Magic The Gathering-Jdr

Jeu de rôles inspiré du jeu de cartes
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rahinov, l'indépendant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rahinov Eliav
Pontife
Pontife
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Localisation : Sous un pont, décuvant de la veille.
Date d'inscription : 19/03/2007

Feuille de personnage
Niveau: 5
Points d'Expérience.:
557/800  (557/800)
Zinos (argent):
1400/10000  (1400/10000)

MessageSujet: Rahinov, l'indépendant   Lun 19 Mar 2007 - 19:10

Rahinov Eliav, l'Indépendant



I - Histoire:



~~ Chapitre I : Le commencement. ~~

Orzhov....le nom que je reçu avant le déclin de mon père... Je naquis d'une mère à l'apparence fort appréciable, et de mon père, le soi-disant fondateur des orzhov, comme il l'aimait à me le rappeler. Un nom imbécile donné par un imbécile. Le fondateur des Orzhovs ? Ce n'était qu'un clerc parmi tant d'autre qui ne supportait pas la mainmise de l'Obzedat sur tout. Et il pensait me modeler à sa convenance ? Il pensait me faire croire à ses mensonges ? Je le voyais, tous les soirs, je l'entendais, discuter et comploter, entre faibles de son espèce. J'étais à peine âgé de cinq ans que j'avais déjà parfaitement conscience qu'il n'avait aucune chance de réussir. Mais lui et son orgueil mal placé ne semblaient pas s'en être rendre compte

Bien évidemment, son coup d'état fut avorté, et son complot idiot avait amené des assassins jusque dans notre domicile. Mais fort heureusement pour moi, sa bêtise n'était pas allée jusqu'à oublier de préparer une porte de sortie pour sa descendance : Ma mère m'emmena loin, caché aux yeux du monde, dans un bloc de stase ou elle m'enferma après m'avoir demandé de restaurer l'honneur de mon père lorsque le temps viendrait. Y croyait-elle réellement ? Ses dernières paroles me paraissaient sincères, mais je n'arrivais pas à m'enlever l'idée qu'elle agissait en tant que fidèle conjointe, suivant aveuglément son époux jusqu'à dire les mêmes non-sens que lui. Je n'avais aucune fierté pour mon père, et de toute façon, il n'avait pas d'honneur à restaurer.
-
Je suis l'indépendant
-

Mon repos en stase dura plusieurs millénaires. Neuf, je crois, sans en être sûr. Surement ai-je du laisser quelques centaines d'années de côté ... Sorti de cette "courte" pause, enfin, courte à mes yeux, je ne me souvenais de rien à propos de l'événement tragique qui arriva à mes parents et qui fut la cause de mon placement en stase. Mais lorsqu'on sort de stase à cinq ans, on erre, sans vraiment personne vers qui se tourner. Une famille de sans guilde me récupéra et, contrairement à ce que l'on attend d'une histoire tragique, fut d'un grand réconfort. Enfant adopté au sein d'une famille déjà pleinement composée, je n'étais pas forcément apprécié de mes deux frères d'adoption. Subissant leurs brimades légères, leur sœur s'interposait souvent en tant que protectrice, car, de la fratrie, elle était l'aînée. Le geste était beau, mais je ne voulais pas avoir besoin d'elle.
-
Je suis l'indépendant
-

Parlons-en un peu, de cette famille d'adoptions, tiens, puisqu'on ne pourra plus en parler après. Oups ? Aurai-je gâché la surprise ?
Le père avait cet air un peu austère, un peu fier, je le soupçonnais donc d'être un travailleur physique, mais cela s'avéra être plus : il avait fraîchement terminé son service au sein des boros, en tant que soldat deuxième ligne. Sa carrure venait donc de là ... Il ne s'occupait à présent que de tâches administratives, un planqué derrière un bureau, en somme. La mère en revanche avait un côté beaucoup plus doux, plus posé, moins "brut de décoffrage" : Elle avait officié en tant qu'alchimiste au sein de l'essaim golgari, et, même si elle avait des réactions assez étranges concernant le cycle vie-mort, son point de vue était toutefois toujours intéressant, et jamais dénué de sens.
Les deux fils n'avaient aucun intérêt, et même si je devais les décrire, mes souvenirs me disent "blaireau numéro un" pour le cadet, et "blaireau numéro deux" pour le benjamin.
L'aînée, en revanche, me semblait toujours plus belle chaque jour, et l'affection qu'elle me portait remplaçait celle de leur mère, qui, bien que douce, ne montrait pas de côté maternel particulier. Et on est d'accord pour dire que cette histoire manquait de complexe d’œdipe.
Mais le caractère temporaire de cette famille était déjà programmé.
-
Je suis l'indépendant
-

Le môme de cinq ans que j'étais grandît de vingt années, et les inimitiés avec mes frères n'avaient pas diminué, bien au contraire. Je n'ai jamais vraiment su ce qui les avait poussés à vouloir me tuer : était-ce parce que je m'étais naturellement éveillé aux manas blancs et noirs alors que je n'avais même pas une dizaine d'années alors qu'eux trimaient pour étudier la magie ? Était-ce parce que les parents estimaient que j'avais plus de potentiel pour accomplir des choses importantes, et m'avaient inscrit dans leur testament ? Etait-ce parce qu’ils me trouvèrent cette nuit-là dans les bras de leur sœur, et que la bête à deux dos les avait énervé ? Possible, mais ces deux imbéciles m'obligèrent à couper les liens. Et leur gorge, aussi. Et la gorge de leur sœur, aussi. Et tant qu'à faire, la gorge de leurs parents.
-
Je suis l'indépendant
-

Dommage, cette vie-là ne me déplaisait pas vraiment. Mais maintenant que mes liens avec ma famille d'adoption étaient coupés (avaient-ils vraiment été tissés ?), il fallait que je m'accomplisse seul, et ma maîtrise de la magie m'ouvrit les grandes portes d'Orzhova : un retour aux sources, en somme, seulement, il me fallait un nom qui sonne orzhov, et celui donné par mes parents d'adoption ne convenait absolument pas. Il me fallait un nom passe-partout dans le syndicat, et quoi de mieux que de me servir de consonances usuelles ? Rahinov Eliav. Certains le prononçaient Rahinof Eliaf, mais ça ne m'importait guère. Mon prêche et ma prose me distinguèrent comme clerc respectable à peine mes trente ans, mais cette position me dégoûtait. Elle me rappelait trop mon imbécile de père, il fallait absolument que me m'élève au-dessus de cette condition. Et que Ravnica m'en soit témoin, je ne serai pas aussi faible que mes parents.
-
Je suis l'indépendant
-



~~ Chapitre II : Ascencion ~~

Mon ambition grandissait de jour en jour, si bien que lorsqu'on m'a proposé de faire partie d'un coup d'état visant à se débarrasser des pontifes obèses et difformes, je n'ai pas hésité un seul instant. Le coup d'état était fomenté par Teysa, mais elle avait besoin de sous-fifres. C'est là que Markus Darkmore, un collègue de la guilde, et moi-même, entrèrent en jeu, aidé de quelques assassins supplémentaires.
Le but final de ce putsch était de rétablir une équité au niveau des différentes castes Orzhovs, bref, de supprimer l'hégémonie de la branche religieuse. Ceci se passa sans trop de heurt, bizarrement : peut-être les pontifes étaient à des années-lumières de s'attendre à un coup d'état doublé d'assassinats. Il fallait du sang neuf chez les pontifes, du sang différent. Du sang Eliav.

Au terme de ce coup-d'état, j'étais pontife. Et le seul, d'ailleurs, ce qui me convenait parfaitement.
~~ Chapitre III : Les brigands. ~~

Tout commença tranquillement. Une quête basique, commanditée par un illustre inconnu. Rien que ces débuts auraient dû me mettre la puce à l'oreille. Car le commanditaire, Arod Noril, était en réalité un traître. Evidemment, il ne fit absolument pas long feu, lui et sa bande de voleurs. Nous étions en embuscade, et, même si cela s'est terminé en boucherie, ma magie puissante m'a permis de prendre l'avantage sur ceux qui me combattaient. Les autres compagnons n''étaient pas en reste non plus, entre Kinay qui enlaçait ses ennemis via des lianes vivantes, et Markus qui faisait sortir des zombies à tours de bras, la bataille fut courte et facile, en définitive.

Il ne manquait plus que d'aller achever Arod Noril, qui retenait un membre de notre groupe en otage. Lui non plus, réalisant la cohésion de notre groupe, ainsi que sa puissance, ne broncha point et nous laissa gentiment lui trancher sa tête de chien de traître. Et nous pouvions enfin nous reposer, chez Markus, puisque celui-ci nous avait invité, Kinay et moi, en plus des grandes instances orzhoviennes, dans sa grande demeure familiale.
~~ Chapitre Annexe I : La parenthèse Darkmore ~~

Un grand manoir, très grand : la famille Darkmore faisait bien étalage de sa richesse. Une fête était organisée en ces lieux afin de se féliciter notamment du putsch, entre autres. Mais cette réception puait l'hypocrisie : On s'était battu pour détrôner des pontifes décadents, pour dégager ce côté obscène de la richesse, et voilà qu'on s'en félicite par une fête obscène d'étalage de richesse ? Tout cela n'allait pas, c'était bien trop faux pour moi, ce qui m'entraîna à m'isoler de la fête après m'être fortement saoulé : C'est à ce moment-là que j'ai compris que l'alcool, ayant déjà été un camarade fort sympathique dans des soirées précédentes, allait désormais être mon meilleur ami.
~~ Chapitre IV : Chute infernale ~~

Trop d'ambition ne mène à rien si celle-ci n'est pas canalisée proprement. Et dans ma soif de pouvoir, j'ai utilisé des moyens douteux, dangereux, même. Je rêvais de l'impossible, je rêvais d'acquérir le même pouvoir que ces changeformes, ces lupuls, afin de pouvoir fomenter un coup d'état seul en toute tranquillité.
Néanmoins, plus qu'un retour de flamme, j'ai reçu une mort sale : de derrière une porte, lorsque je me rendais à un entretien avec celui qui, je le pensais, m'offrirait ce pouvoir sous conditions. Mais le pontife ne pouvait disparaître comme cela, aussi, je fus remplacé illico par, ironie du sort, un changeforme.

Posté devant mes anciennes connaissances se tient non plus Rahinov, mais une pâle copie de lui-même, le vrai pontife étant devenu une âme qui rejoignit agyrem.

Mais le statut d'âme est providentiel. J'ai pu m'informer des agissements de mon clone, sans pour autant y changer quoi que ce soit. J’apprends, juste tous les faits qui m’intéressent. Je n'ai pas besoin de savoir évidemment que tel couple a fait l'amour hier soir. Ce genre d'informations, je les laisse aux anciens matelots qui n'ont pas pu entièrement se satisfaire de leur vie. Même si j'avouerai aussi que je n'ai pas pu faire ce que j'aurais voulu de mon vivant, quoique tout cela ne soit pas comparable aux désirs de chair des susnommés matelots.

Je regrette amèrement les derniers choix que j'ai fait, depuis que je suis pontife. Peut être même aurai-je du ne jamais devenir pontife, ni même orzhov. J'aurai du me consacrer à une vie d'habitant simple, et avoir ma petite parcelle de terre, ou j'aurai planté des légumes et fruits. J'aurai eu une femme, ni belle, ni laide, des enfants au nombre de trois....et un animal, le chien basique. J'aurais eu une vie paisible. Mais tout ne se passa pas comme cela. J'avais des envies de grandeur. Des envies de pouvoir. Des envies de puissance.
~~ Chapitre VI : Le Marais du Nécromant ~~

Toujours est-il que les informations que j'ai apprises en pistant le changeforme sont du plus haut point...mais je ne peux rien faire, si ce n'est de contempler cette mise en œuvre. Markus, après maintes recherches sur un quartier abandonné du nom de loreval, s'est lié d'amitié avec un boros...je pensais que c'était Andreios, mais en fin de compte, impossible, car ce dernier est déjà son ami, et ce depuis assez longtemps, lors de l'histoire avec Landroval, où ce gruul s'est suicidé, et son acolyte tué...de mes mains...mais passons.... Loreval, disais-je, était connu sous l'un des quartiers les plus risqués de Ravnica.... Ils sont partis en expédition, avec certains que je connaissais...comme Kinay, et Markus évidemment, mais un Rakdos qui m'avait semblé étrange. Familier, et pourtant si différent...mais je n'ai pas cherché à comprendre qui était cette personne, mais plutôt, à ce qu'allait faire mon clone en la voyant. Il a déjà été très agressif envers ceux que je considérais comme des amis, les a rejeté, et à quand même été désigné en tant que chef de cette expédition, avec un selesnya. C'est à croire que les gens m'ont tellement fait confiance par le passé qu’ils ont voté pour ce changeforme qui portait mon visage, malgré ces querelles incessantes qu'il apportait dans le groupe. Mais Markus, en le secouant alors qu'il était inconscient, à découvert la tromperie, et s'apprête à trouver un créneau pour m'aider. Ne te presse pas Markus, j'ai le temps, et tu risquerais des choses en venant à agyrem peu après la mort d'un pontife Orzhov. Prend garde, oui, fais attention. Ces fourbes ne reculent devant rien...

D'ailleurs, je suis pour l'instant éminent chez les âmes du quartier fantôme, car je me suis vite imposé comme étant supérieur à beaucoup. J'y ai vu mon père et ma mère, qui ont fondu en larmes en me voyant. Ils se sont vite repris, et ont dit qu'ils feraient le peu qu’ils peuvent pour m'aider. Ils m'ont aussi dit que si j'avais survécu pendant toutes ces années, c'était un peu grâce à eux, et la puissance magique qu'ils déployaient pour m'aider. Encore des mensonges. Que des mensonges de leur part. Je faisais mine d’acquiescer, mais je savais bien que je ne leur devais que ma survie lors de leur coup d'état.
J’y ai vu aussi Landroval, impassible et immobile. Il m'a vu, on s'est parlé, mais tout ça manquait de convivialité. Je l'ai un peu mené à sa perte dans un sens. J'y ai vu aussi son ancien acolyte, Greed, qui m'a maudit pour l'éternité, et les suivantes ... je n'ai pas trop compris pourquoi ... Il a quand même failli me prendre un oeil ...
~~ Chapitre VII : L'échappée ~~

C'est lors d'une expédition à Agyrem, une fois que Markus fut en possession de mon cadavre retrouvé, que je pu être réintégré au monde des vivants. Ce ne fut pas une mince affaire, car s'aventurer dans Agyrem est souvent synonyme de non-retour, encore plus si les aventuriers sont des vivants.
Mais certaines précautions avaient été prises, et l'extraction de mon âme se déroula sans problème, ni heurts

Il fallait dès à présent se remettre au travail, et aller voir un certain cimetière hanté. Pour ce faire, il fallait être bien entouré, et nous allâmes demander de l'aide à Kinay, un nécromancien golgari.
~~ Chapitre Annexe II : Les amis, ça sert. ~~

Je ne vous ai jamais parlé de Kinay ?
Détail amusant ! Kinay est un puissant golgari, mais aussi un ami que j’ai rencontré je ne sais plus trop comment. Ce doit être grâce à sa grande présence dans des quêtes importantes, et cela fait que personne ne peut le rater. Je crois que c’est chez Markus que nos liens d’amitié se sont le plus renforcés. D’ailleurs, vous ne connaissez pas encore Markus, vu que je ne l'ai pas encore présenté explicitement, et que ceci vous aidera sûrement à comprendre la totalité de mon histoire. Markus est fils de deux éminences orzhovs au sein du clergé, donc actuellement sous mes ordres. Leur fils est un prince des esprits, élevé à ce rang lors de notre coup d'état, mais avant tout, un ami très utile. Et l'utilité, ça maintient l'amitié.
~~ Chapitre VII : Un cimetière hanté ~~

Tout commença comme à ce qu'on pourrait appeler "l'accoutumée". Une convocation nous avait été distribuée, mais cette fois, d'une famille qui semblait être de noble ascendance plutôt que d'un simple marchand-brigand, sans que je puisse pour autant les identifier clairement. Je n'avais pas de certitudes quant à leurs motivations, mais je doute que ce soit des gens honnêtes, qui ne sont là que pour nous aider. Je suis certain qu'ils veulent notre mort, comme un certain Arod Noril. Enfin, nous verrons bien.
~~ Chapitre VIII : La mine des monts de lyrie ~~

La quête se déroula sans trop de soucis jusqu'à tomber sur un hic. Un simic avec des pouvoirs un peu spéciaux nous a stoppés. Mes sorts n'ont pas marché sur lui, et pour m'occuper, m'envoya une créature gigantesque : un briffaud. Seul face à ce problème, mes chances de succès étaient quasiment nulles, ce qui me valut, dans un grand fracas, d'être séparé de mon groupe composé du comte Enlik, Herti, un ami izzet du comte, Hellebron, une non guilde, Aëlys, une bureaucrate azorius. L'autre groupe avait pris une voie bien différente.
Emprisonné dans un endroit éloigné de mes compères, un savant fou tenta de me découper en morceau. J'ai pu sauver ma peau en tuant un des deux gardes qui me tenait et en manipulant l'autre, qui tua le savant. Je remis alors mes habits, et rencontra le reste du groupe, qui avait réussi à s'en sortir. Nous sommes arrivés dans une salle, où nous avons mis hors d'état de nuire les savants qui s'y trouvaient, et où nous avons pris en chasse le simic. Il s'était barricadé dans une arène, et bricolait je ne sais quoi. L'aide que nous a apporté Markus, suite à mon message, fut utile, mais futile. Il n'en changea pas le sort de la bataille vu que beaucoup d'adeptes des simics nous avaient encerclés, alors qu'on allait en finir avec celui que l'on pourchassait. Tout cela lui a permis de s'échapper, naturellement, et nous vîmes une horreur sortir du bassin qui se trouvait au centre de l'arène. Une espèce de Kraken bizarre, et monstrueux. Nous tentons toujours de nous enfuir, mais je vins désormais en aide à Enlik, avant que la chose ne fasse d’autres ravages ...

En définitive, nous décidâmes de nous enfuir. La chose était trop puissante pour que nous nous battions contre elle correctement. En compagnie de Khamos et d'Hellebron, je continuais dans le labyrinthe de la mine. Nous traversâmes des corridors plus étroits les uns que les autres. Nous fûmes en plus de cela, séparé par ce qui était probablement l'œuvre du simic : un éboulement. Mais nos retrouvailles furent de courte durée. En vérité, l'armée Orzhov avait débarquée dans la grande salle et avait maîtrisé le Kraken. Cette armée, nous la retrouvâmes en revenant sur nos pas dans la salle du monstre. Un de ses chefs nous servit de guide car ils avaient bien exploré les corridors.

Nous retrouvâmes Kinay, Yuna, et Aëlys, qui était accompagnée de soldat orzhovs. Mais une créature s'interposait. Une solifuge. Nous fûmes contraints, Khamos, Kinay, les soldats et moi, de la maîtriser, et de la tuer. Ainsi, le groupe était en paix.

Mais il nous fallait retrouver Anya désormais. Elle avait été séparée du groupe accidentellement, et demeurait introuvable.
Ce ne fut qu'après m'être pris un caillou sur la tête qui m'assomma un certain temps que nous retrouvâmes Anya.

La Quête de la mine des monts de Lyrie était donc terminée.
Rien à exploiter, sauf une pauvre partie qu'on avait découvert avec Khamos et Hellebron.

Enfin le repos.
~~ Chapitre IX : La parenthèse Selesnyanne ~~

Repos de courte durée, néanmoins. Remis de mes émotions, j'allais continuer et réaliser une chose que mes parents n'ont pas réussie. Marquer l'histoire. Et pour cela, je devais acquérir plus de puissance.
C'est chez un ancien sage selesnyan, vivant reclus dans le tronc d'un arbre gigantesque, que j'y trouvai mon bonheur. Nodjun, car c'était son nom, m'affirme avoir déjà entendu parler de moi, notamment dans une petite aventure ou nous avions du réclamer ses services. Enfin bref.

Toujours est-il qu'après une série de tests, bien difficiles, Nodjun accepta de me prendre en apprenti. Je sens que chaque jour, ma puissance progresse énormément.
Mais Nodjun ne m'a pas changé physiquement seulement. Il m'a aussi forcé à changer ma mentalité. A abandonner cette arrogance qui a causé ma perte plus d'une fois.
Problème, cela dit : je n'ai jamais vraiment changé. Mon désir de puissance est plus fort que jamais, et cela, le selesnya l'avait bien comprit. C'est pourquoi il avorta mon enseignement

Mais ce n'était pas bien grave. Je suis puissant désormais. Suffisamment pour protéger ceux que j'aime. Ce qui tombe bien, car je n'aime personne.


Dernière édition par Rahinov Eliav le Ven 1 Juil 2016 - 21:50, édité 29 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rahinov Eliav
Pontife
Pontife
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Localisation : Sous un pont, décuvant de la veille.
Date d'inscription : 19/03/2007

Feuille de personnage
Niveau: 5
Points d'Expérience.:
557/800  (557/800)
Zinos (argent):
1400/10000  (1400/10000)

MessageSujet: Re: Rahinov, l'indépendant   Mer 25 Juin 2008 - 13:50

II - Aspect physique


Quelques détails sur son physique

Rahinov parait d'un homme d'une trentaine d'année a première vue. Il en a réellement plusieurs milliers, mais la plupart de ces années se sont déroulées dans un bloc de stase, d'où son non-vieillissement.

Si Rahinov était brun à l'époque de sa naissance, ses années en stase lui ont fait perdre petit à petit sa mélanine, si bien qu'après quasiment dix millénaires, ses cheveux longs ont pris une teinte blanchâtre, légèrement grise, et sa peau est devenue très pâle. Ses yeux ont une teinte pourpre, et son visage est, d'une manière générale, peu marqué, si ce n'est une cicatrice au niveau de l'oeil gauche, cicatrice qui n'a pas entaillé l'oeil à proprement parler, et une légère barbe.

Il mesure un mètre quatre vingt, soit une taille parfaitement honorable pour un humain, et dispose d'un corps relativement svelte. Il n'a pas une carrure exceptionnelle, mais il tient la route, ses manteaux lui élargissant un poil les épaules.

Tenue usuelle

Si le pontife ne partage que peu de plaisirs en commun avec les autres orzhovs, il aime cependant les beaux habits. Quotidiennement, il portera une chemise souvent blanche ou crème, un pantalon marron, noir, gris, ou toute autre couleur terne, un gilet sans manches assorti, et des chaussures souvent noires. En effet, il ne réserve que les couleurs vives aux détails, comme son pendentif, sur lequel est marqué le symbole orzhov, décoré de rubis et d'améthyste.
Pour terminer sa tenue, il rajoute un manteau très léger souvent blanc et pourpre, pour illustrer sa fonction de pontife, manteau avec un symbole orzhov, cousu main avec un fil d'or, dans le dos, dont les manches sont plus longues que ses bras.

Tenue de vadrouille

En revanche, si les missions qui occupent son agenda sont d'ordre plus "musclées", Rahinov ne portera qu'une simple tunique en dessous de son plastron, plastron orné du symbole orzhov au centre du torse. Sur les flancs, le plastron est pourvu de plusieurs "lamelles" qui permettent une certaine souplesse, permettant à l'utilisateur de se courber sur les cotés. Il garde plus ou moins les mêmes bas, quoiqu'il préférera un pantalon au tissu plus robuste que ses habits de d'habitude. Il porte ainsi des bottes à lanières, qui sont elles aussi plus robustes que ce qu'il peut usuellement porter comme chaussures.
Enfin, le manteau qui rajoute par dessus n'est en rien similaire à son habit plus "cérémoniel". Il possède des épaulières ayant une forme rappelant la tête d'une gargouille ou d'une chauve-souris, ou bien les deux. Les avants-bras du manteau ont aussi de tels renforcement métalliques. Le col du manteau, quant à lui, peut présenter, ou non, une capuche assez large pour couvrir la majeure partie du visage de son porteur.

Equipement

- Lames courtes rétractables au niveau des poignets : constamment enfilés pour être prêt à chaque instant, les brassards, une fois les lames rétractées, ont tout de brassards ordinaire.
- Plaques d'armures sur les épaules et avant-bras
- Tabac en cigarettes, alcool et herbe à pipe : Afin de s'intoxicer en toute circonstance
- Nécessaire à écrire
- Quelques bombes fumigènes : afin de faciliter la fuite ou les attaques fourbes
- Quelques petits pétards : afin de distraire l'attention un court instant
- Une fiole ou deux du liquide doré de Nodjun : dont certaines vertus sont encore inconnues
- Nécessaire aux premiers soins
[en construction]




III - Aspect psychologique


Désabusé. Ce mot sera peut être celui qui conviendrait le mieux pour décrire le pontife. Il n'est jamais aisé de savoir ce qu'il pense, car il est constamment caché derrière un mur de cynisme. Il n'a pas d'attache particulière aux gens, de ce fait n'aime personne, ou pas grand monde, mis à part sa propre personne.

Le cynisme du pontife peut devenir de la cruauté quelquefois, car il manque cruellement d'empathie. Il n'est pas sage, il n'est pas gentil, il est égoïste, et par dessus tout, mégalomane. Son désir de puissance est grand car à ses yeux, ses parents sont des échecs. Une tentative miteuse de rébellion contre leur propre guilde : ils avaient été ridicules, par manque de puissance. Chose que Rahinov ne se permettra pas.

Les gens ne l'aiment pas particulièrement : trop pédant, trop prétentieux, aucune sympathie, aucune considération. Mais il s'en fiche éperdument. Les gens ne l'intéressent pas, de toute façon.

Mais qu'est-ce qui intéresse le pontife alors ? Les intrigues politiques ? Ce n'est pas vraiment sa tasse de thé, mais il est bien obligé d'y plonger ses mains déjà salies. Il préfère se vautrer dans un quelconque lupanar, bouteille à la main, ou bien avec une autre forme de drogue que l'alcool ou le sexe.

Non, en définitive, il n'y a que la puissance qui l'intéresse.




IV - Caractéristiques



~~ Force - 13 ~~
~~ Constitution - 8 ~~
~~ Agilité - 16 ~~
~~ Intelligence - 10 ~~
~~ Affinité Mana - 25 ~~
~~ Social - 15 ~~






V - Liste de Sorts


Note : Rahinov peut lancer ses sorts sans prononcer la formule d'incantation, mais cela lui prends plus de temps, notamment sur les sorts quasi-instantanés.

- Lames du destin mana blancmana noir
Une lame noire de 30 cm me prolonge l'avant-bras gauche, et une lame blanche en fait de même avec le droit. Elles ont un rôle particulier : la lame blanche peut trancher n'importe quel type de métal non magique (par trancher, j'entends qu'il faut taper à plusieurs reprise quand même, le métal, c'est pas du beurre) mais qui est incapable de trancher le moindre être vivant. Inversement, la lame noire ne peut rien faire face à toute matière non vivante, mais peut couper un bras d'un coup si celui-ci est sans armure.
Inconvénient, je dois, si je veux que le sort continue, insuffler un mana blanc pour garder la lame blanche, et idem pour la noire, et ce, toute les 5 minutes. Mais si, à un moment, je n'insuffle pas un de ces manas, alors la lame correspondante disparaît et mon bras redevient normal
Mots d'incantation : " Tuz Dez ! "
"L'une tranche la matière, l'autre la vie. Et je ne suis pas sur que tu la verras défiler devant toi avant de mourir."


- Aura protectrice 1 manamana blanc
Un mur de mana blanc apparaît, ancré dans le sol, juste devant moi, et encaisse la plupart des attaques standards. L'inconvénient, c'est qu'il ne bouge pas, l'avantage, c'est que la technique est très rapide d'exécution, et que le mur ne disparaît que si j'en créé un autre.
Mots d'incantation : " Alok Qeth Fiik ! "
"Et maintenant ?"


- Mort rampante X manasmana noirmana noir
Une espèce de pâte noirâtre, semblable à un limon, d'un mètre cube de volume, apparaît, et n'est guidé que par l'énergie vitale d'une cible que je lui aurait désigné. Le limon pourchassera la cible pendant 2 manas*X manas minutes, et s'il elle se fait attraper avant, alors le limon progressera sur son corps, et dévorera toute vie, progressivement. Je peux faire en sorte que le limon, d'un seul coup, s'arrête de dévorer. Utile lors d'un interrogatoire couplé d'une torture.
Temps d'incantation : 5 secondes
Type d'incantation : Invocation
Mots d'incantation : " Rii Vokul Vaaz Laas ! "
"Cours, fuis, vole. Mais cette masse informe que tu redoute n'est peut-être pas ton plus grand danger"


- Poignée de drain 1 manamana noirmana noir
Il faut que mon ennemi et moi soyons dans une espèce d'obscurité (pas totale, genre grotte ou ersatz). Je charge mes mains de mana noir, et en utilisant l'obscurité ambiante, j'établis une "connexion" entre mon ombre et la sienne, ce qui a pour effet de drainer son énergie vitale assez rapidement (laissé au bon vouloir du MJ, selon la résistance du bonhomme). L'ennemi peut néanmoins conjurer le sort en allant se mettre à la lumière, son ombre étant alors déconnectée de l'obscurité, et donc de mon sort.
Mots d'incantation : " Lun Du Haas Vulom ! "
"Plus ! Donne moi plus de vitalité"


- Jugement de Rahinov mana blancmana blancmana noirmana noir
Création d'une boule d'énergie dont le diamètre ne dépassera pas 50 cm, que je peux envoyer en ligne droite, où garder en main pour la porter à contact. La puissance de ce sort provient directement de la vitalité de la cible, que l'on puise, pour ensuite renvoyer le tout.
Durée d'incantation : 1 minute
Type d'incantation : Prière
Mots d'incantation : " Bah Fus Rahinov ! "
"Je décide de qui doit périr. Et c'est vous."


- Flash mana blanc
Deux globes luminescent sortent de mes mains, et se baladent selon ma bonne volonté, dans un rayon de 15 mètres. Au delà, le globe devient instable, et disparaît.
Mot d'incantation : " Aak ! "
"Montrez-moi la voie"


- Envol de l'archange 2 manasmana blancmana noir
Je créé des ailes dans le dos de Rahinov, ce qui lui permet de se déplacer dans les airs à la manière d'un ange. Ceci est néanmoins limité à 5 minutes, et n'est renouvelable que tout les quart-d'heure.
Mot d'incantation : " Viing Gahrot ! "
"Comme si je ne vous étais pas déjà supérieur."


- Le Jugement Dernier:2:mana blancmana blancmana noirmana noir
Je créé une immense sphère de mana qui détruis la quasi totalité de ce qui se trouve dans un rayon de 70 mètres. Suite à cela, je m'évanouis.
Temps d'incantation : 5 minutes
Type d'incantation : Prière
Mots d'incantation : " Krii Pogaan Jul, Hevno Krongrah ! "
"Disparaissez. Tous."


Dernière édition par Rahinov Eliav le Ven 10 Juin 2016 - 8:08, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rahinov, l'indépendant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mandat kont Aristide - No DYOL to talk!
» [14 CAEN][27/28 mars 2010][Apo] La bataille de Corvus Bridge
» FdP gratuit sur un site bien connu jusqu'au 31/05
» Nains 500 points
» [PV] Le cerveau et les muscles.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic The Gathering-Jdr :: Background ! :: Fiches des personnages-
Sauter vers: