela n'empêcha pas d'inspirer une certaine perplexité. La vérité était pourtant simple. L'Orzhov fit la grossière erreur de laisser paraître sa véritable personnalité, montrant sa face cachée. Il n'appréciait guère que le gentil marchand, qui offre sa chance aux plus démunis, soit vu comme le vautour qu'il est réellement. Cependant, tout cela n'avait pas que des versants négatifs. Pour commencer, en avouant ainsi sa perfidie, typique de la guilde, il devrait donner une certaine confiance à son interlocuteur. Ensuite, le visage de l'armurier vil et sans scrupule n'était qu'une frontière entre le marchand et l'assassin. Ce qui se tenait devant l'entité sans âge n'était en réalité qu'un masque, dissimulant les réelles intentions de Masque de Lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yarkol
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 447
Age : 23
Localisation : Là où le chaos se mèle aux doux tintements des lames.
Date d'inscription : 11/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'Expérience.:
209/300  (209/300)
Zinos (argent):
143/1000  (143/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Sam 3 Sep 2011 - 11:18

Déambulant dans les ruelles comme deux boules d'énergie, Elryann et Yarkol traversaient les avenues et les quartiers sans se poser la moindre question. Ils étaient libres et fous, impossible à arrêter. Ils avançaient sur plusieurs mètres main dans la main, se lançaient des regards, s'adressaient des sourires, puis se lâchaient, sautillaient, gambadaient, se coursaient l'un et l'autre sur une bonne distance puis se retrouvaient, s'embrassaient et continuaient leur route. Le chemin qu'ils empruntaient les rendaient difficile à suivre: ils sautaient parfois de toits en toits, avant d'atterrir dans la boue, puis faisaient deux fois le tour d'un immeuble en ruine avant de rentrer dedans. Ils exploraient ensemble, curieux de tout. Ils se passionnaient tour à tour par divers éléments du décors, Yarkol s'arrêtant régulièrement pour commenté ce à quoi lui faisait pensé les traces dans la boues. Elryann se pencha pour gouter une fleur sur le chemin, puis ils coururent un peu plus loin sans prêter attention au vagabond borgne dont ils n'avaient absolument aucun souvenir et qu'ils n'avaient sans doutes jamais croisé au cours de leur vie. Leur chemin semblait n'avoir aucun but, mais ils savaient exactement où ils allaient. D'ailleurs, il ne tardèrent pas à arriver: la tour de l'ano-mage se dressait devant eux.

Elle devait être en pierre, à une époque. Maintenant, des tuyaux serpentaient tout autour, certains semblaient avoir poussé là comme le ferait du lierre, d'autres au contraire juraient grossièrement avec le reste. Deux appentis complétaient la grande tour, mais ils semblaient avoir été placés de façon anarchique, comme s'il s'agissait de deux champignons poussant sur un vieux tronc. L'un de ces deux rajouts était équipé d'une immense cheminé ronde et grise, un peu plus foncé que les autres tuyaux, tellement haute qu'on ne pouvait estimé sa taille. Le semi-elfe resta quelques instant sur place en fixant le ciel, la cheminé semblait craché quelques flammèches dansantes.
Quelques pièces semblaient avoir surgis de la tour principale comme si d'un coup une explosion les avaient aménager ainsi. Certaines étaient totalement couverte de tuyaux, d'autres semblaient plus récente et passaient par dessus. Certains tuyaux fuyaient et laissaient s'échapper quelques étranges liquides poisseux aux couleurs changeantes.

Ils avancèrent tout les deux jusqu'à l'entrée. Yarkol passa sans problème, mais l'hydropyre apparut lorsqu'Elryann voulut le suivre. La grande créature barrait le passage et ne répondait pas aux protestation de l'humaine. Le semi-elfe lui fit signe d'attendre et s'aventura dans la tour. Rien ne semblait avoir changer depuis sa précédente visite. Il entra dans la première salle sur sa gauche, où il avait trouver Hydrignis la première fois. Il se tenait prêt d'une fenêtre, observant par transparence une fiole grâce à la lumière qui filtrait des carreaux. Il attendit quelques instant que l'ano-mage ait finis son inspection, afin de ne pas le déranger, puis s'avança pour être vu du vedalken.


« Mes salutations, ano-mage. Toutes mes excuses pour le retard, j'ai eu quelques... complications. Mais je me suis bien amusé! Une amie attend en bas, voudriez-vous la faire entrer? Évidemment, j'ai ce qu'il vous faut, et un cadeau en supplément. Cette chose avait l'air importante, on m'a dit de vous l'amener. » Il posa le fizzetium sur la table la plus proche et lui tendit la fiole verte.
Elryann entra en pestant contre la créature qui gardait la porte et adressa des salutations charmeuses au grand chauve, qui lui répondit poliment. Il s'empara, heureux, du fizzetium, et l'enferma à double-tour dans une armoire ouvragée d'où s'échappa un pan de vapeur surchauffée. En se tournant vers Yarkol, comme pour le remercier cordialement, son regard accrocha soudain la fiole verte que ce dernier lui offrait. Ses yeux s'agrandirent de façon grotesque, ses sourcils bondissant comme deux ressorts, et sa bouche s'entrouvrit dans une expression de parfaite stupéfaction. Une fraction de seconde plus tard, chose ahurissante, le veldaken, d'ordinaire taciturne et réservé, esquissait un pas de gigue, le sourire jusqu'au oreilles, exécutant avec ses longues mains de petits gestes maniérés. D'une voix transpirant l'exaltation, il s'adressa à Yarkol :

- « Merci, merci, petit elfe ! (« Moineau ! » Cru bon d'ajouter Elryann d'un ton malicieux) Oui, moineau, félicitations, tu es mon sauveur ! Comment..? Comment..? Comment as-tu ! Demande-moi tout ce que tu voudras ! »
Le semi elfe, amusé mais tout de même un peu honteux du surnom qu'on venait de lui donner, se permit de répondre d'un ton presque autoritaire, mais néanmoins empli de respect : « Pour commencer, ne m'appelez plus ainsi. C'est plutôt gênant. Ensuite, j'ai eu la surprise de découvrir en moi des affinités avec le pyromana, je désire simplement que vous m'aidiez a le maitriser. Cela en échange de bons et loyaux services, cela va de soi. Mon amie et moi aurons sûrement besoin de votre enseignement, ainsi que de votre aide, étant donné les quelques ennuis que je me suis attiré récemment. Oh, et je pense que ce n'est plus vraiment la peine de faire vos courses au Dôme de Pyrotechnie désormais...Il est sûrement ...Euh, en travaux. Mais nous sommes pressés, et je pense que d'innombrables expériences palpitantes vous attendent, -puis, sur le ton parodié de la voix d'Elryann- aussi nous prenons congé de votre aimable compagnie et vous souhaitons une excellente journée.

_________________
« Et certains craignent le Temps, quand moi je crains les Hommes. S’ils craignent les âges, c’est qu’ils n’ont plus peur des autres, mais je sais que la poigne qui mettra fin à mes jours n’est pas celle du Temps.C’est celle de mon meurtrier, mon Glorieux sauveur, l’Être que je haïrais de toute mon âme pour avoir été meilleur que moi. »  


« Que craintes et cries crèvent les croix,
Le souffle siffle un soulèvement sanglant
Et pleurent les prêtres prônant les Lois

Brièvement, la brise les brise brillamment
Et chante enfin la liberté. »    A.C/ Yarkol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ06
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 17/10/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10,5
Points d'Expérience.:
9843156413554/100  (9843156413554/100)
Zinos (argent):
9223372036854775807/1000  (9223372036854775807/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Dim 4 Sep 2011 - 23:46

HRP : J'aurais préféré que vous ouvriez un nouveau topic, mais tant pis, ce n'est pas grave. 1.5 d'Exp et 10 zinos pour Yarkol, la suite pour vous deux se trouve ici : http://mtgjdr.superforum.fr/t599-c-est-un-affreux-malentendu-2#9361

Le vedalken s'immobilisa soudain, une lueur malicieuse dans les yeux.
"En travaux ? Ha, tant mieux. Ils n'ont aucun sens artistique là-bas, ils jouent juste à celui qui fera la plus grosse boule de feu. C'est d'un puéril, vraiment. Merci beaucoup, vraiment ! Je vous dois une fière chandelle, jeune homme. N'hésitez pas à revenir, j'aurais sûrement d'autres tâches pour quelqu'un d'aussi débrouillard que vous. Voilà déjà de quoi vous remercier ..." Il plissa le nez comme si il venait seulement de remarquer le mélange de cervelle et de sang qui maculait le jeune elfe. "Et de changer de tenue. Je serais également ravi de vous apprendre à jouer avec le feu, vous me semblez avoir un grand potentiel. Bonne journée !"
Plus lourd de quelques zinos, Yarkol se retrouva à l'air libre avec Elryann, libres. Il ne prêtèrent pas la moindre attention à un mendiant borgne qu'ils croisèrent sans le reconnaître, leur attention étant affaiblie par le bel après-midi qui commençait ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ06
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 17/10/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10,5
Points d'Expérience.:
9843156413554/100  (9843156413554/100)
Zinos (argent):
9223372036854775807/1000  (9223372036854775807/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Dim 10 Juin 2012 - 0:01

Foenix :

L'interlocuteur de l'armurier réajusta son appui sur le tabouret et laissa Foenix terminer sa diatribe sans rien dire. Puis il répondit.

"J'ai mes propres façon de percevoir votre espèce, Orzhov. Contentons-nous d'admettre que nous sommes et resterons sans doute en désaccord sur le sujet."

Puis son visage grassouillet devint plus détendu.

"Il y a quelques jours, j'aurais accepté. Contre rétribution, s'entend. Mais j'ai d'autres intérêts que d'amasser de l'or, désormais. D'autres ambitions que de grossir encore mon trésor en accomplissant les besognes de tes pairs, mortel. Si tu espères te servir de moi ou de ces jeunes humains pour parvenir à tes fins, Orzhov, tu te trompes. Ce genre d'échange de procédés ne m'intéresse plus. Protégeons notre ... intérêt commun ... chacun à notre façon, et ne tentons pas de nuire à l'autre. C'est tout. Je te propose une trêve entre nous et une protection pour ces deux-là, pas une association. Sommes-nous d'accord ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foenix
Armurier Orzhov
Armurier Orzhov
avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 06/12/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'Expérience.:
33/100  (33/100)
Zinos (argent):
123/1000  (123/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Dim 10 Juin 2012 - 14:15

La première remarque de la créature suite à la longue tirade de Foenix mit ce dernier en confiance. L'Orzhov prit la remarque de son interlocuteur comme le dernier mot avant de donner raison à son adversaire verbal, sans pour autant perdre la face. L'armurier préféra ne pas souligner ce dernier détail et se contenta de réfléchir à la proposition qui lui était faite. Cette fois, en revanche, il ne put retenir un sourire. Sa voix devint plus tranquille, moins dure et provocatrice, signe qu'il acceptait le marché de la créature.

« Tu me propose donc un pacte de non-agression, c'est cela ? En bref, je te laisse tranquille et tu me laisse tranquille. Très bien. J'accepte. Bien que je trouve cela fort dommage. »

Il prit une gorgée de bière avant de s'expliquer.

« Au fond, toi et moi, nous ne sommes pas si différents comme tu le pense. Nous voyons simplement la situation de deux points de vus différents, mais nous avons un intérêt commun. Je le vois, je le sens et j'estime qu'il serait judicieux d'en extraire le plus de jus avant qu'il ne soit trop tard. »

Foenix préféra laisser planer le mystère, sur ses dernières paroles. Il estimait que son interlocuteur et lui-même n'était pas différents, car tous deux désiraient protéger un criminel. Et celui que l'armurier voulait cacher aux autorités n'était pas Elryann. Masque de Lune, contrairement au petit terroriste, aurait sans doute su se débrouiller sans l'aide d'une créature immortelle, mais un petit aide n'est jamais de refus.
Foenix finit d'un trait sa bière, puis posa sur la table quelques pièces pour les deux bières. Il se leva et adressa ces derniers mots au grassouillet.

« Va pour le pacte de non agression. Lorsque tu auras compris que nos différences sont minimes, tu sauras où me trouver. »

Finalement, il tourna le dos à son interlocuteur pour se diriger vers la sortie de la taverne. Il utilisa le futur dans sa phrase, peut-être par prétention, mais car il était sûr que la créature serait revenu le voir. Un allier dans une cité comme la nôtre est toujours utile. Cela n'empêchait pas sa remarque de manquer de prétention et d'arrogance. Mais du moins ces mots témoignaient bien qu'ils sortaient de la bouche de Foenix Ket'ossarc.

* Nous nous reverrons sans doute. Il me doit un bière, après tout. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ06
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 17/10/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10,5
Points d'Expérience.:
9843156413554/100  (9843156413554/100)
Zinos (argent):
9223372036854775807/1000  (9223372036854775807/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Dim 10 Juin 2012 - 15:49

Le petit obèse resta plongé dans ses pensées un long moment, puis canalisa un photomana qu'il fit bondir entre ses paumes pendant qu'il réfléchissait. Yarkol et Elryann. Foenix. Les Psoras. Les Rakdos. Les Jeits. Et ses nouveaux amis ...
Ses minces lèvres s'étirèrent en un sourire inhumain quand ses yeux se posèrent sur le mana qui sautait innocemment sur sa paume. Non, aider Foenix n'était pas dans son intérêt commun. Tout cela n'aurait bientôt plus de sens. Tout prendrait bientôt son sens. Se levant, il empocha les zinos de l'Ozrhovs et sorti dans l'air vicié des soirées du Neutre, se dirigeant vers la Citerraine et plus bas encore. Il avait encore tant à faire ...


Dernière édition par MJ06 le Dim 10 Juin 2012 - 16:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ06
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 17/10/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10,5
Points d'Expérience.:
9843156413554/100  (9843156413554/100)
Zinos (argent):
9223372036854775807/1000  (9223372036854775807/1000)

MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   Dim 10 Juin 2012 - 16:20

HRP :
Foenix :
- XP : 29.8
- Zinos : -3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Drôles de circonstances.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Drôles de circonstances.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic The Gathering-Jdr :: Ravnica, cité des Guildes :: Quartier Neutre :: Auberge de la Tranche-
Sauter vers: